Publicités

Éduquer son chien aux ordres de base, c’est aussi et surtout lui apprendre à gérer la solitude. L’espèce canine aime vivre en meute et rester seul n’a rien de naturel pour votre nouveau petit compagnon. Si vous n’agissez pas dès son arrivée à la maison, il souffrira d’hyper-attachement et risquera de développer des comportements d’anxiété. Attendez-vous alors à retrouver vos meubles mordillés, des excréments un peu partout et à subir les plaintes des voisins à cause de ses hurlements à la mort. Voici comment faire pour apprendre à votre chiot à se détacher de vous et l’aider à supporter votre absence.

Comprendre l’anxiété de séparation chez le chien

Les bêtises que votre chiot peut faire en votre absence sont des signaux de détresse, qui traduisent une véritable angoisse. Alors, ne le punissez surtout pas s’il commet des dégâts. Il vit dans le présent et ne comprendrait pas pourquoi vous êtes furieux contre lui. Pire, cela ne ferait que renforcer son stress. Sachez que pendant plusieurs semaines après la naissance, un chien dépend totalement de sa mère. Dès qu’il intègre son nouveau foyer, il a besoin de se rassurer et a alors tendance à se lier rapidement à son maître et à sa famille. Il réclame alors en permanence de l’attention et, avec sa frimousse irrésistible, vous ne vous lassez pas de le couvrir de câlins, pour son plus grand bonheur !

Pourtant, la maman inculque vite à ses petits qu’il faut prendre leur indépendance. Il apparaît alors nécessaire de poursuivre l’éducation commencé par la mère, et donc passer par une phase de rejet, afin que votre animal de compagnie sache aussi se débrouiller tout seul. Même si cela peut faire mal au cœur, il en va de son bien-être. Dans le cas où cette phase n’a pas lieu, vous devenez son unique repère et il n’est pas surprenant que le chiot se sente perdu quand vous partez. Il est donc fondamental de lui apprendre à rester seul dès le plus jeune âge pour ne pas voir apparaître des comportements destructeurs. Avec de la douceur et de la fermeté, vous viendrez facilement à bout de ce trouble !

Habituer le chiot à s’ennuyer

Pour aider votre petite boule de poils à devenir indépendante et à ne pas souffrir de votre absence, commencez par lui apprendre l’ennui quand vous êtes chez vous. En effet, lorsqu’il sera seul, il sera inévitablement amené à s’embêter. Pour cela, il suffit de ne pas répondre systématiquement à toutes ses sollicitations. Laissez à sa disposition quelques jouets et un os à mâcher pour qu’il puisse s’occuper sans vous. C’est à vous de prendre l’initiative de jouer avec lui et de lui faire des caresses. S’il insiste, ignorez-le. Il vous suit en permanence ? Dites-lui d’aller dans son panier. Il verra vite que l’ennui n’a rien de réjouissant, jusqu’à ce qu’il se mette à mâchouiller un chausson ou à aboyer en continu.

Heureusement, vous êtes là pour le recadrer avec un « non ! » ferme et ainsi lui rappeler que c’est interdit. Laissez-le s’ennuyer et empêchez-le de faire une quelconque bêtise. Continuez tant qu’il recommence. L’objectif est de lui faire comprendre qu’il est parfaitement normal de s’ennuyer sans que cela justifie de faire des dégâts. Votre présence le rassure, ce qui facilitera l’apprentissage. Il saura vite gérer l’ennui et par conséquent, la solitude sans être stressé.

Enseigner la solitude à votre chiot

Dès l’instant où il sait s’ennuyer en votre présence, il est temps de passer à l’étape supérieure en l’habituant désormais à rester seul un peu tous les jours. Pour commencer, installez son panier avec ses jouets dans une pièce afin qu’il ait ses repères. Entrez-y pour qu’il vous suive, sans lui parler. Feignez d’être occupé et une fois qu’il est dans la pièce, repartez tranquillement et fermez la porte. Si au bout de quelques secondes il n’a commis aucune bêtise et n’a pas aboyé, félicitez-le. Dans le cas contraire, ignorez-le et attendez qu’il ait l’esprit ailleurs pour faire une nouvelle tentative.

