Berger australien : un chien obéissant

Berger australien : un chien obéissant

Le berger australien est très populaire aux États-Unis, notamment grâce à ses apparitions lors de spectacles de rodéos, de concours hippiques et sur le grand écran dans de nombreux films. Il est très régulièrement dépeint comme étant un chien de troupeau, apparaissant ici et là dans de multiples westerns, faisant de lui une « alternative » aux borders collies. Il aura mis plus de temps à se faire une renommée en Europe, mais elle est grimpante depuis quelques années.

Caractéristiques physiques du berger australien

Le berger australien est un beau chien aux proportions harmonieuses, à l’ossature et à la taille dans les moyennes canines, exposant alors un profil sur la longueur plus que sur la hauteur. C’est un chien énergique, tout en profitant d’une musculature toute en légèreté et d’une constitution robuste. Les mâles taillent entre 51 et 58 centimètres alors que les femelles se situent entre les 46 et 53 centimètres. Quant au poids, les mâles tournent autour des 25-34 kilos et les femelles autour des 19-26 kilos.

2016 - 4

Ses oreilles sont de forme triangulaire, se repliant vers l’avant lorsqu’il se concentre sur une tâche ou sur une stimulation visuelle. Sa queue reste droite, bien que petite naturellement, dépassant rarement les 10 centimètres. Le poil de ce chien est de longueur moyenne, généralement droit ou quelque peu ondulé. La texture du poil est douce et résistante à toute météo, le sous-poil change d’ailleurs en fonction des saisons, se couvrant davantage en hiver.

Au niveau des couleurs, le berger australien est très diversifié. Sa robe peut passer du rouge, au rouge merle, voire au bleu merle, ou même mélanger toutes ces couleurs. Le berger peut également être parsemé de taches fauves ou blanches. Ses yeux, en forme d’amandes, peuvent être bleus, marrons, dorés, ou toutes ces couleurs associées.

2016 - 11

Origines et histoire du berger australien

Son nom ne doit pas vous tromper, le berger australien n’est en aucun cas originaire d’Australie. Il serait né au Pays basque et s’est ensuite développé majoritairement en Amérique du Nord.

Le Pays basque, principalement peuplé de pasteurs, possédaient il y a plusieurs siècles des chiens ressemblant comme deux gouttes d’eau au berger australien. Une crise de l’emploi toucha si durement le pays que beaucoup de Basques durent émigrer vers d’autres provinces, voire même d’autres pays, afin de trouver du travail. Ces émigrés ont amené leurs chiens avec eux lors de leurs voyages. Bon nombre d’entre eux partirent en direction de l’Australie, un pays alors connu pour ses nombreuses fermes de moutons et la production de laine qui en découle. Les compétences du berger australien furent très appréciées dans un tel climat.

13023616_10154752645798272_1286431798_n

Au début du XXème siècle, plusieurs Basques ont encore une fois émigré, partant alors de l’Australie pour arriver aux États-Unis, tout particulièrement en Californie. Une fois de plus, ils apportèrent leurs chiens avec eux, ainsi que quelques moutons.

Les fermiers du pays ont tout de suite vu les qualités de cette race, surtout son agilité qui lui permettait de bien s’occuper des troupeaux. Ils ont alors pratiqué un élevage surveillé. Comme ces chiens appartenaient à des immigrés australiens, ils ont été catalogués comme « australian sheperd dogs » (comprendre chiens de berger australiens). Le terme abrégé pour « australien » aux États-Unis est « aussie », ce qui explique le surnom donné à la race.

13036505_10154752652233272_1256604392_o

Les bergers australiens retrouvent la France au cours des années 80, ce qui leur permettent d’obtenir un standard provisoire de la part de la société centrale canine en 1996. Le standard officiel sera obtenu 11 années plus tard.

Ces bergers sont encore très utilisés aux États-Unis, tout spécialement dans la conduite de troupeaux de moutons.

Berger Australien : Son physique, sa santé

Le berger australien reste un chien solide dans son ensemble, mais peut être touché par diverses maladies qu’il convient de surveiller. Parmi ses problèmes de santé nous pouvons noter quelques tendances à l’affaiblissement des hanches, du dos et de la vision. Il existe en plus une certaine pré-disposition à l’épilepsie.

