Comment apprendre au chiot à devenir propre ?

On me demande souvent : “Comment apprendre au chiot à devenir propre rapidement ?” On s’en fait tout un monde mais il n’est pas si difficile que ça d’apprendre à un chiot à être propre à la maison. Il suffit seulement de respecter une méthode, de rester ferme et calme. Si vous avez des enfants, vous verrez qu’il est plus difficile pour un jeune enfant d’être propre que pour un chiot. Vous pouvez commencer à apprendre à votre chiot à faire ses besoins là ou vous le souhaitez à partir de l’âge de deux mois, même si un chiot n’est que rarement propre avant l’âge de 4 mois. Et oui, le chiot n’est pas une machine mais un être vivant !

Rendre un chiot propre à la maison, c’est facile !

En effet, un chiot est plutôt propre de nature. C’est à dire qu’il ne fait pas ses besoins à l’endroit où il dort, ni à celui où il joue, ni à celui où il mange.

Un jeune chiot doit pouvoir faire ses besoins toutes les heures durant la journée et environ toutes les trois heures la nuit. Soyez disponible les premières semaines si vous voulez des résultats rapide.

S’il n’a pas la possibilité de sortir tout seul à l’extérieur dans un espace sécurisé, placer votre chiot dans un espace qu’il sera facile d’entretenir. Pendant votre absence le chiot ne pourra pas se retenir longtemps et c’est normal. La vessie n’a pas atteint sa taille maximal. L’idéal est le carrelage ou le lino.

Inutile de punir un chiot qui fait ses besoins ! Et si moi, je vous tapais pendant votre pipi ?

Si vous “sentez” que votre chiot souhaite faire ses besoins, emmenez le dehors et félicitez le sitôt ses besoins faits. Ainsi, il comprendra qu’il devra revenir faire ses besoins ici dès que nécessaire. Au fur et à mesure du temps vous verrez rapidement les progrès de votre chiot.

Bien entendu, vous n’échapperez pas à “de petits incidents”. Lorsque cela se produit, ne vous énervez pas et surtout ne nettoyez jamais devant votre chien, sinon il croira que vous jouez ! Je repense au moment ou j’ai fais cette erreur avec la serpillière… Freesby c’est bien amusé !

Du temps et beaucoup de patience pour apprendre la propreté au chiot.

Votre chien va mettre encore un peu de temps avant d’associer la promenade au fait de faire ses besoins à l’extérieur et surtout avant de pouvoir attendre la promenade. Pour cela, récompensez-le quand il fait ses besoins dehors (friandises pour chien, caresses..). Probablement 2 ou 3 mois plus tard, vous aurez un chiot propre.

Si vous rencontrez de réelles difficultés pour rendre votre chiot propre à la maison, consultez un éducateur canin ou un vétérinaire. Quelques fois les problèmes de propreté sont dût à des problèmes de santé du chien ou chiot. Mais le plus important : Ne frappez jamais votre chiot !!!

Vous avez aussi la possibilité d’aller plus loin et suivant ma formation sur le sujet : “Heureux et Propre”

La nouvelle facon apprendre proprete a son chien

Avez vous des questions sur la propreté du chiot ? Je vous réponds dans les commentaires.

[Audio] Comment rendre un chiot propre à la maison ?

Ce podcast est un podcast sur : “Comment rendre un chiot propre à la maison ?“.

Vous pouvez l’écouter directement sur le blog en cliquant sur le bouton “play” ou le télécharger en cliquant sur “télécharger” ou en faisant un clic droit ici, puis “enregistrez sous”.

 Version texte :

Bonjour et bienvenue !

C’est Paul de nosamisleschiens.fr. Merci d’écouter cet audio.

Aujourd’hui je vais vous donner des conseils éprouvés pour rendre votre chiot propre à la maison dans un temps record.

Lorsque j’ai eu mon chiot, je me suis tout de suite mis à son éducation. Parmi les nombreuses choses à lui apprendre, il y avait la propreté. Et c’est la que j’ai fait le plus d’erreurs ! Rendez vous compte : au bout de 6 mois, mon chien n’était toujours pas propre !

J’ai commis toutes les erreurs ! Souvent en suivant de mauvais conseils que je pensais être bon.

Afin de vous éviter de commettre ces mêmes erreurs, je les ai identifiés pour vous. Dans cet audio vous allez les découvrir et en bonus, je vous révèle la méthode qui a permis de rendre mon chiot rapidement.

Dans l’apprentissage de la propreté de mon chiot, quelles ont été mes erreurs ?