Le lendemain, renouvelez l’expérience. Augmentez petit à petit la durée au cours des semaines qui suivent. Votre compagnon à quatre pattes prendra ces séances comme un jeu et patientera derrière la porte, rien que dans l’espoir de recevoir sa récompense ! Il finira alors par comprendre que vous revenez toujours et qu’il n’y a pas de raison de s’angoisser. Veillez à reproduire cet exercice à des heures différentes, afin que votre chien ne puisse pas anticiper votre sortie et lui éviter de stresser à l’avance.

Rester neutre face à votre chien

Il est essentiel de ne pas donner de l’importance à votre départ. Si vous culpabilisez de laisser votre compagnon poilu tout seul, celui-ci le ressentira et ne supportera pas votre absence. Évitez les caresses à profusions et de l’inonder de mots tendres, qui ne feraient qu’amplifier le sentiment d’abandon. Partez tout simplement, sans vous occuper de lui ni laisser transparaître vos émotions. Plus vous lui portez de l’attention avant de vous en aller, plus il s’affolera car il assimilera ce comportement à votre absence imminente. En l’ignorant, votre fidèle compagnon sera moins sensible à votre départ. Il en est de même au moment de votre retour : ne le regardez pas tant qu’il n’est pas calme, ou les retrouvailles risqueraient d’être trop virulentes. En effet, il pensera que vous revenez uniquement pour jouer et lui faire des tonnes de câlins. Une caresse brève accompagnée d’un « tu es gentil » est amplement suffisant si vous n’avez constaté aucun dégât. Sinon, ignorez-le et réparez les bêtises hors de sa vue tout en gardant votre calme. C’est fondamental si vous ne voulez pas l’inciter implicitement à reproduire ce mauvais comportement qui attire votre attention ! Votre départ comme votre retour doivent rester un moment banal.

Ne pas ritualiser le départ

Sachez que votre gentil canidé analyse tout. Il sait que la sonnerie du réveil signifie que vous allez vous lever pour prendre le petit-déjeuner. Après avoir lavé votre tasse, vous enfilez votre veste, mettez vos chaussures et prenez vos clés pour laisser votre chien tout seul de longues heures, comme à votre habitude. Ce rituel quotidien provoque une montée de stress instantanée et c’est la raison pour laquelle, durant tout ce temps, il n’aura de cesse de réclamer de l’attention. Changez la chronologie des événements en buvant votre café mais cette fois avant de le sortir, donnez-lui à manger plus tard, changez la place de la laisse, etc. Passez chaque matin un moment agréable en sa compagnie, caressez-le, parlez-lui pendant la balade. Bref, restez naturel avec lui. Avant de partir, laissez-le vaquer à ses occupations et n’interagissez plus avec lui. Quittez la maison sans lui jeter un regard et surtout sans vous excuser de vous absenter. De temps en temps, vous pouvez aussi faire semblant de sortir. Vous agissez alors comme à votre habitude, sauf que vous restez chez vous : mettez votre manteau et promenez-vous à l’intérieur. Une autre fois, prenez vos clés et installez-vous sur le canapé tout en vous amusant avec le trousseau, puis reposez-le au bout de 5 minutes, l’air de rien.

Ainsi, votre chiot se sentira beaucoup plus apaisé lors de votre départ. Étant donné que l’ennui n’est plus une fatalité pour lui et qu’il sait que vous reviendrez bientôt « comme pour l’exercice », il attendra désormais sagement votre retour !

Occuper le chien pendant votre absence

Quand vous n’êtes pas chez vous, ne laissez pas votre chiot tout seul sans qu’il ait de quoi s’occuper intelligemment. Laissez à sa disposition des jouets qu’il peut mâchouiller ainsi que des jeux de réflexion.

Les jouets Kong sont un merveilleux moyen de tromper le temps ! Ultra résistant, le Kong est un morceau de caoutchouc non toxique qui a la particularité d’être creux en son centre. Vous pouvez y insérer de la nourriture et toutes sortes de friandises, ce qui aura l’avantage d’occuper votre petit compagnon un bon moment.