13063894_10154752648443272_1326990620_o

Il est estimé que près d’un quart de chiots peuvent naître sourds et/ou aveugles, ou le devenir les années suivantes, lorsqu’ils ont deux parents à robes merles. La médecine faisant des avancées chaque jour, il existe des tests de dépistage pour toutes les maladies pouvant toucher cette race. Il est donc important de pouvoir compter sur son éleveur. Ces tests doivent être effectués lors de l’élevage afin de pouvoir sélectionner des parents sains, limitant alors les transmissions héréditaires. Il est, entre autres, recommandé d’effectuer un test MDR1 sur son berger australien, la race portant ce gêne assez fréquemment. Ce chien possède une espérance de vie moyenne de 13-14ans environ.

Caractère et aptitudes du Berger Australien

Comme il est indiqué plus haut, le berger australien est principalement utilisé comme conducteur de troupeau. Il est également doué dans la recherche, le pistage, le cavage et le sauvetage, même marin. C’est un chien qui travaille bien, il est très obéissant et intelligent.

Ce n’est cependant pas qu’un chien de travail à l’instinct affûté, c’est aussi un compagnon de vie fidèle qui saura dépenser son énergie tout au long de la journée. Il va donc falloir pouvoir suivre ! Il peut être un peu timide les premières fois qu’il rencontrera des gens, mais il a un bon tempérament, peu querelleur et fortement sociable.

2016 - 1

Les bergers australiens sont attachants et affectueux au possible, il peut demander beaucoup de travail au niveau de son éducation. Il vaut également mieux être nomade puisqu’il a besoin de se dépenser et est très actif. Il est peu avisé de lui faire connaître la vie en appartement, sauf si vous avez l’occasion de le sortir plusieurs fois par jour. Le mieux serait de posséder une maison avec un grand jardin lui promettant de longues heures de divertissement. Il déteste la solide et pourrait bien être « collant », évitez donc de le laisser seul trop longtemps. Il a besoin d’une figure d’autorité qui sache le calmer lorsqu’il en a besoin. Sa haute intelligence pourrait lui permettre de trouver des failles dans vos techniques d’éducation et de réussir à vous amadouer. Soyez vigilent.

Le Berger Australien : Son éducation et son comportement avec les autres animaux

Le plus gros du travail d’éducation sera à effectuer lors des premières semaines, entre la troisième et la douzième. Votre chiot doit se sociabiliser au maximum durant cette période et apprendre quelques exercices qui lui permettront de comprendre qu’il doit vous obéir en toute occasion. C’est un chien qui peut être difficile, il est donc conseillé de s’en procurer un chez un éleveur agréé. Une mauvaise enfance peut affecter votre chien pour le reste de sa vie.

Comme pour beaucoup de races à la mode, il faut faire attention aux éleveurs qui profitent de la demande pour fournir des chiots à peine sociabilisés. Vous aurez beaucoup de mal à gérer votre chien, qui pourrait même être agressif si l’élevage ne comprend pas les exercices de base.

13016727_10154752652898272_2065652261_o

Comme c’est un chien très actif, il est bon de lui proposer des activités quotidiennes, qu’elles soient physiques ou mentales. En plus d’une session au club d’éducation chaque semaine et d’un travail régulier de votre côté, il est bon pour lui de pratiquer une discipline canine comme le cavage, le pistage, ou bien des jeux comme le lancé de balle et de frisbee. Ces activités sont à réaliser en votre présence afin de renforcer votre lien chien-maître.

Si le travail d’élevage en amont a convenablement été fait, votre berger australien sera sociable. Ce qui veut dire qu’il n’y aura pas de problèmes de comportement avec d’autres chiens, même si la cohabitation de deux mâles est déconseillée en l’absence de stérilisation. Il n’y a généralement pas de conflit avec les chats, qui seront traditionnellement les plus difficiles à gérer. Laissez les deux animaux apprendre à accepter la présence de l’autre tout en laissant au chat la possibilité d’être à l’abri du chien en cas de bagarre inopinée. Cette sociabilisation lui permet d’être intégré à une famille avec des enfants.

Toilettage et entretien du Berger Australien

Il faut savoir que les coûts d’acquisition d’un berger australien sont généralement assez hauts. Les coûts mensuels d’entretien peuvent également être élevés. Au niveau de sa santé, il est préférable de tenir ses vaccins à jour et de lui donner des vermifuges tous les 4 mois. Un brossage par semaine peut suffire en fonction de son lieu de vie. Son poil étant « autonettoyant », vous pourriez lui faire prendre un bain annuel uniquement.

portrait de berger australien

portrait de berger australien

Niveau alimentation les bergers sont connus pour leur gourmandise, bien qu’il n’est pas obligatoire d’opter pour une alimentation ciblée. Il vaut mieux concentrer ses efforts sur l’activité physique du chien. Comme souvent, la stérilisation du mâle peut entraîner un surpoids, qu’il faudra réguler.

