[Vidéo] Quand Ian Dunbar parle, On écoute !

[Vidéo] Quand Ian Dunbar parle, On écoute !

 

Cette vidéo n’est pas récente. Elle date de 2007 mais son contenu est toujours d’actualité. C’est Ian Dunbar vétérinaire comportementaliste et auteur de plusieurs livres dont “Comment apprendre de vieux tours à un nouveau chien” qui anime la conférence.

Ian Dunbar nous donne son avis sur l’éducation canine. Il nous invite à voir le monde au travers des yeux de notre chien.

Voici la vidéo je vous laisse la découvrir :

Transcription Texte via TED

0:11 Les chiens ont des centres d’intérêt. Ils se reniflent, ils courent après les écureuils. Et si on n’en fait pas une récompense dans le dressage, ce sera une distraction. J’ai toujours trouvé ça effrayant de voir un chien dans un parc et son maitre qui l’appelle, «Viens ici», et le chien pense «hum, intéressant. Je renifle le derrière de cet autre chien, mon maitre m’appelle» C’est un choix difficile. Derrière, maitre — Le derrière gagne. Vous perdez. Vous ne faites pas le poids face à l’environnement dans le cerveau d’un chien adolescent. En dressant, on tente de toujours prendre en considération le point de vue du chien.

1:00 Je suis ici principalement, car dans l’éducation canine, en ce moment, il y a des gens qui pensent qu’on dresse un chien d’abord en inventant des règles humaines sans tenir compte du point de vue du chien. On lui dit: «tu vas agir comme ça! On va te forcer à agir contre ton gré, à nous obéir.» Et on garde ces règles secrètes, on ne les explique pas au chien. Enfin, on peut punir le chien pour avoir enfreint des règles qu’il ne connaissait même pas Vous avez un chiot — son seul crime est d’avoir grandi. Quand il était chiot, il posait sa patte sur votre jambe — c’est adorable — Vous lui disiez «bon chien!» Vous vous baissiez, vous le caressiez — vous le récompensiez d’avoir sauté. Sa seule erreur est d’être un dogue du Tibet et, quelques mois plus tard, il pèse 38 kilos. Et chaque fois qu’il saute, il se fait maltraiter. C’est terrifiant à quel point, les chiens se font maltraiter.

2:01 À propos de la dominance — tout d’abord, ce qu’on voit en dressage est une sorte d’interprétation Disney d’un système social très complexe. Et les chiens sont sérieux là-dessus. Les mâles sont très sérieux à propos de la hiérarchie, car ça évite les affrontements physiques. Bien sûr, les chiennes, de l’autre côté, ont plusieurs amendements à la règle hiérarchique mâle. La première est «Je l’ai, pas toi». Une chienne de rang très très bas peut facilement garder un os contre un mâle dominant. On a en éducation canine cette notion de dominance, de mâle alpha.

2:40 Les chiens sont si maltraités. Chiens, chevaux et humains sont les trois espèces souvent maltraitées. La raison est que, programmée dans leur comportement, il y a la notion de toujours revenir s’excuser. «Désolé que vous ayez dû me frapper. C’est ma faute». Ils sont si «frappables». Alors, ils se font frapper. Le chiot vous saute dessus. Si vous ouvrez un livre de dressage, vous lisez: «Tenez ses pattes avant, pincez-les, marchez-lui sur la patte, jetez-lui du jus de citron sur le visage, frappez-le sur la tête avec un journal, donnez-lui un coup sur le ventre, retournez-le.» Parce qu’il a grandi. Parce qu’il fait ce que vous l’avez dressé à faire. C’est de la folie. Je demande aux maitres «Comment voulez-vous qu’il vous dise bonjour?» Et ils répondent: «Je ne sais pas, qu’il s’assoie, je suppose.» Je réponds «Allons lui apprendre à s’assoir.» Puis on lui donne une raison de s’assoir. Car la première étape est de donner au chien des cours de langue. Si je vous dis «Laytay-chai, paisey, paisey» Allez, vous devez faire quelque chose là. Vous ne faites rien? Ah, vous ne parlez pas swahili. Je vais vous apprendre quelque chose, le chien ne parle pas anglais, ni espagnol, ni français.

