Top 10 des accessoires indispensables pour votre chien

Top 10 des accessoires indispensables pour votre chien

Voici le top 10 des accessoires indispensables pour votre chien. L’acquisition d’un chien demande quelques emplettes : il a besoin d’un minimum de « mobilier », de « vaisselle », d’ustensiles de promenade ou de jeu et autres articles d’identification, de toilette… En voici donc un inventaire.

Top 10 des accessoires indispensables pour votre chien :

1. Le panier :

Ce domaine propre au chien est un lieu de repos, un endroit réconfortant où il se sent en sécurité. Il doit donc être confortable et adapté à sa taille. Je conseillerais plutôt un panier en PVC, robuste, facile d’entretien, garni d’un coussin ou d’une couverture que vous pourrez facilement ôter et laver. Tissu et osier me semblent moins appropriés : fragiles et destructibles (risque d’ingestion de textile, mousse ou esquille), ils sont en outre moins commodes à nettoyer.

2. Les gamelles :

Pour l’eau et la nourriture. Je vous recommande de les prendre en inox ou en céramique, matières d’entretien aisé, ne conservant pas les odeurs contrairement au plastique. Pour les chiots, privilégier une gamelle pour chien en inox avec une base en caoutchouc, antidérapante.

3. Le collier pour chien :

C’est un accessoire obligatoire pour vos promenades. Pour un chien qui pèse moins de 15 kilos, le choix est esthétique . En revanche, pour un chien supérieur à 15 kilos, l’avis d’un professionnel est requis. En effet, le collier pour chien doit être capable de résister à des à-coups violents.

4. Accessoires indispensables pour votre chien : la laisse 

Comme pour le collier, le choix de la laisse pour chien n’a pas d’importance pour les chiens de moins de 15 kilos. Mais pour les chiens costauds (supérieur à 15 kilos) il faut mettre l’esthétisme de coté et prendre plutôt une matière résistante. Je vous déconseille la laisse à enrouleur, car elle permet une liberté de mouvements trop importante, de divaguer de droite à gauche, sans contrôle. De plus, si vous utilisez une laisse à enrouleur pour les promenades et une laisse courte pour l’éducation, le chien ne comprendra jamais la marche au pied.

A lire aussi : Comment apprendre à un chien à marcher en laisse sans tirer ?

5. Le médaillon porte adresse :

Si votre chien, pour une raison ou une autre, s’enfuit, il serait utile de mettre un petit maillon à son collier pour permettre aux personnes qui le trouvent de vous contacter. Ce petit tube, accroché au collier du chien, contient un billet mentionnant vos coordonnées. Quiconque peut ainsi vous contacter et permettre de joyeuses retrouvailles avec votre compagnon fugueur.

6. Les jouets pour chien :

Permet au chien de se défouler, de mâchouiller, de courir. Il faut le prendre en fonction de la taille de votre chien. Plus le chien est costaud, plus le jouet devra être résistant. Le chien appréciant mâchonner et triturer, prévoyez des os à mâcher, d’autant qu’ils participent aussi à l’hygiène dentaire.

7. La caisse de transport :

Ne laissez jamais votre animal libre dans l’habitacle du véhicule : c’est dangereux pour lui, comme pour vous. La caisse de transport est très pratique quand vous faites des balades salissantes en forêt ou à la plage. Votre voiture vous dira merci, et votre aspirateur aussi.

8. Shampoing et toilettage :

Là encore votre aspirateur vous dira merci ! La brosse doit être adaptée au pelage du chien. Une brosse étrille convient à tout poil (uniquement sur le dos pour les poils longs) ; son utilisation hebdomadaire élimine les poils morts. En complément, la brosse nylon permet un “lustrage” quotidien. Par ailleurs, j’emploie un shampoing désodorisant et démêlant, qui parfume mon chien et rend son poil plus facile à brosser.

9. Friandises pour chien :

Souvent issues de l’alimentation humaine (saucisses, jambon, gruyère, biscuits), les friandises peuvent également provenir du commerce (wanimo, zooplus etc…). Quoi qu’il en soit, elle doivent être hypo-caloriques ; dans le cas contraire, pensez à en ôter l’équivalent de sa ration journalière.

10. La trousse de secours :

Tout bon propriétaire de chien doit en posséder une ! A dissocier de votre pharmacie.

