Comment gagner la confiance de son chien ?

Comment gagner la confiance de son chien ?

Comment gagner la confiance de son chien ? Le chien est le meilleur de l’homme. Du moment qu’il aime son maître, il l’accompagne partout et aime partager ses journées à lui. Pour ce faire, vous devez gagner sa confiance. Vous ne savez pas comment faire ? En voici quelques conseils.

Gagner la confiance de son chien : être cohérent et simple

La cohérence commence par le fait que vous devez être bref et strict dans votre manière de parler. Pourquoi ? Parce que votre chien ne comprend pas que vous puissiez lui donner un ordre pour en changer le lendemain. Habitué à un certain vocabulaire, il n’associera pas les nouveaux mots avec les anciens ordres. “Changer d’avis comme de chemise” ne convient pas non plus à votre boule de poils. Rien n’est plus frustrant pour votre chien que de voir son maître instable.

Par contre, si vous tenez des discours cohérents qu’il comprend, une profonde amitié se créera entre vous et lui, il vous fera confiance. Si votre chien aboie ou “hurle” la nuit, pourquoi le gronder ? Consolez-le, rassurez-le. Il finira par comprendre que ce n’est pas la peine d’attirer votre attention de cette façon.

A lire aussi : Comment apprendre l’ordre “aboie” à son chien ?

Soyez gentil tout en étant strict

Une récompense est bénéfique pour gagner sa confiance de votre protégé. Il se comporte bien, il est récompensé. Bien sûr, il ne s’agit pas de lui en donner toute la journée. Par contre, il faut savoir aussi lui expliquer pourquoi cette fois, il n’a pas droit à sa gâterie. Un chien est doté d’une certaine intelligence, il comprendra très bien. Parlez-lui gentiment, d’une voix posée. S’il fait une bêtise, le ton de votre voix change. Vous serez plus froid et plus ferme dans vos paroles, mais il n’est pas utile d’en arriver aux tapes. Il serait apeuré et n’aura plus du tout confiance en vous. Un humain a le droit à l’erreur, pourquoi pas les canins ?

Garder sa confiance par la sociabilisation

Un chien a besoin de se défouler, de rencontrer d’autres congénères. En lui accordant cette faveur, vous gagnerez sa confiance. Comment ? En lui permettant de se sentir bien, en lui montrant que vous pensez à lui, aux envies et aux besoins qu’il peut avoir. Il ne faut pas négliger ce moment car, à cet instant précis, vous pouvez jouer avec lui et établir des liens de contacts non négligeables. Vous le caressez, vous lui parlez, vous faites de grandes virées avec lui, vous courez avec lui. Autant d’étapes à parcourir avec sa boule de poils. Il s’en souviendra et se rendra compte à quel point vous l’aimez.

S’occuper de son chien ne doit pas être une corvée, mais un plaisir. Il s’agit d’un animal et non d’un meuble. Au plus vous vous en occuperez (sans gâtifier non plus), au plus votre trésor aura confiance en vous.

Crédit/Photo : par StockSnap de Pixabay 

Comment habituer son chien à la muselière ?

Comment habituer son chien à la muselière ?

Les chiens dits catégorie 1 et 2 sont dans l’obligation de porter la muselière partout en extérieur. Pour les autres, ils ne la porteront qu’en lieux publics, comme les parcs publics ou dans les transports en commun. Ce n’est pas parce qu’un chien porte une muselière qu’il est méchant. Il s’agit tout simplement du respect de la loi. Et le vôtre, est-il habitué à avoir cet objet sur son museau ? Comment lui donner l’habitude ?

Pratiquer le jeu

Vous pouvez commencer cette opération dès que votre chien atteint l’âge de six mois. Jeune, il s’y habituera beaucoup plus vite. Vous pouvez insérer un morceau de viande ou de jambon dedans. Il aura l’odeur dans les narines et voudra “gagner” ce qui se cache dans la muselière. En renouvelant cela deux à trois fois par jour, quotidiennement, toute la semaine, votre petit protégé comprendra qu’il peut la supporter. Dès qu’il a attrapé l’objet en question, il faut lui retirer. D’une part, elle peut le gêner pour la mastication mais, en plus, il pourrait se mettre à la mordiller. Or, ce n’est tout de même pas un jeu, mais un outil.

La bonne muselière

Se déclinant en différentes matières, vous prendrez celle qui convient le mieux à votre chien. Pour les petites tailles, optez plutôt pour celles qui sont fabriquées en tissu. Vous ne l’utiliserez que quelques fois, peu importe si elles ne sont pas très esthétiques. Le tout est de s’assurer que votre boule de poils respire bien dedans. Les muselières en métal présentent un avantage non négligeable.