Il est également idéal pour combler les besoins naturels tels que les mordillements. La gamme se décline en plusieurs modèles de diverses tailles, afin de contenter toutes les races de chiens et tous les âges. Ce jouet est d’une efficacité redoutable pour les sujets qui développent des problèmes de comportement. Il rend en effet l’absence du maître beaucoup plus tolérable, réduit les risques de destruction et diminue l’anxiété. En bref, le Kong apparaît comme étant la solution pour retrouver un chien bien dans ses pattes malgré des heures passées sans vous !

N’hésitez pas à utiliser ce jouet au quotidien pour que votre animal de compagnie en fasse une association positive. Dès que vous lui brandissez, il sera si content qu’il finira presque par oublier que vous êtes parti. Mais comment exploiter tout le potentiel du Kong pour le rendre réellement attractif aux yeux de votre fidèle compagnon durant votre absence ?

Étape 1

Dans un premier temps, l’objectif sera d’attiser la curiosité de votre chiot. Il doit comprendre que le Kong est loin d’être un jouet comme les autres et qu’il renferme un vrai trésor appétissant. Pour cela, placez quelques petites gourmandises dans le trou et offrez-lui le jouet. Recommencez pendant deux ou trois jours en restant auprès de lui. Il n’aura alors qu’une idée en tête, celle de faire sortir les croquettes dissimulées dans le Kong ! Attention toutefois de ne pas décourager votre chien au risque qu’il finisse par abandonner le jouet. Au début, préférez les aliments qui s’attrapent facilement.

Étape 2

Lorsque votre adorable toutou a assimilé la technique et qu’il arrive à faire tomber les petites friandises, vous allez devoir le mettre au défi en lui compliquant la tâche et ainsi rendre le Kong encore plus intéressant. Enfoncez dans le trou du jouet de la mousse de canard ou autre pâté facile à étaler, jusqu’à le reboucher complètement. Cela devrait le distraire un long moment ! Vous pouvez pousser le subterfuge encore plus loin en plaçant le Kong sellé de nourriture pendant une petite heure dans le congélateur. Votre boule de poils prendra un tel plaisir à lécher son jouet qu’elle ne verra pas le temps passer, que vous soyez là ou non !

Ne lui donnez le Kong qu’avant de partir. Vous pouvez également le cacher. Votre chien s’amusera à le retrouver en s’aidant de son flair. Ce petit jeu de cache-cache suivi d’une longue séance de léchage devrait l’épuiser et le besoin de faire la sieste se fera vite ressentir. Finalement, vous serez de retour sans que votre compagnon n’ait eu le temps de s’ennuyer. Retirez alors le jouet et tous ceux qui servent à pallier la solitude. Vous éviterez ainsi la lassitude et votre chiot sera plus motivé que jamais de retrouver ses jouets dès que vous vous absentez.

Soyez patient !

Habituer un chien à rester seul peut être très long. Ne perdez pas espoir s’il ne supporte pas la solitude, alors que cela fait plusieurs mois qu’il fait partie de la famille. Poursuivez les exercices en faisant preuve de rigueur et de régularité. Gardez en tête que cette initiation va à l’encontre de sa nature profonde et que cela demande beaucoup à votre petit compagnon. Alors, restez calme et faites preuve de tolérance concernant les dégâts qu’il peut commettre tout au long de son apprentissage. En suivant ces recommandations, votre chiot deviendra un adulte capable de rester seul toute la journée sans que vous lui manquiez outre mesure !

Conseils supplémentaires pour un chien serein sans son maître

Dans le cas où vous adoptez votre chiot pendant vos vacances, n’attendez pas la reprise du travail pour démarrer les exercices. Après plusieurs jours à se faire chouchouter, collé en permanence à vous, il risque de mal réagir en se retrouvant tout à coup dans une maison vide. Ce qui serait parfaitement compréhensible…

Placez le panier de votre chien dans un endroit calme, là où il ne peut pas guetter les moindres mouvements.

