5 mythes/malentendus sur le clicker training

5 mythes/malentendus sur le clicker training

Le Clicker Training est en train de devenir la méthode d’éducation par excellence. Une méthode d’éducation canine utilisant le renforcement positif. Mais j’entends encore beaucoup d’avis négatif sur la méthode, souvent des préjugés qui laisse entendre que le clicker training n’est pas bien pour l’éducation de son chien. Souvent c’est des malentendus.

Voici cinq mythes au sujet de l’entraînement au clicker training, à la fois positifs et négatifs. Ainsi vous pourrez faire votre choix sur la méthode d’éducation canine que vous préférez. Et vous aurez une meilleur idée de la méthode au clicker.

1) Le clicker training est un effet de mode.

Les théories qui rendent le travail de clicker training sont en fait basés sur certains des principes du conditionnement opérant, qui ont d’abord été décrit dans les années 1930 par BF Skinner. L’idée de base est que le sujet va répéter les comportements qui sont enrichissants et éviter les comportements qui ne le sont pas. Les principes de Skinner ont été utilisés pour former les pigeons et les mammifères marins dans le début des années 1940 et ont été développées dans la méthode moderne de conditionnement opérant appliqué par Karen Pryor dans les années 1960. En 1987, elle a commencé à utiliser ce qui est connu aujourd’hui comme le clicker training.

Gardez à l’esprit que le clicker n’est qu’un outil. Ce sont les principes qui sont importants ! Un effet de mode est de courte durée, là ont parle d’études qui ont commencés dans les années 30.

2) Vous devez toujours avoir le clicker avec vous.

L’utilisation d’un clicker ou «marqueur» est nécessaire uniquement lors des phases d’apprentissage. Après un ordre est introduit et vous n’avez plus besoin du marqueur. (Qu’est-ce que le clicker training ? pour plus d’informations sur les étapes de l’apprentissage)

Si vous ne supporté pas d’avoir le clicker toujours à votre poignet, vous pouvez toujours utiliser un son différent pour marquer des comportements tels que cliquer avec votre langue ou claquer des doigts. Le clicker émet un son unique qui est très efficace, mais ce n’est pas une nécessité, tant que les principes du renforcement positif sont suivies.

3) L’entrainement au Clicker ne fonctionneront pas sans nourriture.

Personne ne travaille gratuitement, y compris votre chien. Utiliser la nourriture pour le motiver est rapide et simple, mais les friandises devrait être progressivement abandonné au profit de récompenses récréatives une fois qu’il aura compris l’ordre. Plus vous en savez sur votre chien, et plus il sera facile de comprendre ce qui le motive. C’est pas forcément la nourriture ! J’entends souvent des gens me dire, mon chien n’aime pas les friandises pendant les exercices. Je répond : Et la balle ? Il se peut que travailler avec une balle ou autres choses (corde, bâton) est plus gratifiant pour votre chien. C’est à vous d’apprendre à le connaitre !

Aussi, gardez à l’esprit la différence entre une récompense et un pot de vin. Une récompense vient seulement après un comportement correct, le pot de vin lui vient avant le comportement. Ne récompensez pas votre chien avant ! Vous voulez obtenir un comportement comme le assis ou le couché ? Si vous le récompensez avant alors pourquoi il obéirait ?

4) Il n’y a pas de punition en clicker training.

Personne ne peut former un chien en utilisant le renforcement positif seul. Certains éducateurs au clicker utilisent des marqueurs de non-récompense qui font comprendre au chien que le comportement qu’il vient de faire n’est pas le bon et donc qu’il ne sera pas récompensé. Vous pouvez inclure les mots «Oups» ou «trop mauvais».

Il y a une énorme différence entre le clicker training et les méthodes d’éducation plus traditionnelles. Les méthodes traditionnelles sont clairement des méthodes qui impliquent la force, la douleur ou l’intimidation. Avez-vous envie de passé votre temps à crier sur votre chien et à lui donner des coups de sonnettes ? Franchement il n’y a rien de tout ça dans le clicker training et c’est mieux pour votre chien !

