Publicités

Le cœur et la beauté, voilà comment l’on peut définir le berger de Brie. Mais ses qualités vont bien au-delà et surpassent toutes les attentes des amoureux des animaux ! Sage, hardi, joyeux en toutes circonstances, fidèle, doté d’une tendresse inqualifiable et cherchant avant tout à faire plaisir, il se révèle être le compagnon dont on rêve tous. Egalement appelé briard, il est classé par la Fédération Cynologique Internationale dans le groupe des bergers et bouviers, section chien de berger. Né pour la garde et la conduite des troupeaux tant son intelligence et sa mémoire sont hors du commun, il séduit aujourd’hui pour son look qui demande néanmoins un entretien extrêmement rigoureux. Avant d’envisager l’adoption d’un berger de Brie qui risque bien de vous surprendre par son fort tempérament, lisez notre dossier. Vous aurez ainsi la certitude de faire le bon choix et d’offrir la vie que mérite cette grosse boule de poils unique en son genre.

Les caractéristiques du Berger de Brie

Sous la fourrure dense du berger de brie se sache un corps musclé, robuste et bien proportionné à l’allure vive et éveillée. Le cou nettement dégagé des épaules révèle toute sa puissance, tout comme la poitrine large, profonde et descendue avec beaucoup d’élégance jusqu’aux coudes. Le dos droit ainsi que la croupe subtilement arrondie et peu inclinée viennent parfaire sa silhouette solidement construite. Imposant et charpenté, le mâle mesure de 62 cm à 68 cm au garrot et pèse entre 25 kilos et 30 kilos, voire 40 kilos sans jamais dépasser les 45 kilos. Quant à la femelle, elle est un peu moins encombrante avec une taille allant de 56 cm à 64 cm au garrot et un poids situé entre 23 kilos et 28 kilos, 35 kilos tout au plus. Il peut très bien y avoir un écart de 15 kilos entre les deux sexes, tout en restant dans le standard.

Les bergers avaient pour habitude de tondre leur briard avant la survenue de l’été en même temps que les moutons, ceci dans un souci de praticité. Mais ce qui fait tout le charme de la race, ce sont bel et bien ses longs poils souples et secs qui crissent sous les doigts comme ceux de la chèvre. La robe possède un léger sous poil. Elle peut être uniformément noire ardoisée ou fauve, la plupart du temps charbonnée ou grise. Plus rarement, elle peut être bleue, les chiots naissant dans ce cas gris clair. Les couleurs doivent être foncées et de ce fait, le fauve tout comme le bleu doivent demeurer chauds, sans jamais paraître délavés.

La tête du berger de Brie est forte et assez longue, garnie de poils qui forment une moustache et une barbe abondantes. Les épais sourcils dissimulent en partie ses grands yeux ovales très foncés placés horizontalement, d’expression calme et intelligente. Autrefois, il était de coutume de couper ses petites oreilles en coquille, autrement dit en pointes arrondies et de les dresser de façon artificielle. Cette pratique qui se faisait sous anesthésie avait pour but d’éviter les infections trop fréquentes du conduit auditif. Désormais, la Convention européenne sur les animaux de compagnie autorise uniquement les oreilles plates et tombantes, couvertes de longues franges. On peut deviner qu’elles sont attachées haut et qu’elles ne sont de ce fait jamais plaquées contre les joues. La loi française vient renforcer cette protection à l’égard des briards en précisant que les sujets dont les oreilles auraient été amputées après le 1er mai 2004 ne peuvent en aucun cas être confirmés ou bénéficier de l’inscription au Livre des Origines Français, ni bien entendu participer aux concours et aux expositions sur le territoire français.

Le museau du berger de Brie est large et carré, se terminant par une truffe noire forte aux narines bien ouvertes. Le crâne est légèrement arrondi, le stop bien marqué et le chanfrein rectiligne. Les membres postérieurs présentent un double ergot hérité de son lointain cousin le beauceron. Cet ergot est placé le plus près possible du pied pour former quasiment un cinquième doigt. Quoi qu’il en soit, les quatre pattes sont trapues et parfaitement d’aplomb. Portée bas, la grande queue du briard est généreusement couverte de longs poils et prend la forme d’un crochet à son extrémité, venant atteindre la pointe du jarret. Lorsque le chien est en action, la queue est portée plus haut sans jamais se recourber et toucher le dos.