3:57 La première étape est donc de lui apprendre l’anglais ou la langue de son maitre. Et pour ça on utilise une friandise, à cause des maitres. Ma femme n’utilise pas de friandise. Elle est très douée en éducation, meilleure que moi. Je n’utilise pas de friandise, mais la plupart des maitres disent: «Le chien, assis.» ou «assis, assis, assis» en faisant un geste devant les fesses du chien, comme si le chien voyait par là. C’est de la folie. «Assis, assis.» «Le chien, assis» — il comprend après 6 à 10 essais.

4:29 Puis nous enlevons la friandise et le chien sait ce que veut dire «Assis». On peut faire comprendre au chien une phrase correctement construite. «Phoenix, viens ici, prends ça, et va voir Jamie, s’il te plait.» Je lui ai enseigné «Phoenix», «viens ici», «prends ça», «va voir» et le nom de mon fils, «Jamie». Le chien peut transporter un message, et j’ai mon propre chien de secouriste. Il trouvera Jamie où qu’il soit, près de la rivière par exemple, et lui portera le message qui dit «Le diner est prêt, viens manger.»

4:59 Le chien sait ce qu’on veut qu’il fasse. Est-ce qu’il va le faire? Pas forcément, non. S’il est dans un parc avec des arrière-trains à renifler, pourquoi aller voir le maitre? Le chien vit avec vous, il vous voit quand il veut, il peut vous renifler le derrière, si vous voulez, quand il veut. Mais dans un parc, vous êtes en compétition avec des odeurs, d’autres chiens et des écureuils.

5:22 La 2e étape est d’apprendre au chien à avoir envie de faire ce que vous voulez. C’est très simple. On utilise le principe de Premack. On enchaine un comportement peu fréquent, que le chien ne veut pas faire, avec un comportement fréquent, un «problème de comportement» ou un «hobby de chien» — quelque chose qu’il veut faire. Et cela devient une récompense pour le comportement moins fréquent. On dit «Assis», sur le canapé. «Assis», chatouilles. «Assis», baballe. «Assis», va voir cet autre chien. Oui, «renifler le derrière» est au programme. «Assis», va renifler.

5:58 Toutes les distractions qui gênaient le dressage deviennent des récompenses. Ce que nous faisons au fond, nous laissons croire au chien qu’il nous dresse. J’imagine ce chien en train de parler à travers le grillage à un akita, «Dis donc, mes maitres sont faciles à dresser. On dirait des golden retrievers. Je n’ai qu’à m’assoir, et ils font tout. Ils ouvrent les portes, conduisent ma voiture, me font des massages, lancent des balles, ils cuisinent pour moi et me servent. Je n’ai qu’à m’assoir, et c’est comme un ordre que je donne: J’ai mon propre portier, chauffeur, masseur, chef et serveur.» Et le chien est vraiment heureux. Pour moi, c’est ça le dressage. On motive le chien à vouloir faire quelque chose, ainsi, le besoin de punir ne vient presque jamais.

6:54 Ensuite vient la phase 3. Il y a des moments où ce sont les parents qui ont raison. J’ai un petit écriteau sur mon frigo, qui dit «Parce que je suis ton père, voilà pourquoi». Pas plus d’explications — «C’est moi le père, pas toi, assis.» Il y a des moments, par exemple, si un ami de mon fils laisse la porte ouverte, le chien doit comprendre qu’il ne doit pas sortir. C’est une question de vie ou de mort. Si tu sors, si tu quittes le sanctuaire de la maison, tu peux être écrasé dans la rue. Il faut donc que le chien sache, «Tu ne dois pas faire ça.»