5) Le clicker training est la meilleure façon d’éduquer son chien.

Chaque chien et maitre sont différents et ce qui fonctionne pour certains ne fonctionnent pas forcément pour les autres. C’est à vous de trouver le bon compromis dans la méthode d’éducation. On peut éduquer son chien sans forcément faire usage du clicker. D’ailleurs Freesby n’a pas appris les ordres qu’il connait avec, mais c’est quand même une superbe méthode !

En conclusion :

Le clicker training est une méthode qui a fait ses preuves ! Sous répandu en France, elle mérite vraiment qu’on parle d’elle. Ce n’est pas un effet de mode, il n’est pas obligatoire d’avoir toujours le boitier sur soi, la récompense c’est pas forcément de la nourriture, il y a des punitions (mais c’est pas foutre sur la gueule de son chien) et même si c’est une excellente méthode elle ne correspond pas à tout le monde. Mais entre nous, c’est pas le top de pouvoir éduquer son chien sans utiliser des technique qui nécessite l’utilisation de la force, la peur ou l’intimidation ? A vous de choisir moi j’ai fais mon choix !!!

Crédit/Photo : melounix  stock.adobe.com

Qu’est-ce que le clicker training pour éduquer son chien ?

Le clicker training est l’une des méthodes que je préfère, elle utilise le renforcement positif. Méthode qui récompense les bonnes actions et ignore les mauvaises. Pour pratiquer le clicker training il vous faut un chien, un clicker et beaucoup de friandises.

L’âge du chien n’a pas d’importance, même si le chiot apprend plus vite que le chien adulte.

Ça ressemble à quoi un clicker ?

C’est généralement une petite boite en plastique avec une lamelle de métal à l’intérieur. En pressant cette lamelle un son est produit, son qui s’apparente à un “click”. De nombreux modèles existent ; je recommande un modèle ou la puissance du “click” est ajustable.

Le “click” est obligatoirement associé à une récompense, qui permet de marquer un comportement.

L’histoire du clicker training

Les débuts du clicker training remonte aux années 1940, avec deux étudiants du professeur Skinner, Keller et Marion Breland. Leurs travaux se portent alors sur les chiens.

Plus tard dans les années 1950, c’est Keller Breland qui teste cette méthode sur les mammifères marins, comme le dauphin. Méthode éprouvée, puisqu’elle permet aux dauphins de réaliser des numéros impressionnants, sans aucune contrainte. Le sifflet à ultra-sons à d’abord été utilisé, ensuite le clicker training.

C’est Karen Pryor a généralisé la méthode du clicker training à d’autres espèces animales, comme le chien, les chevaux, les poules, les oiseaux etc…

Cette méthode incroyable permet aux soigneurs des zoos de pratiquer des soins sur les animaux. Toujours sans l’usage de la contrainte.

L’apprentissage par le clicker training.

Au début le bruit du “click” ne signifie rien pour le chien ; c’est l’association du click et de la récompense qui conditionne le chien. Un “click” égale une récompense. Le chien le comprend vite et fait tout pour obtenir le fameux “click”

Comme pour le “assis” au début de l’apprentissage, l’ordre n’évoque rien pour lui. C’est l’association de la position et du mot qui va le conditionner. “Assis” égale s’asseoir.

Lorsque le comportement souhaité est le bon, on déclenche le “click” ; c’est le renforcement.

Si le comportement n’est pas voulu, on ignore et ne donne pas de récompense. C’est la punition.

Conclusion

C’est une méthode tout simplement incroyable. Elle possède néanmoins des inconvénients. Il faut en effet être patient. Ne pas la pratiquer sans un minimum de formation avant.

Elle permet même de sauver des vies humaines, les démineurs conditionnant les rats à identifier la position des mines sur les terrains ayant connu des conflits.

Si vous avez aimé mon article cliquez sur “j’aime” et partagez-le.
Vous pouvez également laisser un commentaire et je vous répondrai !

De plus vous pouvez dorénavant vous inscrire à ma newsletter ! 😉

Pin It on Pinterest