Ma principal erreur a été d’avoir manqué de patience ! Et oui, la patience est obligatoire pour l’apprentissage de la propreté, c’est même là tout le secret.

Lorsque je rentrais chez moi après un moment d’absence et que je retrouvais des déjections partout dans l’appartement, je m’énervais et punissais mon chiot. C’était une énorme erreur ! En effet le chien ne se souvient pas d’un évènement lointain. En le punissant, la seule chose qu’il a retenue c’est : « mon maitre rentre et je me fais punir. » De plus un chiot est rarement propre avant l’âge de 4 mois donc patience !

Une autre erreur à été de mettre des journaux. Franchement que veut on ? Que le chien élimine dehors ! Alors lui apprendre à faire ses besoins sur des journaux à l’intérieur est complètement incohérent. Les journaux sont utile uniquement si vous avez un parc à chiot, cela rend l’entretien plus facile. Mais ne lui apprenez pas à faire dessus ! Surtout pas !

Comment fonctionne un chiot pour l’apprentissage de la propreté ?

Comme vous pouvez vous en douter, la durée d’apprentissage de la propreté varie selon le chiot. Ca peut aller de 3 à 6 mois ! Apprenez donc à être patient pour obtenir des résultats ! Au delà, demandez conseil à votre vétérinaire car le chiot peut avoir des problèmes de santé.

Pendant votre absence, lorsque vous allez au travail par exemple, sachez qu’au début, votre chiot ne pourra pas se retenir plus de 2 heures parfois moins ! Il est donc inutile de le punir lorsque vous rentrerez ! Votre patience en sera récompensée !

Comment allez-vous savoir que votre chiot va faire ses besoins ?

Dans la maison, le chiot a des temps de vie bien distincts : un pour manger, un pour dormir, un pour vivre et jouer. Il ne fera que ça les premiers mois. Je peux vous l’assurer.

Regardez votre chiot vivre dans la journée et détectez les indices révélateurs de l’envie d’éliminer. Le chiot va tourner en rond, renifler par terre puis s’accroupir. À vous de jouer ! Soyez rapide ! Souvent il élimine juste après le jeu, la sieste ou le repas. Sortez-le donc dans ces moments là.

Quelle méthode pour accélérer son apprentissage ?

Vous avez compris que lorsque vous avez repéré les signes précurseurs vous devez sortir tout de suite votre chiot. Une fois dehors, attendez qu’il élimine.

Voilà le secret de la méthode : une fois qu’il a fini de faire ses besoins, félicitez votre chiot ! Avec une friandise, une caresse d’encouragement ou une invitation au jeu ! Et rajoutez un mot pour créer une association entre le mot et l’action qu’il vient de faire. Par exemple « fais ici » ! Et oui je préfère « fais ici » à « fais pipi ou caca » c’est moins gênant dans la rue, en tout cas pour moi.

Répétez cette méthode le plus souvent possible dès que vous le sortez !

Quelques conseils pour conclure !

Ne criez pas sur votre chiot lorsque vous rentrez et qu’il s’est oublié pendant votre absence.

Ne ramassez pas ses besoins devant lui ! Pour lui votre position accroupie est une invitation au jeu, n’utilisez pas non plus de serpillière il trouve ça super amusant !

Oubliez l’utilisation de journaux ou d’alèses.

Ne frappez surtout pas votre chiot !

Ne lui mettez pas le museau dans ses déjections ! C’est répugnant et inutile.

Récompensez-le toujours lorsqu’il élimine dehors, sortez avec des récompenses (croquette, friandises) sur vous !

Merci d’avoir écouté cet audio.

Si vous l’avez apprécié, cliquez sur j’aime pour la partager sur facebook et si vous avez twitter, suivez moi !

@bientôt pour un prochain audio sur nosamisleschiens.fr !

Vous avez aussi la possibilité d’aller plus loin et suivant ma formation sur le sujet : “Heureux et Propre”

La nouvelle facon apprendre proprete a son chien

Si vous avez des questions, posez-les dans les commentaires ci-dessous. 

Comment avoir un chien calme chez le vétérinaire ?

Comment avoir un chien calme chez le vétérinaire ?

Comment avoir un chien calme chez le vétérinaire ? Il y a quelques jours, je me suis rendu chez le vétérinaire avec mon chien pour son rappel de vaccin. Dans la salle d’attente, se trouvait un chien totalement terrorisé ; il présentait tous les signes de la frayeur : aplati au sol, grognon, les oreilles baissées en arrière, le regard fuyant, alternant coup de langues sur sa truffe et bâillements. Or un chien apeuré est potentiellement dangereux. Il cherchait, par tous les moyens, à sortir du cabinet, devenant très bruyant et intenable, à tel point que sa maîtresse était fort gênée par son comportement….