Aérées et légères, votre chien se sent bien dedans et sa respiration se fait normalement. Enfin, les muselières en cuir ne sont conçues que pour être porter sur une courte durée. Non aérées, elles risquent d’être gênantes pour respirer. Par contre, la taille de celles-ci doit être supérieure à la gueule de votre chien. Il faut qu’il puisse l’ouvrir de deux à trois centimètres.

Mettre la muselière et faire travailler votre chien

Lorsque vous commencez l’apprentissage du port de la muselière, vérifiez avant tout qu’elle ne soit pas trop petite. Trop serré, votre animal de compagnie ne va pas aimer. Vous la réglez sur lui, puis vous l’enlevez. Les premières séances ne prendront que quelques secondes.

Lorsqu’il sera habitué, vous pouvez l’emmener promener ou lui faire travailler ses ordres, comme “assis, couché” ou autres. Ayant toujours sa muselière sur le museau, vous veillez à ce qu’il ne cherche pas à l’enlever de lui-même. Objet à respecter, tout comme son collier ou sa laisse, il ne devra pas jouer avec. De votre côté, elle ne doit pas servir de punition non plus.

Lorsque votre travail est terminé, il faut penser à féliciter, voire à récompenser, ce petit animal qui fait tout pour vous satisfaire.

A lire aussi : Comment apprendre les ordres de base (Assis Couché et Debout) ?

Crédit photo : krushelss  stock.adobe.com

Que faire si mon chien fugue ?

Que faire si mon chien fugue ?

Mon chien fugue, que faire ? La fugue du chien est la plus grande hantise d’un propriétaire canin. Plusieurs solutions existent pour éviter ce genre de désagrément, mais avant d’agir, il vaut mieux étudier les différentes raisons qui pourraient conduire votre chien à fuguer. Alors par où commencer ?

Les causes de la fugue canine

Se sentir exclu est une impression que le chien a dès sa naissance puisqu’il est repoussé par sa mère dès son plus jeune âge. Si votre boule de poils ressent ce même sentiment au sein de votre famille, il aura envie de partir, tentant ainsi de trouver une famille aimante. Il ne se sent pas assez investi dans la vie quotidienne, il se sent délaissé. Un chien garde des instincts sauvages. Dans ce cas, le chien qui vit notamment en campagne aura envie de courir après “le gibier”, hors de son domicile ou de son jardin. N’oubliez pas que le chien possède aussi des envies naturelles et peut aussi fuguer pour courir les chiennes en chaleur. Pour terminer dans les raisons qui pourraient conduire un chien à fuguer, on retrouve aussi l’envie de l’inconnu. Ainsi, son plaisir d’être dehors l’incitera à toujours y rester plus longtemps et donc à faire des virées de plus en plus longues.

Que faire contre tout cela

Contre un sentiment d’exclusion, il suffit tout simplement de jouer avec lui, pratiquer un sport ou lui faire des câlins. Vous pouvez aussi l’intégrer à votre vie de famille et le valoriser. Attention cependant de rester maître de la situation. Côté découverte, ne le laissez pas partir tout seul, mais organisez certaines sorties courtes et d’autres plus longues. Il n’aura donc pas envie de prendre le large tout seul. Le jeu reste aussi un élément indispensable dans la vie du chien pour canaliser son énergie. Épuiser son chien par les activités physiques le rend plus calme. Il n’aura plus envie de partir. Pour le côté sexuel, il ne vous reste plus qu’à le faire castrer et son envie irrésistible d’aller “voir ailleurs” disparaîtra. En plus de cette opération, votre vétérinaire lui administrera un traitement hormonal, très utile pour contrôler ses ardeurs. Toutes ces solutions vous permettent d’être en parfait harmonie avec votre fidèle compagnon.

Mon chien fugue : quelques renseignements complémentaires

Le battre ou l’attacher à son retour n’est pas la solution, bien au contraire. Cela lui donnerait envie de recommencer de plus bel pour ne jamais revenir. Vérifiez que vos clôtures soient assez solides pour qu’il ne puisse pas les abîmer et s’échapper. Le tatouage est aussi obligatoire, mais lui faire porter une médaille où sont inscrites vos coordonnées peuvent vous aider à le retrouver.

Ne négligez pas le phénomène de la fugue de votre chien. Cela peut l’emmener à sa perte, sa vie peut être mise en jeu.

A lire aussi : Mon chien à disparu, mon chien est perdu ! Que faire ?

Crédit/Photo : par Tom und Nicki Löschner de Pixabay 

Comment limiter les bêtises de son chien (ou chiot) ?