Berger de Brie : Les origines

Les origines du berger de Brie demeurent incertaines, bien que les spécialistes affirment qu’il s’agit sans aucun doute de l’une des plus anciennes races de France. Néanmoins, il y a de fortes chances qu’il soit issu d’un croisement entre le beauceron et le barbet, l’ancêtre du caniche actuel. Le chien préhistorique des tourbières a, lui aussi, très probablement participé à la création de la race qui est restée longtemps ignorée du fait du faible nombre de chiens.

Le très grand admirateur des canidés, Gaston Fébus, a fait sortir de l’ombre le berger de Brie en décrivant dans son Traité de la chasse rédigé au 16e siècle un spécimen qui semble correspondre en tout point au briard. Mais c’est seulement à l’occasion de la première exposition canine de Paris de 1863 que la race se fait remarquer. En effet, le prix d’honneur a été remporté par une femelle du nom de « Charmante ». En 1885, « Sans–gène » est le premier mâle à s’inscrire au Livre des Origines Français sous l’appellation « berger français de Plaine ». Dans le même temps, l’abbé Jean-Baptiste François Rozier décrit les deux variétés de bergers de plaine dans son ouvrage du Cours complet d’agriculture. Le premier, le berger de Beauce ou Bas rouge, se distingue par son pelage court et deviendra le beauceron. Le second est l’ancêtre du Briard et se caractérise par son poil long.

En 1892, le mâle « Cadet » est le premier à être répertorié dans le LOF sous la dénomination définitive. Son nom rendrait hommage au gentilhomme Aubry de Montdidier qui aurait possédé un berger de Brie au cours du 14e siècle sous le règne du roi Charles V. Lorsqu’il a été assassiné, son compagnon à quatre pattes veilla fidèlement sur sa tombe, jusqu’au jour où l’un de ses serviteurs découvrit le corps et lui donna une sépulture correcte. Le chien rentra alors au château avec le domestique et agressa le chevalier Richard de Macaire. En effet, il n’était autre que le meurtrier de son maître. Il est aujourd’hui possible d’admirer une peinture relatant cette anecdote au château de Montargis.

Le club français des chiens de berger est fondé en 1896, présidé par le précurseur de la cynologie Jean-Pierre Mégnin et le vétérinaire Paul Dechambre. Le standard officiel de la race a été publié l’année suivante et permit de distinguer le berger de Brie à poil laineux du berger de Brie à poil chèvre. Le dernier se révélant être plus résistant aux aléas climatiques a été retenu, d’autant plus que son pelage est plus facile d’entretien.

En 1909, le club des Amis du Briard a vu le jour dans le but de faire connaître la race et apporter une aide éducative aux propriétaires de bergers de Brie. La Fédération Cynologique Internationale reconnaît définitivement la race en date du 14 décembre 1954 et homologue son standard actuel le 6 juin 1988, afin de supprimer la variété à poil laineux.

Dès le début, le berger de Brie s’est démarqué dans le travail de conduite et de garde des troupeaux. Durant la période entre-deux-guerres, il exploite au mieux son intelligence et son endurance aux côtés de l’armée française. De nos jours, le briard demeure le compagnon inséparable des bergers mais surtout, il est devenu un merveilleux chien de compagnie équilibré et débordant d’affection.

Le caractère du Berger de Brie

Vif, gai et toujours plein d’allant, le berger de Brie est un gardien efficace qui sait aussi parfaitement faire preuve de douceur et de calme. Il est notamment réputé pour son équilibre et sa stabilité, ainsi que sa grande tolérance et sa bienveillance sans faille envers les enfants. Très sociable, loyal et joueur, il est d’une fidélité irréprochable et extrêmement démonstratif dans ses élans affectueux. Ce pot de colle est très attaché à sa famille, qu’il aime plus que tout au monde. D’ailleurs, l’amour qu’il témoigne à son maître est exclusif. Par conséquent, vous obtiendrez tout de lui, d’autant plus que ce gros nounours est un grand sensible qui souhaite par-dessus tout vous faire plaisir. Gare aux personnes mal intentionnées ! En effet comme tout chien de berger, le briard est naturellement protecteur aussi bien envers ses proches que les objets confiés, un trait de caractère qui le rend assez méfiant vis-à-vis des étrangers.