7:28 Nous devons donc contraindre, mais sans violence. Les gens ne comprennent pas ce qu’est une punition. Ils pensent qu’une punition doit être quelque chose de méchant. Je suppose que vous le pensez aussi? Vous pensez que c’est quelque chose de douloureux, effrayant ou méchant. Mais pas nécessairement. Il existe plusieurs définitions. La plus populaire est: Une punition est un stimulus qui réduit le comportement immédiatement précédent de sorte qu’il sera moins probable par la suite. Ça n’a pas besoin d’être méchant, de faire peur ou mal. Je dirais même que ça ne devrait pas être le cas.

8:10 Je travaillais avec un chien dangereux qui avait envoyé ses deux maitres à l’hôpital, ainsi que le beau-frère et un enfant. J’ai accepté de travailler avec lui avec la promesse qu’il resterait à l’intérieur, qu’il ne sortirait pas. Aujourd’hui ce chien à été piqué, mais j’ai travaillé avec lui un moment. Les agressions avaient souvent lieu dans la cuisine. Pendant que j’étais là — à ma 4e visite — on a fait 4h30 de «Couché – reste!» avec le chien dans son panier. Il restait là grâce à l’insistance calme de sa maitresse. Quand le chien voulait sortir de son panier, elle lui disait «Rover, dans ton panier, dans ton panier, dans ton panier». Le chien a essayé de sortir 22 fois pendant les 4h30 où elle préparait à manger. L’agressivité était souvent en rapport avec la nourriture. Les interruptions se sont faites plus rares. La punition fonctionnait. Le comportement à problème disparaissait. Elle n’a jamais haussé le ton. Si elle l’avait fait, elle aurait été mordue. Ce n’est pas un chien sur lequel on crie. Et j’ai des amis qui dressent des animaux fascinants — des grizzlys. Si vous avez déjà vu un ours à la télé ou dans un film, c’est un ami à moi qui l’a dressé. Des épaulards. Comment est-ce qu’on puni un ours brun? “Vilain ours, vilain!” Voum! Votre tête est maintenant à 100 m, dans les airs. C’est fou.

9:32 Où est-ce que cela nous mène? Il nous faut une meilleure façon de faire. Les chiens méritent mieux. Mais ma motivation ne vient pas des chiens. À force d’observer des gens éduquer des chiots, je me suis rendu compte qu’ils n’avaient aucun sens de l’interaction, aucun sens des relations. Pas seulement avec le chiot, mais avec le reste de leur famille. Mon exemple préféré est encore un «Viens ici». Vous voyez quelqu’un dans un parc — je couvre mon micro, je ne veux pas vous réveiller — il y a un maitre dans le parc, son chien est là-bas et il dit «Rover, viens ici! Rover, viens ici! Rover, vient ici, fils de chienne!». Le chien pense «Je ne crois pas.» (Rires) Qui de sensé penserait qu’un chien va vouloir approcher quelqu’un qui hurle comme ça? Le chien se dit «Je connais ce ton, la dernière fois, je me suis approché et j’ai été puni.» Je montais dans un avion — cet événement a été le moment pivot de ma carrière, j’ai vraiment compris ce que je voulais faire avec cette histoire de dressage — cette notion d’éduquer les chiots d’une façon sympathique pour les chiens, leur faire vouloir faire ce qu’on veut faire, ne pas avoir à les forcer. Vous savez, j’ai éduqué mon fils comme un chiot. Je montais dans un avion pour Dallas et, assis à côté, il y avait un père — je pense — et un enfant de 5 ans. qui frappait le dossier du fauteuil «Johnny, ne fais pas ça.» Tap, tap, tap. «Johnny, ne fais pas ça.» Tap, tap, tap. Je suis juste à côté avec mon sac. Le père se penche, l’attrape comme ça et lui fait une grimace. Il fait comme ça. On s’approche d’un enfant ou d’un chiot, et on dit: «Qu’est-ce que tu fais? Tu arrêtes, arrêtes!» Je me suis dit «Oh mon dieu, est-ce que je dis quelque chose?» Cet enfant avait tout perdu — une des 2 personnes auxquelles il pouvait faire confiance dans ce monde venait de le trahir. «Est-ce que je dis à cet idiot d’arrêter?» et j’ai pensé «Ian, laisse, avance.» Et je suis allé au fond de l’avion. Je me suis assis et une pensée m’est venue. Si ça avait été un chien, j’aurais dit quelque chose. (Rires) S’il avait frappé un chien, je l’aurais cogné. Il frappe un enfant, l’attrape comme ça et je laisse faire.