Pour que votre chiot puisse s’habituer à la pièce dans laquelle il est enfermé quand vous n’êtes pas là, tenez-lui compagnie pendant quelques minutes avant de le laisser. Puis quand vous refermerez la porte derrière vous, ne vous en éloignez pas pour qu’il sente que vous êtes toujours là même s’il ne vous voit plus. En agissant de la sorte, votre animal de compagnie ne fera pas le rapprochement que cet endroit signifie que vous allez partir dans l’immédiat.

Repoussez votre chien s’il vous réclame des câlins ou une partie de jeu, alors que vous n’en avez pas envie. Cette attitude l’aidera à ne pas s’attacher de manière excessive. C’est à vous d’aller le chercher quand vous voulez partager un moment avec lui.

Fatiguez votre chien avant de le quitter, surtout s’il s’agit d’une race énergique comme le Border collie ou le Malinois. Donnez-lui l’occasion de se dépenser, lancez-lui sa balle, faites une promenade de 20 à 30 minutes si possible. S’il est bien éreinté, il rejoindra son panier et ne prêtera même pas attention à votre départ.

Vous pouvez aider votre petite boule de poils à se détendre quand vous n’êtes pas chez vous en utilisant un diffuseur ou un collier. Ce type d’accessoire libère des phéromones apaisantes, identiques à celles que les chiennes sécrètent pour réconforter leurs petits à la naissance. La marque Adaptil propose un collier et un diffuseur.

Un bruit de fond peut rassurer votre chiot. Vous pouvez alors laisser la télévision allumée ou mettre la radio.

Votre odeur est un remède très efficace pour détendre votre compagnon à quatre pattes. Vous pouvez ainsi déposer un de vos vêtements déjà porté dans son panier, ou encore vaporiser votre parfum dans la pièce où il restera en votre absence.

Si un proche peut rendre visite à votre chien au cours de la journée, c’est parfait !

Avoir plusieurs animaux a toujours été votre souhait ? Il s’agit d’une très bonne idée car ils se tiendront compagnie et cela sécurisera votre chiot. Sinon, il est toujours possible de faire intervenir un deuxième chien qui sait rester seul. Par effet de mimétisme, votre boule de poils devrait vite faire des progrès. Cependant, ne prenez pas un 2eme chien si c’est exclusivement pour tenir compagnie au premier, vous pourriez avoir l’effet inverse et avoir deux chiens qui stress de votre absence.

En résumé :

Ce que vous devez faire :

– Habituer votre chiot le plus tôt possible à des absences très courtes ;

– Augmenter progressivement la durée de vos sorties ;

– Simuler des départs pour éviter tout rituel ;

– Prévenir le voisinage d’éventuels aboiements ;

– Faire une balade avec votre petit compagnon pour ses besoins avant de vous absenter ;

– Installer le chien dans une pièce quand vous n’êtes pas là, avec son panier ;

– Mettre des jouets à sa disposition ;

– Ignorer le chiot quelques instants au moment du départ afin de faciliter la séparation ;

– Sortir de la maison pendant qu’il vous voit ;

– Au retour, repousser le chien tant qu’il n’est pas calme ;

– Réprimander votre toutou seulement si vous le prenez en flagrant délit de destruction ;

– Bien le sortir pour qu’il se dépense.

Ce que vous ne devez pas faire :

– Prendre un congé pour passer toutes vos journées avec le nouveau petit arrivant ;

– Céder à la tentation de réconforter votre chien dès qu’il gémit ;

– Donner des signes de votre départ ;

– Faire plein de caresses à votre chiot avant de le quitter ;

– Laisser les fenêtres ouvertes ;

– Partir en cachette ;

– Gronder votre boule de poils en cas de bêtises.

Guide complet : Apprendre la solitude à son chien
4 (80%) 1 vote
C'est POUR VOUS ! Téléchargez le guide pour éduquer votre chiot ! (Gratuit)Je veux mon LIVRE !

Pin It on Pinterest

Shares
Share This