Dans la famille « Maladies graves chez le chien », je demande la leishmaniose canine. Cette maladie infectieuse est transmise par un insecte volant, le phlébotome. Loin d’être rare, elle est fatale pour près de 40.000 chiens en France chaque année. Pourtant, malgré cela, cette pathologie reste encore trop peu connue des propriétaires de toutous. Pour y remédier, voici donc toutes les informations à connaître sur les symptômes et la prévention de la leishmaniose canine.

Qu’est-ce que la leishmaniose ? Comment mon chien risque-t-il de l’attraper ?

La leishmaniose est une maladie infectieuse très contagieuse, issue du parasite « leishmania » qui se transmet par la piqûre d’un phlébotome (aussi appelé « mouche des sables »). De la taille d’un moucheron, cet insecte nocturne volant ressemble beaucoup à un moustique.

Où sévit le phlébotome ?

Le phlébotome est essentiellement présent dans les zones chaudes, notamment en Amérique Latine et dans les pays méditerranéens (sud de l’Europe et nord l’Afrique). En France, il sévit donc plutôt dans les régions du sud : Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes, PACA et Corse. Par ailleurs, la mouche des sables est surtout active en période estivale (entre avril et octobre), plutôt le soir et la nuit. Et en journée, elle se cache dans les sols, les murs extérieurs et les terriers, mais ne rentre pas dans les habitations. Ainsi, un chien est davantage menacé dans une région chaude, lorsqu’il est dehors en soirée ou la nuit. Durant la forte saison, il peut même être piqué jusqu’à 100 fois par heure !

Comment se passe la contamination ?

Comme chez le moustique, la femelle du phlébotome pique des mammifères pour se nourrir de leur sang. Puisque la leishmaniose est extrêmement contagieuse, si la mouche des sables pique un mammifère contaminé, elle devient porteur sain du parasite. Une fois infectée, elle le transmet alors à toutes ses prochaines victimes. Une fois dans le sang de son hôte, le leishmania se loge dans ses globules blancs. Il se multiplie ensuite tranquillement, en affaiblissant son porteur.

Sachez également que la leishmaniose est transmissible à tous les mammifères, y compris à l’homme. Selon son type, la leishmaniose humaine peut être cutanée, cutanéo-muqueuse ou viscérale. Aussi nommée « fièvre noire », cette dernière forme est la plus grave.

Les symptômes de la leishmaniose canine

D’abord, il faut savoir que le chien est particulièrement sensible à la leishmaniose ; bien plus que l’homme d’ailleurs. Il souffre donc davantage des symptômes et peut même en périr.

Chez le chien, les piqûres sont souvent situées sur la tête, les pattes et les autres extrémités. En effet, ces zones sont suffisamment accessibles et gorgées de sang pour le phlébotome. Lorsque celui-ci a piqué le toutou pour se nourrir, le parasite est déposé à la surface de la peau, puis s’infiltre dans le sang. A l’endroit de la piqûre, une petite lésion apparaît. Et si celle-ci s’infecte, un petit ulcère peut aussi se former.

Chez certains chiens résistants, il se peut que la leishmaniose canine n’engendre aucun symptôme. Mais la plupart du temps, un toutou atteint souffre d’une dégradation générale de son état. On parle d’ailleurs de « leishmaniose générale du chien ». Une fois le parasite installé dans le sang, il attaque progressivement la peau, les muqueuses, les organes internes et le système immunitaire.

Concrètement, de multiples symptômes apparaissent progressivement, avec l’évolution de la maladie :

  • Une grande faiblesse (au début seulement après un effort, puis en permanence).
  • Des chutes de poils et des pellicules sur le visage, dues au développement d’une dermatite sèche.
  • Un amaigrissement progressif, avec une fonte musculaire, malgré un appétit correct.
  • Des lésions cutanées ulcérantes au niveau de la peau et des muqueuses (truffe, oreilles, coussinets, etc.), notamment sur les zones en contact avec le sol.
  • Des griffes anormalement longues et cassantes.
  • Des muqueuses très pâles.
  • Une rate et des ganglions volumineux.
  • Une anémie et des problèmes de coagulation.
  • Des troubles oculaires et urinaires.

Bien sûr, un chien atteint de leishmaniose ne développera pas forcément tous ces symptômes, mais il est important de rester attentif. Ensuite, sachez que les premiers symptômes n’apparaissent qu’à partir de trois mois après l’infection. La période d’incubation peut même aller jusqu’à 18 mois ! Enfin, notez également qu’une femelle contaminée transmettra le parasite à ses petits.

Vous l’aurez compris, la leishmaniose est une maladie parasitaire chronique très grave. Face à de tels risques, une extrême vigilance est de mise !

Comment protéger mon chien contre la leishmaniose ?

Si votre chien présente certains des symptômes listés précédemment, emmenez-le chez votre vétérinaire sans attendre. Et n’oubliez pas que la période d’incubation peut être très longue. Si vos dernières vacances dans le sud de la France remontent à plusieurs mois, il est quand même possible que votre compagnon ait été contaminé et ne développe des symptômes que maintenant !

Concrètement, le diagnostic de la leishmaniose canine se fait grâce à une analyse de sang, éventuellement complétée par des biopsies ou des ponctions.

Quel est le traitement ?

Malheureusement, la leishmaniose est une maladie orpheline. Cela signifie qu’il n’existe aucun traitement efficace pour l’éradiquer en totalité. Aussi, lorsqu’un toutou est contaminé, il ne peut pas être réellement soigné. De plus, cette maladie se traite beaucoup moins bien chez le chien que chez l’homme.

Cependant, avec les soins adaptés, il est possible de limiter les symptômes, pour permettre au chien de vivre aussi normalement que possible. Le traitement quotidien consiste en des injections d’antimoine et des comprimés d’allopurinol. Mais malgré cela, une rechute reste possible.

Le meilleur moyen de protéger votre chien contre la leishmaniose reste donc la prévention. Il existe notamment des colliers antiparasitaires (de la marque Scalibor®) et des produits antiparasitaires, sous forme de pipettes ou de sprays. Un vaccin contre la leishmaniose est également disponible depuis 2011. Enfin, limitez autant que possible l’exposition de votre toutou aux phlébotomes. Dans les régions à risques, réduisez donc ses sorties dès la tombée de la nuit.

Conclusion

Ainsi, la leishmaniose canine est une maladie orpheline très grave, bien plus répandue qu’on ne le pense. Puisqu’elle ne peut pas réellement être soignée, le meilleur moyen pour protéger votre chien est donc la prévention.

Crédit photo : ©Flickr

La leishmaniose du chien : symptômes et prévention
3.4 (68%) 5 votes

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
C'est POUR VOUS ! Téléchargez le guide pour éduquer votre chiot ! (Gratuit)Je veux mon LIVRE !