11:49 C’est de ça qu’il s’agit. Les relations ne sont pas si compliquées. Nous les humains, nous sommes superficiels quand nous choisissons un compagnon pour la vie en nous basant sur 3 éléments: couleur de la fourrure, conformation, beauté. Vous voyez, comme un petit robot. On se lance dans une relation comme ça, et tout va bien pendant un an. Puis un problème de comportement apparait Ce n’est pas différent d’un chien qui aboie. Le mari ne range pas ses vêtements ou la femme est toujours en retard, peu importe. Et ça commence. Il y a deux choses ici. Quand on voit les gens interagir avec des animaux ou d’autres personnes, il y a trop peu de réactions et elles sont trop peu fréquentes. Et quand elles arrivent, elles sont méchantes, mauvaises. On voit ça surtout dans les familles, surtout entre époux, avec les enfants, les parents, au travail, entre employeur et employé. C’est comme si on souffrait de schadenfreude. On aime que les gens se trompent pour pouvoir grogner et se plaindre d’eux.

12:57 Voilà là notre plus grande faiblesse humaine. Vraiment. On prend le bien comme s’il nous était dû et on se plaint du mauvais. Je pense que tout ça devrait être enseigné. Vous savez, les maths c’est super. Quand j’étais jeune, j’étais un crack en maths. Je n’y comprends plus rien aujourd’hui, mais j’aimais ça. La géométrie, fantastique! Et des choses comme la mécanique quantique sont fascinantes. Mais elles ne sauvent pas les mariages et n’élèvent pas les enfants.

13:26 Ma vision du futur et ce que je veux faire avec cette histoire de chiens, c’est enseigner aux gens que, vous savez, votre mari est tout aussi simple à éduquer. Sans doute plus simple. Si vous avez un rottweiler, beaucoup plus simple. Vos enfants sont faciles à éduquer. Tout ce que vous avez à faire, c’est de les observer, de regarder leur comportement et, toutes les 5 min, demandez vous si c’est bien ou mal. Si c’est bien, dites «C’est très bien, merci». C’est une technique d’éducation si puissante, qu’elle devrait être enseignée à l’école. En couple — comment négocier? Comme négocier avec un ami qui veut votre jouet? Comment préparer votre première relation? Comment élever des enfants? Quand on pense à notre façon de faire — un soir, on tombe enceinte, puis on élève la chose la plus importante au monde — un enfant. Voilà ce qu’on devrait enseigner — la façon de vivre, les bonnes habitudes, qui restent avec nous tout autant que les mauvaises habitudes. Voilà mon voeu pour le futur. Ah, zut, je voulais finir juste à temps, mais il me reste huit, sept, six, cinq, quatre, trois, deux — merci beaucoup, merci. (Applaudissements)

Avez-vous aimé la vidéo ? Quelle est votre opinion sur ce qu’il vient de dire ?

5 conseils pour passer un bon Noël avec son chien

5 conseils pour passer un bon Noël avec son chien

C’est les vacances de Noël et le réveillon approche rapidement. Généralement, pendant les préparatifs de fin d’année on court partout. On fait la décoration de Noël, on prépare le repas, on commence à recevoir de la famille, etc… Les chiens n’aiment pas ça. Ils préfèrent le calme et la routine et toute cette agitation les stresses.