Alors comment avoir un chien calme chez le vétérinaire ?

Voici quelques conseils simples, qui peuvent également être utiles en cas de visite chez le toiletteur.

Si votre chien est turbulent chez le vétérinaire ou chez le toiletteur, c’est qu’il n’apprécie pas être manipulé. Or, votre chien, afin d’être soigné efficacement et pomponné, doit supporter être palpé, tripoté, manié en tous sens ; on parle de désensibilisation.

Pour désensibiliser un chien, on procèdera toujours graduellement. Je prends l’exemple d’un chien qui n’aime pas qu’on lui touche le bas des pattes. Ainsi, pour l’habituer, on commence par le haut du corps, les épaules, et on descend progressivement ; chaque manipulation tolérée est récompensée d’une friandise.

Surtout ne commencez pas par une région qu’il déteste qu’on lui touche : il ne progresserait pas et développerait alors une hypersensibilité à cet endroit ; soyez délicat, modéré et patient.

Evoluez étape après étape, jusqu’à ce que le chien reste calme lorsqu’on lui manipule les pattes.

En complément de cette méthode on ira souvent chez le vétérinaire ! (Gratuitement)

Soyez rassurés, je ne suis pas fou, je sais qu’une consultation n’est pas gratuite ! Néanmoins, un moyen de désensibiliser le chien est de l’emmener souvent chez son vétérinaire. Ainsi, avec la complicité de l’assistant vétérinaire, de faux rendez-vous, en attentes de cinq minutes et récompenses, le chien associera rapidement consultation vétérinaire et friandise, plaisir…

Lors d’une véritable consultation, demandez au vétérinaire de gratifier le chien. Par ailleurs, pensez à emmener quelques friandises pour détourner l’attention du chien lors des soins, comme le vaccin.

Autre astuce : n’arrivez pas trop tôt chez votre vétérinaire afin qu’une attente prolongée n’accroisse pas le stress de l’animal.

Conclusion :

Si votre chien ressent un mal-être chez le vétérinaire, n’oubliez pas les petits exercices suivants :

  • Habituez progressivement le chien à être manipulé en le récompensant quand il demeure tranquille et apaisé.
  • Effectuez de courts passages chez le vétérinaire, sans raison, et demandez à l’assistant d’accorder une friandise au chien à sa venue.
  • Lors d’une visite médicale réelle, n’arrivez pas en avance, afin que l’attente n’aggrave pas le stress du chien. Apportez des friandises pour détourner l’attention de l’animal lors des soins. Veillez à ce que le vétérinaire le récompense en fin de consultation.

A lire aussi : Interview de Charlotte Renard vétérinaire – 4 conseils pour garder son chien en bonne santé

Crédit/Photo : dima_sidelnikov  stock.adobe.com

L’importance d’aller à l’école des chiots de la SCC

L’ “école des chiots” c’est tout simplement génial !

Il y a deux semaines j’ai eu la chance de faire un stage spécialisé « école des chiots ». D’une durée de 2 jours, le stage, très riche en expériences m’a délivré une aptitude à donner des cours à l’ “école des chiots” de mon club canin. Méconnue en France l’ “école des chiots” mérite qu’on en parle.

Créée en 2001 au Club Canin Carcassonnais, l’ « école du chiot » de la SCC a reçu une reconnaissance officielle le 6 septembre 2002. De création récente, cette structure est en plein développement. Le but de l’ “école des chiots” est de donner une meilleure image du chien, par la formation des maîtres et l’éducation des chiots.

D’après les chiffres de la CNEAC, plus de 600 000 chiots naissent chaque année, et seulement 5000 sont inscrits à l’ “école du Chiot” ; Soit – 1% !

Qu’est ce qu’une « école des chiots de la SCC » ?

Il s’agit d’un cours d’« éducation » exclusivement réservé à des chiots de 2 à 6 mois et demi.
Ces cours sont proposés aux adhérents des Clubs Canins, au moins une fois par semaine, sur un terrain exclusivement réservé à cet effet, avec du matériel spécifique. Ils sont encadrés par des Moniteurs en Éducation Canine diplômés, ayant validé le stage spécialisé « école des chiots ».

Où les trouver ?

Dans tous les Clubs Canins affiliés aux Sociétés ou Fédérations Canines Régionales ou Territoriales, elles-mêmes affiliées à la Société Centrale Canine, possédant l’agrément « école des chiots de la SCC ».