Le briard a rigoureusement été sélectionné pour conduire les troupeaux et veiller à ce qu’aucun prédateur ne tente de les approcher, des fonctions qui exigent un excellent esprit d’initiative. Ainsi, il est capable de trouver rapidement une solution dans le cas où son maître ne serait pas en mesure d’intervenir. Peu importe les conditions, ce beau berger français démontre un immense courage et une énergie extraordinaire. Il peut aussi bien foncé lorsque la situation l’exige qu’inspecter patiemment les faits. Ce travailleur dans l’âme apprend vite, mais sachez toutefois que son fort tempérament le pousse à la rébellion en cas de contrainte excessive. Il cherche toujours à comprendre et ne sera pas prêt à obéir s’il ne sait pas pourquoi vous lui demandez d’exécuter un ordre.

Les conditions de vie

Bien que le berger de Brie soit un chien paisible et équilibré, une maison à la campagne lui convient mieux que la vie citadine. Toutefois, la solitude demeure son pire cauchemar et il ne supporterait en aucun cas de rester en permanence tout seul dans le jardin, surtout au bout d’une chaîne. L’idéal pour lui sera de rester le plus possible auprès de sa famille. Si vous êtes à l’intérieur et que vous le laissez dehors, il se tiendra derrière la porte jusqu’à ce que vous dédaigniez vous occuper de lui. Dans le cas où vous habitez en appartement, les sorties devront bien évidemment être quotidiennes et impérativement être plus longues. Le briard a en effet un besoin inqualifiable de se dégourdir les pattes en toute liberté. Sans exercice physique régulier et sans compagnie, le briard ne pourrait pas être totalement épanoui. Etant donné qu’il doit rester actif, seul un maître dynamique et plutôt sportif peut lui convenir. La randonnée, les promenades à vélo, l’agility, le pistage, l’obé rythmée, la recherche de truffes sont autant d’activités dont il raffole, surtout que cela représente autant d’occasions pour lui de passer du temps avec vous et de renforcer votre complicité. Bien évidemment, il lui faut un foyer disponible qui ne soit pas avare en câlins car ce qu’il faut avant tout à ce tendre nounours poilu, c’est de l’amour sans modération.

Si vous souhaitez faire du troupeau, votre berger de Brie n’en sera que plus heureux. Cependant, un apprentissage est nécessaire ou les bêtes risqueraient de paniquer face à cette imposante boule de poils énergique ! Intelligent et endurant, le briard prendra un immense plaisir à courir à longues foulées souples, lâché dans la nature à travers les animaux. Grâce à sa polyvalence, il démontre de réelles aptitudes pour toutes les fonctions de garde, de défense et d’utilité aux côtés d’un maître expérimenté. Recherche de drogue, d’explosifs, chien secouriste, guide d’aveugle, le berger de Brie adore se rendre utile. Si vous êtes novice dans le milieu canin, il peut très bien vous convenir en tant que chien de compagnie tellement il est sympathique et joueur, que ce soit avec les adultes ou les enfants. Même sans dressage, il remplit efficacement ses devoirs de gardien. Avec un tel compagnon au sein de la maisonnée, vous avez la garantie qu’aucun intrus ne tentera de pénétrer dans votre propriété !

La santé

Le briard est un chien très robuste et rustique qui peut vivre en moyenne jusqu’à 13 ans. Il ne souffre ni du froid ni de la chaleur et les intempéries ne lui font pas peur. Toutefois, la race est prédisposée à la torsion et la dilatation de l’estomac et peut souffrir de la dysplasie de la hanche. Ainsi, ne lui donnez pas son repas juste avant une activité sportive. De même, évitez de mettre son squelette à rude épreuve par des exercices physiques trop intensifs. Avant d’adopter votre futur compagnon à quatre pattes, exigez de l’éleveur qu’il vous fournisse la preuve que le test de la dysplasie coxo-fémorale a bien été fait sur les parents. En effet, il s’agit d’une maladie congénitale et si les reproducteurs en sont indemnes, vous avez l’assurance d’accueillir un chiot en parfaite santé. Enfin, le berger de Brie peut être sujet à l’héméralopie, une pathologie qui se caractérise par une cécité nocturne, autrement dit des difficultés à s’orienter dans la pénombre. Pour ce problème aussi, il existe un test génétique qui doit avoir été fait sur les reproducteurs.