Pour que votre chien passe un bon réveillon de Noël, il est indispensable de garder ses habitudes intactes. Nourrissez le à la même heure que d’habitude et ne changer pas l’heure et la durée de ses promenades.

Jouez avec lui un maximum pour le fatiguer. Comme chez l’humain, faire de l’activité physique diminue le stress. Alors, jouez avec son jouet préféré pour qu’il puisse se dépenser correctement.

Voici 5 conseils pour que votre chien passe un bon réveillon ! Et vous aussi 😉

      1) Le sapin de Noël ! Un nouveau venu à la maison.

le sapin de noel et le chien Que vous choisissiez un sapin de Noël artificiel ou un vrai, sachez que pour votre chien, l’agitation autour attire sa curiosité. Voici quelques astuces pour sécuriser au mieux votre sapin des pattes poilues de votre toutou adoré. Tout d’abord, évitez les lieux de passages. Les chiens sont un peu des brutes et aurons vite fait de faire tombé les décorations avec leur queue ou carrément tout le sapin. Prenez un coin de votre pièce, pour éviter que l’arbre tombe, prenez un fil et fixé la pointe du sapin au mur ou à un meuble.

Évitez de mettre des décorations qui ressemblent fortement à la balle avec laquelle il joue régulièrement. Prenez d’autres formes si possibles. On évitera aussi les décorations en chocolat. Le chien va vite les repérer et essayer de les manger quand vous aurez le dos tourné…

Pour ceux qui prennent un arbre naturel, pensez à ramassez le plus souvent possible les épines du sapin. En effet, elles peuvent se mettre sous la patte de votre chien ou pire il pourrait avoir l’idée de les manger.
Mettez les guirlandes électriques dans une gaine en plastique et débranché les lorsque vous n’êtes pas la. Un coup de crocs est vite arrivé…

      2) Les poisons des fêtes de fin d’année.

Il y a des plantes toxiques pour votre chien et le gui et le houx en font partie. Placez-les hors de portée de votre chien. L’alcool également est toxique pour le chien, et le chocolat n’est pas bon pour lui. Prévenez votre entourage.
Si jamais vous voyez un changement de comportement chez votre chien c’est qu’il a peut-être ingéré quelque chose de toxique pour lui. Le comportement peut être abattu, voire léthargique. Contactez immédiatement votre vétérinaire.

      3) Les enfants et Noël avec son chien

Child and dog in Christmas

Vous recevez de la famille chez vous pour le réveillon ? Et, il y a des enfants qui n’ont pas l’habitude des chiens ? Alors, prenez cinq minutes pour expliquer aux enfants que le chien n’est pas un jouet et qu’il faut le laisser tranquille. Soyez particulièrement vigilant. Même si le chien est très gentil, sa patience à aussi des limites alors surveillez-les. Une morsure est vite arrivée alors on ne tape pas le chien, on ne lui marche pas sur la queue et on ne court pas après lui.

      4) Comment repérer les signes de stress chez le chien ?

Toutes ces agitations peuvent stresser fortement votre chien. Les signes du stress chez le chien sont les vocalises par aboiements ou hurlements, les tremblements alors qu’il ne fait pas froid, l’hypersalivation et la fuite pour se cacher. Il peut également arriver qu’il se lèche plus que d’habitude. Si vous observez ces comportements, prenez le temps de faire une balade avec lui pour qu’il se dépense puis au retour mettez-le dans un endroit tranquille sans trop d’agitation. Il n’est pas forcément question de le mettre à l’écart, mais laissez-le souffler un peu pour qu’il récupère.

      5) Le chien et les cadeaux de Noël sous le sapin.

Si vous n’ouvrez pas vos cadeaux le 24 mais le 25 au matin. N’oubliez pas qu’il est préférable de mettre les cadeaux hors de portée de museau ou de faire dormir le toutou dans une autre pièce. Le papier cadeau c’est très amusant pour un chiot et un jeune chien. De plus si on vous offre des chocolats, imaginez le carnage le matin avec un chien qui à tout mangé…

J’espère que mes conseils vous donneront des pistes pour passer des belles fêtes de fin d’année avec votre chien. Je vous souhaite d’agréables fêtes de fin d’année.