Le berger australien est donc une race relativement facile d’entretien, mais il reste coûteux dans l’ensemble, d’abord à l’achat, puis mensuellement. Il faut être prêt à se lancer dans une telle relation, votre chien demandera beaucoup d’effort. Comme toujours avec les chiens, si vous prenez le temps de vous en occuper, vous arriverez à développer une relation hors du commun. Personne ne sera aussi fidèle qu’un berger en pleine confiance.

Crédit/Photo : Eliot

Livres complémentaires pour le Berger Australien :

Découvrez d’autres races de chiens :

5 mythes/malentendus sur le clicker training

5 mythes/malentendus sur le clicker training

Le Clicker Training est en train de devenir la méthode d’éducation par excellence. Une méthode d’éducation canine utilisant le renforcement positif. Mais j’entends encore beaucoup d’avis négatif sur la méthode, souvent des préjugés qui laisse entendre que le clicker training n’est pas bien pour l’éducation de son chien. Souvent c’est des malentendus.

Voici cinq mythes au sujet de l’entraînement au clicker training, à la fois positifs et négatifs. Ainsi vous pourrez faire votre choix sur la méthode d’éducation canine que vous préférez. Et vous aurez une meilleur idée de la méthode au clicker.

1) Le clicker training est un effet de mode.

Les théories qui rendent le travail de clicker training sont en fait basés sur certains des principes du conditionnement opérant, qui ont d’abord été décrit dans les années 1930 par BF Skinner. L’idée de base est que le sujet va répéter les comportements qui sont enrichissants et éviter les comportements qui ne le sont pas. Les principes de Skinner ont été utilisés pour former les pigeons et les mammifères marins dans le début des années 1940 et ont été développées dans la méthode moderne de conditionnement opérant appliqué par Karen Pryor dans les années 1960. En 1987, elle a commencé à utiliser ce qui est connu aujourd’hui comme le clicker training.

Gardez à l’esprit que le clicker n’est qu’un outil. Ce sont les principes qui sont importants ! Un effet de mode est de courte durée, là ont parle d’études qui ont commencés dans les années 30.

2) Vous devez toujours avoir le clicker avec vous.

L’utilisation d’un clicker ou «marqueur» est nécessaire uniquement lors des phases d’apprentissage. Après un ordre est introduit et vous n’avez plus besoin du marqueur. (Qu’est-ce que le clicker training ? pour plus d’informations sur les étapes de l’apprentissage)

Si vous ne supporté pas d’avoir le clicker toujours à votre poignet, vous pouvez toujours utiliser un son différent pour marquer des comportements tels que cliquer avec votre langue ou claquer des doigts. Le clicker émet un son unique qui est très efficace, mais ce n’est pas une nécessité, tant que les principes du renforcement positif sont suivies.

3) L’entrainement au Clicker ne fonctionneront pas sans nourriture.

Personne ne travaille gratuitement, y compris votre chien. Utiliser la nourriture pour le motiver est rapide et simple, mais les friandises devrait être progressivement abandonné au profit de récompenses récréatives une fois qu’il aura compris l’ordre. Plus vous en savez sur votre chien, et plus il sera facile de comprendre ce qui le motive. C’est pas forcément la nourriture ! J’entends souvent des gens me dire, mon chien n’aime pas les friandises pendant les exercices. Je répond : Et la balle ? Il se peut que travailler avec une balle ou autres choses (corde, bâton) est plus gratifiant pour votre chien. C’est à vous d’apprendre à le connaitre !

Aussi, gardez à l’esprit la différence entre une récompense et un pot de vin. Une récompense vient seulement après un comportement correct, le pot de vin lui vient avant le comportement. Ne récompensez pas votre chien avant ! Vous voulez obtenir un comportement comme le assis ou le couché ? Si vous le récompensez avant alors pourquoi il obéirait ?

4) Il n’y a pas de punition en clicker training.

Personne ne peut former un chien en utilisant le renforcement positif seul. Certains éducateurs au clicker utilisent des marqueurs de non-récompense qui font comprendre au chien que le comportement qu’il vient de faire n’est pas le bon et donc qu’il ne sera pas récompensé. Vous pouvez inclure les mots «Oups» ou «trop mauvais».

Il y a une énorme différence entre le clicker training et les méthodes d’éducation plus traditionnelles. Les méthodes traditionnelles sont clairement des méthodes qui impliquent la force, la douleur ou l’intimidation. Avez-vous envie de passé votre temps à crier sur votre chien et à lui donner des coups de sonnettes ? Franchement il n’y a rien de tout ça dans le clicker training et c’est mieux pour votre chien !