De nombreux Clubs Canins proposent cette activité sur toutes les régions de France.
La liste de ces clubs se trouve sur le site de la Commission Nationale d’Éducation et d’Activités Canines ( site de la CNEAC : http://magazinecneac.fr/ )

Buts de l’école des chiots de la SCC :

Éducation du maître : Apprendre aux maîtres les “Méthodes Ethologiques d’Education Canine”, afin de les encourager à optimiser le développement psychologique et physique de leur animal. Ils pourront ainsi réussir au mieux l’intégration de leur chien dans la société, voire développer chez lui des capacités naturelles de travail.

Apprendre au maître à jouer avec son chien et à passer de bons moments en sa compagnie.

Éducation du Chiot : Apprendre au chiot des exercices de base, le sociabiliser à l’humain ( fondamental dans le cadre de la prévention des morsures) mais aussi le sociabiliser aux autres chiens ( apprentissage des signaux ), lui faire découvrir très jeunes des situations de la vie courante potentiellement stressantes ( bruit, hauteur, textures, inconnu sous toutes ses formes) afin d’éviter les peurs de l’âge adulte .

Déroulement d’une leçon “école des chiots” :

Un groupe de chiots ( nombre variable en fonction du nombre de moniteur, de la taille du terrain, de l’âge des chiots) travaille ensemble.
Des séances de « travaille » de 15 minutes  alternées avec des périodes de jeux afin de ne pas saturer les chiots. Plus le chiot est jeune plus les séquences de travail sont courtes !

Les exercices proposés varient en fonction de la sensibilité du moniteur, du nombre de chiots présents, du nombre d’ateliers proposés ( matériel disponible), des conditions météorologiques ( séances très courtes en cas de températures très basses ou très élevées) et de la fatigue des chiots présents.

Différentes méthodes éthologiques peuvent être proposées ( renforcement positif, clicker training…).

Un chien adulte, dit « régulateur », peut être présent afin de participer à la sociabilisation du chiot. Il a pour rôle d’apprendre au chiot les signaux « régulateurs » comme le fait la mère dès que les chiots acquièrent de l’autonomie.

Chaque maître s’occupe de son propre chiot mais peut, à la demande, se charger d’un autre animal afin de les habituer à l’humain étranger.

Cette expérience unique dans la vie d’un chien permet aux chiots de toutes races de partager de sympathiques et joyeux moments d’apprentissage ludique.

Voici une vidéo qui présente l’ “école des chiots” :

Pour note, l’ETHOLOGIE est l’étude des mœurs et du comportement individuel et social des espèces animales.
Cette science se propose d’expliquer globalement le fonctionnement des organismes vivants, en relation avec leur environnement. Elle prend en compte l’évolution de l’individu et de l’espèce au cours de leur vie.

Si vous avez aimé mon article cliquez sur “j’aime” et partagez-le.
Vous pouvez également laisser un commentaire et je vous répondrai !

De plus vous pouvez dorénavant vous inscrire à ma newsletter ! 😉

Le test de Campbell pour choisir son chiot

Le test de Campbell pour choisir son chiot

Connaissez-vous le test de Campbell ?

Le test de Campbell : quel tempérament aura votre futur chien ?

Le test de Campbell a été mis au point en 1975 par l’éthologue américain William Campbell. Ce test permet de classer votre futur chien et de déterminer son futur tempérament. Cette évaluation du caractère naturel de votre chien vous permettra de choisir celui qui correspond à votre mode de vie, dans le but d’adopter un animal qui évoluera en harmonie avec votre famille. Le test de Campbell est à pratiquer sur des chiots âgés d’au moins 7 semaines, sous peine d’être insignifiant.

Néanmoins, les animaux, donc les chiens, n’étant pas des machines, le test de Campbell ne reste qu’une indication, une tendance sur le futur caractère ; le plus important reste votre attitude avec le chiot et l’éducation que vous lui donnerez !

Seule l’éducation forgera son futur caractère !

Mon chien n’avait pas forcément de “bonne note” avec le test de Campbell, pourtant c’est un brave chien maintenant :D.

Pour réaliser le test de Campbell, certaines conditions favorables doivent être réunies.

Veillez à respecter les dispositions suivantes pour procéder au test de façon optimale.

  • Isolez chaque chiot que vous souhaitez tester, un par un, dans un endroit calme et sans odeur, pour qu’il ne soit pas distrait pas ses frères et sœurs.
  • Manipulez le chiot très doucement, sans brutalité, évitez de parler, ou alors faites-le de manière posée et neutre.