D’autres astuces ? Laissez un commentaire dans l’espace ci-dessous.

Quelques conseils pour partir en vacances avec son chien

Si vous voulez que vos vacances soient mémorables, vos journées se doivent d’être plaisantes pour toute la famille, y compris pour votre chien qui vous accompagnera tout au long de votre séjour. Quelques préparatifs sont nécessaires, mais durant vos congés, n’oubliez pas certaines recommandations.

Avant votre départ

Une perte ou un égarement de votre chien n’est pas à exclure, cela n’arrive pas qu’aux autres. Pour le retrouver rapidement, son identification doit être envisageable. Pour ce faire, son tatouage avant de partir est impératif. Si ce n’est pas fait, faites-le faire et profitez-en pour vérifier ses vaccins. Ils doivent être à jour. Lors de vos préparatifs d’objets personnels, vous emporterez le carnet de santé de votre canin, ainsi que le passeport (si nécessaire !). Grâce à ces documents, vous pourrez voyager partout, en toute tranquillité. Enfin, pour que le départ ne se passe que mieux, un traitement anti-puces et anti-tiques sera bénéfique. Vous et votre chien serez tranquilles pour tout l’été.

Pendant les vacances

Partir en vacances avec son chienBien que ce soit un animal, il a besoin de confort et réconfort. Vous pouvez donc l’installer à l’arrière de votre véhicule, en le protégeant avec un harnais ou un filet de protection. N’oubliez pas de lui donner régulièrement à boire, sans quoi il pourrait souffrir des grosses chaleurs. Par acquis de conscience, assurez-vous que les chiens sont acceptés sur votre lieu de destination. Il sera donc bien traité et non délaissé. Il sera heureux de changer d’air, mais encore faut-il que tout se passe bien pour lui. Généralement, ils sont admis partout, mais il existe encore des établissements qui font exception à la règle.

Quelques recommandations supplémentaires

Ce n’est pas parce que vous êtes en vacances qu’il faut que votre boule de poils adopte un autre rythme. A votre arrivée, il est indispensable de garder ses horaires de repas, pour une meilleure acclimatation. Lui permettre de conserver ses mêmes habitudes ne le perturbe pas. Ainsi, la tenue en laisse, le repos dans le panier, les repas pris dans sa gamelle habituelle, les actions de civisme et le respect d’autrui sont les règles qu’il faut observer durant votre périple. Votre chien sera content d’être dans un lieu nouveau où il aura beaucoup à découvrir, sans se sentir dépaysé. Pas de troubles de sommeil ou de comportement ressentis, pas de soucis d’équilibre et/ou d’éducation à recommencer.

Casser le rythme quotidien d’un chien est bien, à condition de toujours resté dans la même ligne de conduite. Ainsi, il pourra vous suivre partout, dans les endroits autorisés, sans se poser de questions. A vous maintenant d’agir, vous avez toutes les cartes en main !

Pourquoi se méfier de l’anthropomorphisme dans la relation “chien-homme” ?

L’anthropomorphisme n’est pas un comportement normal chez un animal, y compris chez le chien. Celui-ci subit “une transformation” physique et morale que l’homme lui inculque. Mais pourquoi une telle attitude ?

Comment rendre un chien anthropomorphique ?

Vous devez faire attention de ne pas être excessif dans l’amour que vous portez à votre boule de poils. Vous pensez qu’un trop plein d’amour est bon pour votre protégé ? Et bien non. Il faut lui laisser ses réactions animales, parfois sauvages. Vous ne pouvez lui imposer d’avoir des manières humaines. Ce n’est pas bon pour son intellect, ni son développement. Il ne faut pas vouloir faire de votre chien un humain avec tout ce que cela comporte. Pouponner son chien de la même façon que vous le feriez pour un bébé peut entraîner de graves troubles de comportement de votre chien. L’aimer est un acte naturel, mais chacun doit respecter son rang.