5) Le clicker training est la meilleure façon d’éduquer son chien.

Chaque chien et maitre sont différents et ce qui fonctionne pour certains ne fonctionnent pas forcément pour les autres. C’est à vous de trouver le bon compromis dans la méthode d’éducation. On peut éduquer son chien sans forcément faire usage du clicker. D’ailleurs Freesby n’a pas appris les ordres qu’il connait avec, mais c’est quand même une superbe méthode !

En conclusion :

Le clicker training est une méthode qui a fait ses preuves ! Sous répandu en France, elle mérite vraiment qu’on parle d’elle. Ce n’est pas un effet de mode, il n’est pas obligatoire d’avoir toujours le boitier sur soi, la récompense c’est pas forcément de la nourriture, il y a des punitions (mais c’est pas foutre sur la gueule de son chien) et même si c’est une excellente méthode elle ne correspond pas à tout le monde. Mais entre nous, c’est pas le top de pouvoir éduquer son chien sans utiliser des technique qui nécessite l’utilisation de la force, la peur ou l’intimidation ? A vous de choisir moi j’ai fais mon choix !!!

Crédit/Photo : melounix  stock.adobe.com

Pourquoi choisir le renforcement positif avec un chien ?

Pourquoi choisir le renforcement positif avec un chien ?

Pour moi, le renforcement positif est la meilleure méthode éducative. Je la recommande vivement aux propriétaires de chien qui souhaitent que leur animal progresse.

Elle permet notamment de développer une complicité entre l’homme et le chien , capable de comprendre environ trois cents codes, verbaux ou gestuels. Mon chien en maîtrise environ vingt-cinq.

Peu importe son âge, il est important de continuer à apprendre des choses à son chien. Beaucoup pensent qu’un chien, une fois adulte, ne peut plus rien apprendre : comme un humain, l’animal peut acquérir de nouveaux comportements tout au long de son existence.

Le renforcement positif est une méthode d’entrainement permettant d’apprendre de nouveaux tours à votre chien ou de modifier de mauvais comportements (comme l’aboiement lorsque la sonnette retentit). Tout réside dans la répétition d’un ordre, dont la réponse adéquate est récompensée par un « motivant ».

Le principe du renforcement positif :

Le motivant (friandise, croquette, saucisse, balle…) va inciter votre chien à comprendre ce que vous attendez de lui. Plus le motivant l’intéresse, plus il s’efforcera de réussir, de vous contenter, pour obtenir sa gratification. Si la nourriture ne motive pas votre chien, on peut également se servir d’un jouet.

On récompense les bons comportements tandis qu’on ignore les mauvais.

Grâce au renforcement positif, le chien aura toujours envie de fournir davantage de travail appliqué !

A contrario, le renforcement négatif, basé sur la contrainte, frustrant, apporte une réponse minimale.

On sait que « tout travail mérite salaire », et si le salaire est basé sur la qualité du travail, on s’échine à produire le meilleur pour gagner une bonne rétribution. Idem pour le chien, qui, attiré par la récompense, s’emploiera à vous satisfaire pour la recevoir.

Ainsi, il faut “payer” pour voir son chien son chien effectuer un « roulé boulé », mouvement peu naturel, bref, lui octroyer une friandise !

Le fonctionnement du renforcement positif avec un chien :

Si le chien réagit correctement à l’ordre « assis ! », on le récompense tout de suite, pas cinq minutes après : le timing est important puisqu’il permet la mémorisation de l’exacte  association ordre/réponse..

Le motivant, pour le reste de sa vie ? Bien sûr que non, il ne sert que la durée de l’entrainement. Une fois la réaction à un ordre donné acquise, quel que soit l’environnement (dans la rue, en forêt, à la maison, au milieu d’autres chiens, dans une flaque d’eau…), on supprime progressivement le motivant. Il ne sera redonné que de façon aléatoire : le chien continue à obéir, motivé à l’idée d’obtenir une récompense.

Erreur à ne pas commettre : montrer la friandise au chien pour le motiver. Cette dernière doit rester cachée dans votre poche. Sinon, on peut rester prisonnier de la récompense.

Conclusion :

Le renforcement positif est une méthode éducative éprouvée, efficace, qui permet en outre de développer une réelle complicité entre vous et votre chien. L’absence de contrainte favorise un apprentissage serein, avec, en revanche, beaucoup  d’entrainement et de patience. L’exercice n’est acquis que quand on peut le faire dans toutes les situations !

A vous de jouer !

Crédit/Photo : par Nicole Köhler de Pixabay 

Pin It on Pinterest