Comment limiter les bêtises de son chien (ou chiot) ?

Tout chien ou chiot fait des bêtises, mais à quelle hauteur ? Est-ce tolérable ou intolérable ? Limiter les bêtises de son chien ou chiot oui, mais comment ?

Mon chien fait des bêtises

Il suffit que vous ayez le dos tourné pour que votre chien ou votre chiot fasse des bêtises. Il se défoule de cette manière. Il détériore les housses du canapé, réduit vos chaussures “en poussière”. Tout attendrissant qu’il puisse être, ce n’est plus amusant du tout. Ce comportement démoniaque provoque des crises de nerfs ou des périodes de découragement chez vous, le maître. Mais avant de réagir si violemment, vous êtes-vous posé la question de savoir pourquoi il agit ainsi ? Pour votre protégé, le fait d’agir ainsi est une manière de vous montrer qu’il est angoissé ou qu’il règne un malaise qu’il ne peut expliquer. Néanmoins, il faut savoir que les bêtises sont réalisées juste après votre départ. Pourquoi ? Parce que c’est à ce moment-là que votre chien éprouve son plus grand stress. Il se calme ensuite.

Pour y remédier

Acheter un chien trop jeune n’est pas forcément l’idéal. Il lui faut le temps d’être sevré et d’apprendre “les bonnes manières” avec sa maman. Une fois chez vous, il faut savoir ruser pour éviter les bêtises. Ne paniquez pas devant les sottises qu’il pourrait faire durant votre absence. Grondez-le, mais ne le tapez surtout pas. Des moments de douceur et de fermeté seront beaucoup plus bénéfiques à son éducation. La violence est à bannir définitivement. Petit et innocent, les raclées ne lui apporteront rien, tout comme à vous d’ailleurs ! Vous voulez le punir ? Mieux vaut l’isolement dans une pièce voisine que les coups.

Faire preuve de compréhension

Le stress et l’anxiété d’un chiot ne doivent pas être négligés, sans quoi ces deux sentiments suivront votre compagnon à quatre pattes toute sa vie. Par contre, le fait d’essayer de comprendre votre animal le réconfortera. Il se calmera au fil du temps. Les bêtises s’atténueront jusqu’à disparaître complètement. Il faudra compter plusieurs semaines, voire plus mois pour que tout rentre dans l’ordre car, petit, il reste attiré par tout ce qui est nouveau. La punition sera de rigueur chaque fois qu’il agira mal, mais il ne faut pas qu’il ait l’impression que vous le détestez. Son instinct fait qu’il distinguera très bien la différence entre le fait d’être réprimandé pour une mauvaise action et le fait d’être pris en grippe.

Au lieu d’attendre que les bêtises ne s’aggravent, il est indispensable de prendre les choses à la base. La fermeté s’impose dès le début. La moindre erreur de votre part et votre chien en profitera pour prendre une ou plusieurs mauvaise(s) habitudes. N’oubliez pas c’est vous le maître, pas lui.

A lire aussi : Guide complet : Apprendre la solitude à son chien

Crédit photo : zanna_  stock.adobe.com

 

Comment préparer son chien à votre prochain déménagement ?

Comment préparer son chien à votre prochain déménagement ?

Comment préparer son chien à votre prochain déménagement ? Déménager est un grand changement pour votre chien qui ne comprend pas toujours pourquoi il doit aller vivre dans un autre environnement. Source de stress, il vaut mieux le préparer correctement, de manière à ce que son intégration se fasse au mieux et que son bien-être soit conservé. Que faire pour y parvenir ?

Ne pas stresser soi-même

Nous le savons tous, un déménagement est un grand moment “de galère”, tant pour les hommes que pour les chiens. Les préparatifs se font sur le temps, les cartons sont rangés et empilés, c’est un peu le bazar dans la maison. Le chien ne s’y retrouve plus. Si votre chien est perdu , il s’angoisse. Il vous observe sans rien dire, il vous suit dans toute la maison, de peur que vous ne partiez sans lui. Il a conscience que la situation n’est pas la même. Il se sent abandonné, il n’est pas bien. Le stress monte, il hurle si vous n’êtes pas là, il fait “pipi” partout, bref, il a un comportement perturbé. Ne lui en voulez pas, votre chien est en proie à un stress qu’il ne peut pas exprimer.