Quelques erreurs à ne pas commettre

anthropomorphismeIl ne faut pas discuter ou lui raconter votre journée avec votre chien comme vous le feriez avec vos enfants ou votre compagnon. Lui donner un prénom humain ou le surnommer “ma puce, mon bébé” ou autres ne doit pas se voir envers un chien. L’autoriser à partager vos repas, lui donner trop à manger ou lui préparer des petits plats qu’il aime ne sont pas des habitudes à lui accorder. Il se contente de sa nourriture qui est très équilibrée selon ses besoins alimentaires. Le bichonner avec des parfums, des teintures, des petits nœuds ou autres gadgets n’est pas digne d’une allure pour votre chien. Il n’a pas à dormir non plus dans votre lit. Seules les personnes sont habilitées à le faire, par souci d’hygiène et d’intimité. Pour finir, son anniversaire ne se fête pas, des faveurs ne lui sont pas accordées en période de fin de d’année ou d’évènements particuliers, comme Halloween. Ce sont des moments que vous partagez avec votre famille et non avec votre chien.

Quelles sont les conséquences de l’anthropomorphisme

L’énumération qui va suivre n’est pas exhaustive et les conséquences ne sont pas systématiques non plus. En revanche, il faut les prendre tout de même en considération, évitant les mauvaises surprises. En rendant votre animal anthropomorphique, vous risquez d’oublier les besoins vitaux qu’il pourrait avoir. En cédant à toutes ses envies ou les vôtres, vous avez de fortes chances de le rendre capricieux, voire agressif ou peureux. Le nourrir avec d’autres aliments que les siens entraîne l’obésité ou le surpoids, conduisant l’animal à de graves maladies, voire la mort. En le coiffant ou l’ornant de “chouchous”, vous empêchez votre animal d’avoir une vie sociale canine normale.

L’anthropomorphisme est considéré comme un comportement anormal développé chez votre compagnon à quatre pattes qui le gênera tout au long de son existence. Il en sera très malheureux, peu équilibré.

Comment faire du vélo avec son chien ?

Comment faire du vélo avec son chien ?

Faire du vélo avec son chien permet de créer une certaine complicité entre vous et votre sportif. Certaines races sont plus disposées à pratiquer cette activité que d’autres, mais le loisir et la passion pour cette discipline restent tout de même faisables pour tous les chiens.

Pour les grands

C’est toujours très fascinant de voir son chien vous “tracter”. Aucun grand investissement matériel est nécessaire, si ce n’est une laisse suffisamment longue, de manière à ne pas voir le chien se rapprocher trop de vous. Il faut garder une certaine distance de sécurité sans pour autant prendre des risques de voir votre petit protégé faire n’importe quoi. Pour une petite touffe de poils, vous l’emportez tout simplement avec vous sur votre vélo.

Il sera heureux de prendre l’air, de vivre des sensations autres que celles qu’il partage tous les jours avec vous. Vous l’installez confortablement dans un panier, avec un coussin et vous accrochez le tout au guidon de votre vélo. Vous pouvez le surveiller, il ne risque rien et tout le monde se fait plaisir !

Une belle complicité

vélo avec son chienDès que vous sortez votre vélo et votre laisse, votre chien comprendra très vite que vous partez “en virée”. Bien qu’animal, votre compagnon a conscience du danger. Vous pouvez tomber s’il ralentit son rythme, il peut lui-même se faire mal. Si dans votre parcours, vous rencontrez un carrefour ou un croisement, il faut que votre “accompagnateur” sache aller à droite ou à gauche, selon ce que vous lui demandez. Or, s’il n’a pas reçu cet apprentissage, ce peut être la catastrophe. Dans ce cas, l’idéal pour lui, comme pour vous, est de lui enseigner ces ordres et lui faire admettre leur exécution dès que vous lui demandez.