Elle contient :

  • Compresses stériles
  • Ciseaux à bouts ronds
  • Coupe-griffes pour chien
  • Pommade hydratante pour les coussinets
  • Bandes extensibles autofixantes
  • Désinfectant ou antiseptique en dosettes
  • Muselière (indispensable, même le plus gentil des toutous mord quand il a mal)
  • Seringue aspire-venin
  • Tire-tique
  • Une pince à épiler (pour retirer les épillets, échardes, éclats de verre ou de métal)
  • Du sérum physiologique (pour nettoyer yeux et oreilles) en dosettes
  • Une couverture de survie
  • On peut y ajouter un anti-parasitaire externe et un vermifuge dont l’usage est rarement impérieux.

Crédit photo : nazarovsergey  stock.adobe.com

Les 7 plus grands mythes canins

Les 7 plus grands mythes canins

Connaissez-vous les nombreux mythes canins qui circulent encore de nos jours ? Lorsque j’ai commencé dans le monde canin, j’avais beaucoup de fausses croyances. Mes parents me les avaient transmises ainsi que des proches. Grâce à mes lectures, aux formations suivies, au contact régulier avec le chien, j’appréhende désormais mieux l’univers canin, et saisis l’inexactitude de mes convictions antérieures.

Voici donc une liste des idées reçues les plus divulguées, renversées, corrigées une à une.

 Les 7 plus grands mythes canins :

1- Le chien vient du loup 

En réalité personne ne sait d’où vient le chien. S’il descend du loup, il devrait être simple de domestiquer un loup ? Pourtant, personne n’a réussi. Le loup reste sauvage et conserve son puissant instinct. Mais alors d’où viens le chien ? S’il est acquis qu’il est issu de l’évolution d’un maillon de l’espèce des canidés, les recherches se poursuivent quant à sa souche. Il est évident qu’il semble plus flatteur, dans l’imaginaire collectif, de prétendre avoir apprivoisé et dominé le loup (maître guerrier des forêts, vénéré et craint) que le chacal (qui lui était pourtant associé dans la mythologie égyptienne), pourtant premier membre connu du genre « canis ».

2- Pour apprendre la propreté au chien, il faut lui mettre le museau dans ses besoins.

Heureusement que j’ai pas appris la propreté comme ça… Franchement, cette pratique n’est-elle pas dégoutante, répugnante ? En outre, le flair du chien est 200 fois supérieur à celui de l’homme, il semble qu’il ne connaisse le dégoût. Pour lui une odeur n’est rien de plus qu’une information.

A lire aussi : “Heureux et Propre” La nouvelle façon d’apprendre la propreté à son chien

3- Les chiens dangereux sont les chiens de catégorie 1 et 2.

Vite, vous devez sauver cette petite fille des pattes de ces méchants toutous ! Voilà encore un cliché largement colporté par les médias qui négligent de rappeler que tous les chiens sont potentiellement dangereux. L’éducation que vous lui donnez déterminera le caractère, les comportements, la sociabilité. Les races de catégories 1 et 2 sont surtout les victimes de l’attitude malhonnête de certains maîtres, qui les ont sélectionnés, excités, préparés à une irritabilité exacerbée, pour obtenir des réponses défensives.

4- Chiens et chats ne peuvent cohabiter.

Apprentissages et socialisation précoces permettent rapidement de transformer une promiscuité prudente en compagnonnage voire camaraderie. Pour rebondir avec le sur le postulat précédent (n°3), j’ai eu un Rottweiller dont la meilleure amie était une chatte; ils adoraient faire la sieste ensemble au soleil.

5- Mythes canins : mon chien se venge lors de mon absence.

La vengeance est un sentiment “HUMAIN” le chien ne développe pas cet état affectif revanchard. La dégradation, la destruction lui permettent d’attirer votre attention. Devant de telles démonstrations, ne vous départez pas de votre flegme et ramassez les débris hors de sa vue.

6- Mon chien à la truffe froide, il a de la fièvre.

Et bien le seul moyen d’en être sûr, c’est d’utiliser un thermomètre ! Direction le vétérinaire.

7- Un chien est malheureux en appartement.

C’est inexact : un chien est malheureux lorsqu’il reste seul et sans activités. Mon chien demeure dans un appartement et se divertit, s’épanouit au cours d’exercices ludiques variés, d’apprentissages divers, de jeux quotidiens dont il raffole.

J’espère que mon article aura aiguisé votre attention et que vous veillerez à vérifier toute affirmation douteuse ou hâtive. Le but est de développer la meilleure relation possible entre vous et votre chien ; ainsi, plus vous le comprendrez et participerez à son épanouissement, plus vos rapports seront  harmonieux.

Crédit/Photo : par Marta Reinartz de Pixabay 

Pin It on Pinterest