Comment faire pour le préparer à ce grand saut

Votre rangement, vos cartons, votre tri, tout doit se faire dans le calme, de manière à ce que votre compagnon fidèle s’apaise aussi. A contrario, si vous faites preuve de stress ou d’irritabilité, il risque de lui-même se sentir mal. Même s’il ne peut pas vous aider dans vos préparatifs, il peut tout de même rester près de vous pour vous regarder. Assis ou couché, il se montrera bien sage. A la fin de votre journée, vous le félicitez et lui accordez un moment bien à lui, par une récompense et/ou une promenade. Pour finir, si vous effectuez des va-et-vient dans votre nouveau logement, n’oubliez pas de garder un peu de place dans votre voiture pour qu’il vous y accompagne.

Préparer son chien à votre prochain déménagement : sur place

Vous devez faire des travaux dans votre nouveau logement, avant votre arrivée ? Prenez votre chien avec vous. Vous lui montrez la pièce dans laquelle il dormira, il peut commencer à prendre ses repères. Vous lui installez des jouets, son panier ou des couvertures, sans oublier une gamelle avec de l’eau et de la nourriture. Le jour J, vous le confiez à vos voisins ou parents. Non inquiet, il saura très bien que vous ne le laisserez pas, que vous viendrez le chercher. Il rentrera serein dans cette nouvelle habitation et, pourquoi pas, prendra part au déballage ? Il a participé à l’emballage, il peut être présent pour le déballage. Il découvrira que toutes vos affaires y sont, y compris les siennes.

Content de lui et de vous, il ne vous reste plus qu’à le familiariser l’extérieur de son nouveau domicile. Cela lui permet de gambader, de se défouler et d’évacuer tout ce stress emmagasiné durant cette période qui lui semblait interminable.

A lire aussi : Chien et déménagement : comment gérer son stress ?

Crédit photo : stokkete  stock.adobe.com

Comment bien accueillir son chiot à la maison ?

Comment bien accueillir son chiot à la maison ?

Comment bien accueillir son chiot ? Eh oui, votre chiot va bientôt faire son entrée chez vous. Cette arrivée doit se préparer en bonne et due forme, afin que tout se passe “dans le meilleur des mondes possibles”. Mais savez-vous ce qui est le mieux ?

Comment envisager sa venue et comment bien accueillir son chiot ?

Votre chiot est retenu, sa bonne santé a été certifiée, sa sociabilisation est déjà commencée. Tout va bien pour vous, mais encore faut-il qu’il rentre dans un environnement qui ne le perturbera pas non plus. Habitué au chenil, il faut qu’il puisse prendre ses marques à votre domicile.

Depuis sa naissance, il n’a connu qu’un seul monde et maintenant, voilà qu’il en est coupé. Son nouveau petit nid douillet doit lui être chaleureux. Les adultes et les enfants, qui l’entoureront, devront se tenir aux mêmes consignes. Les ordres et les consignes donnés par les uns sont maintenus par les autres. Il est temps de bien préparer son arrivée, non ?

L’arrivée chez vous

Votre chiot va intégrer votre vie, votre mode de vie et prendre de nouvelles habitudes. Pour l’heure, même si votre entourage se réjouit de voir arriver cette boule de poils, il faut que cela s’effectue dans le calme. Chacun doit se tenir à des obligations qui seront effectives tout le restant de ses jours.

Il ne faudrait pas que votre chiot “panique” dès ses premières heures chez vous. La première chose à faire est de lui montrer son panier, en lui expliquant qu’il peut s’y réfugier pour s’y reposer et être au calme. Déposé hors passage, il pourra se plonger dans un monde bien à lui. Chacun des membres de votre famille pourra le regarder, lui parler, mais ne pas l’agiter pour rien.

Accueillir son chiot : quelques “effets indésirables”

Il n’est pas rare de voir son chiot uriner dans la maison. Cette situation est pour lui l’occasion de se soulager de certaines tensions du fait de l’inconnu ou d’une émotion contenue. Dans ce cas, il ne faut pas le gronder, mais l’emmener dehors au plus vite. Il comprendra tout de suite qu’il doit faire ses besoins dehors et non à l’intérieur.

De plus, il risque de ne pas manger à sa faim, de ne pas autant que vous l’espériez. Votre patience et votre indulgence l’aideront dans son éducation. Votre chiot a besoin de vous pour une meilleure adaptation à sa nouvelle vie.

Le mieux est de laisser votre chiot s’adapter à ses nouveaux lieux, à son rythme. Votre animal, tout bébé qu’il soit, n’est pas une peluche. Il ne faut pas jouer avec n’importe quand, surtout dans les premiers mois de son arrivée. Il faut le respecter, tout en lui donnant des lignes de conduite à observer.

A lire aussi : Comment passer la première nuit avec un chiot ?

Crédit/Photo : par karim R. de Pixabay 

Pin It on Pinterest