Les commandes et la vigilance

Dans un premier temps, avant de partir avec lui en vélo, vous construisez vous-même un obstacle qu’il devra contourner. Vous vous placez chacun d’un côté de cet objet et vous lui lancez une balle, un ballon ou un morceau de bois. Votre boule de poils devra aller le chercher tout en écoutant ce que vous dites, comme par exemple “à droite vas chercher !”.

Vous renouvelez l’opération pour la gauche, de plus en plus vite, tant que cette technique n’est pas acquise. En plus de réagir vite, il évitera tout ce qui pourrait le gêner dans sa trajectoire, tels qu’une racine ou une souche, sans oublier votre obstacle.

Votre vigilance est plus qu’importante. Quelques secondes d’inattention ou un changement de direction peut entraîner un accident bien grave pour tous les deux. N’oubliez pas qu’un chien peut aller au-delà de ses limites sans s’en rendre forcément compte. Son état physique est donc à surveiller. Pour finir, n’oubliez pas d’alimenter votre chien pour les efforts qu’il fournit !

Comment sécuriser la maison pour votre chien ?

Dans la vie de tous les jours, la sécurité de votre chien est toute autant importante que la vôtre. Il ne faut pas la négliger. Les accidents domestiques pourraient rapidement se produire. Il n’est pas question de sécuriser la vie d’un bébé et non celle d’un chien ! Mais comment faire pour agir au mieux ?

Ce à quoi il faut faire attention

La toxicité des produits chimiques est très dangereuse pour votre canin. L’eau de javel, les détergents, les anti-insectes, anti-rats ou souris sont particulièrement néfastes. Dans les aliments, on retrouve le chocolat qui peut coûter la vie à votre chien, tout comme le café, le sel ou les noyaux de fruits. Les médicaments adaptés à votre organisme ne le sont pas forcément pour le chien. Il est donc interdit de lui en donner. Prenez garde aux plantes qui ornent votre intérieur. Certaines s’avèrent être un poison pour votre protégé. Enfin, faites attention aux fenêtres ouvertes ou aux clôtures. Les trous, les parties endommagées ou les portails mal fermés peuvent porter préjudice à votre chien.

La vigilance à l’heure du rendez-vous

vie de son chienLe rangement des produits dans les placards, dans une pièce inaccessible ou en hauteur est indispensable. Lorsque vous les utilisez, pensez à bien les ranger à leur place après. Côté alimentation, votre boule de poils doit être nourri avec une alimentation adaptée à ses besoins nutritionnels. En promenade, soyez vigilant quant aux endroits où il passe. Il aurait vite fait de se faire mal ou d’ingérer des insecticides, des engrais ou de s’écorcher. En cas de blessure ou d’intoxication, consultez au plus tôt un vétérinaire. Les produits toxiques brûlent l’œsophage sur leur passage. En vomissant, vous provoquez une deuxième brûlure. L’auto-médicamentation ne doit pas non plus être pratiquée.

Le matériel à utiliser pour sécuriser la vie de votre chien

La pince à tiques débarrasse votre chien de ces parasites qui lui déclenchent des maladies très graves (idem sur les humains, d’ailleurs !). Une fois par mois, vous pouvez injecter un produit anti-tiques ou puces à votre touffe à quatre pattes. Une barrière en haut ou en bas des escaliers, dans les endroits stratégiques dans lequel votre chien peut tomber n’est pas de refus. Pour les transports, il est préférable d’utiliser une caisse spécialement conçue pour un chien, dans laquelle il ne se sentira pas à l’étroit. Lors de vos ballades, notamment la nuit ou en fin d’après-midi, un pendentif lumineux vous sera d’une grande utilité pour ne pas perdre celui qui vous accompagne dans votre quotidien.

Voici quelques conseils qui vous serviront dans la vie de tous les jours pour protéger l’environnement de votre toutou. Autant les utiliser à bon escient et filer des jours heureux !

Pin It on Pinterest