Les 5 étapes du test de Campbell:

A chaque étape vous attribuez une note au chiot, de A à E.

  • A : Réaction violente avec tentative de morsure ou morsure,
  • B : Réaction violente mais sans tentative de morsure (le chiot gesticule dans tout les sens),
  • C : Réaction comme en B, mais le chiot réagit vivement et s’arrête aussitôt,
  • D : Le chiot se laisse faire. Il vous suit (pour l’étape 4 et 5),
  • E : Il alterne absence de réaction et tentative de morsure en émettant de petits bruits ; son comportement est incohérent.

Etapes 1 : La contrainte physique

Mettre le chiot délicatement sur le dos sans brutalité. Partez de la position initiale, aplatissez le chiot au sol et faites le rouler en appuyant doucement sur son sternum.

Ses réactions de défense ou d’acceptation indiquent s’il accepte une domination physique (mon chien a eu A, le petit rebelle…)

Note -> A, B, C, D, ou E.

Etapes 2 : La dominance sociale

Mettre le chiot en position couchée et étirer doucement sa tête pour que sa gorge vous soit offerte.

Ses réactions indiquent son degré de dominance ou d’indépendance (mon chien a eu B, décidément un vrai frondeur !)

Note -> A, B, C, D, ou E.

Etapes 3 : Position surélevée

Soulevez le chiot entre vos mains et tenez-le ainsi 20 secondes.

Encore une fois, ses réactions indiqueront s’il accepte ou non votre dominance. Ne faites aucun bruit pendant le test (mon chien a eu B, c’est un coriace…)

Note -> A, B, C, D, ou E.

Etapes 4 : L’attraction sociale

Mettez le chiot au sol, éloignez-vous de 5 mètres, retourner-vous et appelez-le en tapant dans vos mains.

Il se peut qu’il vous ait suivi avant même que vous ne l’appeliez. Cela prouve qu’il est confiant et sociable (mon chien a eu D).

Note -> A, B, C, D, ou E.

Etapes 5 : Aptitude à suivre le maître

Le chiot au sol, placez-vous à côté de lui et avancez en le regardant.

S’il vous suit, c’est qu’il est confiant et soumis ; sinon cela montre qu’il est plutôt indépendant (mon chien a eu D).

Note -> A, B, C, D, ou E.

Le test de Campbell : Voyons à présent les résultats.

Prendre en compte les 3 premières étapes, les 2 dernières affineront l’analyse.

  • Vous avez un ou plusieurs A : Réaction avec tentative de morsure. A l’âge adulte, le chien sera rebelle et bagarreur ; profil déconseillé si vous avez des enfants, sauf si vous lui donnez une éducation rigoureuse et ferme.
  • Vous avez un ou plusieurs B : Voilà un chiot très indépendant ! Il lui faudra également un apprentissage strict si vous avez des enfants.
  • Vous avez un ou plusieurs C : Le chiot est obéissant et docile. Parfait si vous avez des enfants ! Il n’est toutefois pas dispensé d’une éducation sérieuse !
  • Vous avez un ou plusieurs D : Le chiot aura besoin de beaucoup d’affection ; il sera tendre et soumis, et s’adaptera sans problème à une vie de famille.
  • Vous avez un ou plusieurs E : Une fois adulte, ce chiot peureux risque de développer des réactions imprévisibles. Il ne conviendra pas aux enfants sans une éducation solide et bienveillante.

Avec le test de Campbell, mon chien à l’époque a obtenu ABBDD, il devrait donc être très indépendant et ne pas convenir aux enfants.

Avec le recul je peux affirmer qu’il est effectivement émancipé et se méfie des enfants. Mais après 5 min d’adaptation, les enfants deviennent ses meilleurs amis (eux donnent des gâteaux, contrairement à son maître…). Je lui ai toutefois apporté une éducation rigoureuse, et reste prudent en présence d’enfant.

Le test de Campbell est une indication. Son analyse vous permettra d’adapter l’éducation du chiot, et de travailler ses points faibles afin d’améliorer son comportement.

Pour en savoir plus sur le test de Campbell <- CLIQUEZ ICI une documentation de www.chiens-de-france.com vous est offerte.

A lire aussi : 5 astuces pour bien choisir son élevage canin

Crédit/Photo : par Ralf Bitzer de Pixabay 

Si vous avez aimé mon article cliquez sur “j’aime” et partagez-le.
Vous pouvez également laisser un commentaire et je vous répondrai !

De plus vous pouvez dorénavant vous inscrire à ma newsletter ! 😉

Pin It on Pinterest