Pour un berger de Brie en pleine forme, sa gamelle doit idéalement se composer de viande rouge crue mélangée à du riz ou des céréales très cuits. Une supplémentation en vitamines et calcium est à envisager afin de le mettre à l’abri d’éventuelles carences nutritionnelles.

Bien que le briard ne mue pas, le toilettage contribue à sa santé et fait partie intégrante de son hygiène de vie. En effet, son long et magnifique pelage participe à sa prestance et exige un entretien fréquent, ce qui permet de maintenir cette allure raffinée. Dans l’idéal, brossez-le tous les jours au moyen d’une simple brosse et munissez-vous d’un peigne à larges dents pour ôter la bourre laineuse. Sans cela, vous ne parviendrez plus à vous défaire des nœuds. Ces instants privilégiés ne doivent en aucun cas être perçus comme une corvée. Bien au contraire, votre chien apprécie que vous vous occupiez de lui et réalise à quel point il compte pour son maître. Très vite, il réclamera ces séances de brossage ! En revanche, il n’est pas nécessaire de le laver afin de ne pas altérer la rusticité de sa robe.

L’éducation du Berger de Brie

Le berger de Brie a un caractère décidé et vraiment fort. Il est donc fondamental de l’éduquer avec fermeté dès son arrivée dans votre foyer et ce, toujours en bannissant la violence. Son entêtement, sa mémoire phénoménale et sa sensibilité profonde font que si vous le brutalisez, vous obtiendrez un chien craintif et inapte à l’obéissance. Grâce à son intelligence et sa loyauté, il comprendra rapidement quelles sont les limites à ne pas dépasser et que c’est bien vous le référent de la maison. Une fois qu’il aura toute votre confiance, votre tendre compagnon fera tout pour vous plaire et vous parviendrez à le comprendre comme il le mérite.

Apprenez-lui par ailleurs à ne pas être trop brusque, car ce chien vigoureux peut bousculer son entourage dans un simple élan de joie. D’autre part, la sociabilisation est un point essentiel à prendre en compte dans l’éducation de votre briard. Sortez-le autant que possible dans les lieux publics pour le familiariser avec les bruits et l’agitation urbaine. Laissez-le approcher des personnes qu’il n’a encore jamais rencontrées. Tenez-le également en laisse afin de l’y habituer. Enfin, il est important qu’il approche d’autres animaux, aussi bien ses congénères que d’autres espèces à poils ou à plumes.

Quelques conseils

Le look du berger de Brie lui a valu un immense succès au début des années 1980. Cependant, son tempérament et son entretien ont causé de nombreux abandons. Désormais, les éleveurs sérieux sont parvenus à faire prendre conscience aux futurs acquéreurs qu’il s’agit d’une race ne convenant pas à tout le monde. Mais une fois que l’on a appris à connaître le briard, on découvre un compagnon extraordinaire dont on ne saurait plus se passer.

Le brossage apparaît comme étant un critère essentiel lors du choix d’une race. Si vous n’avez pas la volonté de vous adonner quotidiennement à cette tâche, il est bien évidemment préférable de ne pas choisir un berger de Brie. Habituez votre chiot au brossage et à être manipulé dès le plus jeune âge. Vous avez ainsi la certitude que sa docilité sera exemplaire. En outre, son épaisse fourrure représente un isolant impeccable qui ne doit surtout pas être retiré. De ce fait, la tonte doit être exclue pour que votre chien puisse rester protégé du froid comme du chaud. Autre recommandation, faites-lui pratiquer une activité sportive régulière. Il en va de son équilibre aussi bien physique que mental. Et n’oubliez jamais : ne vous laissez pas mener par cette attendrissante boule de poils, qui aura vite fait d’abuser de votre laxisme !

Livres complémentaires pour le Berger de Brie :

Découvrez d’autres races de chiens :

Berger de Brie : Du coeur et de la beauté
Evaluez cet article
C'est POUR VOUS ! Téléchargez le guide pour éduquer votre chiot ! (Gratuit)Je veux mon LIVRE !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This