Mon chien a fugué, que faire ? Ayez les bons réflexes !

Mon chien a fugué, que faire ? Ayez les bons réflexes !

Cet article fait suite à l’article : Mon chien a disparu, mon chien est perdu ! Que faire dans cette situation ? 

Un lecteur du blog, Jean-Luc nous avait alors proposé de partager ses méthodes de recherche lorsque ses chiens s’enfuyaient. Jean-Luc est un ancien conseiller technique cyno chez les sapeurs-pompiers. Son expérience est un vrai plus si vous vivez en campagne. Merci pour le partage d’expérience !

Votre chien vient de faire une fugue ! Oh non encore !

Il est parti sans dire au revoir ! Il adore se faire la malle ! Les raisons de la fugue sont nombreuses : un chien gourmand qui adore faire les poubelles, une femelle en chaleur dans le secteur, une grande peur ou le chien ne connait qu’une solution : la fuite !

Mon chien a fugué ! Les problèmes commencent…

Un chien qui fugue est une vraie source de tourment. On imagine le pire… Accident de la circulation, la morsure d’un tiers, tuer d’autres animaux (chats, poules, lapins etc…). Il est donc primordial de stopper sa cavale le plus vite possible ! Plus il passe du temps dehors, loin de sa famille, et plus les chances qu’il se blesse ou blesse des gens sont grandes. Plus le temps passe et plus les dédommagements vont grossir…

Mon chien a fugué, que faire ?

Un élément important est l’heure du constat de la fugue. Plus vous découvrez son absence tôt et plus vos chances de retrouver votre chien sont grandes. Pour devenir un bon chasseur de chien, il faut se mettre dans son poil ! Devenez un chien et pensez chien ! Voici les pistes données par Jean-Luc pour augmenter vos chances de retrouver rapidement votre chien.

Je retrouve mon chien qui à fugué étape par étape :

Voici les conseils de Jean-Luc :

Le chien est un trotteur : je fais d’abord rapidement en voiture les grands axes jusqu’à 3 ou 4 kilomètres du domicile, histoire de délimiter un secteur de recherche maxi. Au delà, ça devient de plus en plus aléatoire et on est obligé de passer à la phase 2 que tu as très bien décrite (affichage, alerte chez les vétos, petites annonces, SPA, mairies, gendarmerie…). Allongez la distance avec des chiens style “husky “, qui taillent la route droit devant sans se poser de questions.

Le chien a un appétit sexuel réprimé :  je fais donc prioritairement le tour de tous les endroits connus où je sais trouver les chiennes en chaleur. En cas de récidive, je vais directement à ces endroits où le “fautif” est souvent récupéré en train de batifoler.

Le chien a un instinct de meute : lorsque le reste de la “meute”  familiale est au boulot ou occupé dans la maison, le chien cherche de la compagnie au travers de son vagabondage ; il va partir à la recherche  d’autres camarades de jeu, plus marrants que le patron qui est scotché devant son ordinateur.

Toujours en voiture, vitres ouvertes, faire le tour de l’ensemble du village (j’habite à la campagne donc plus facile) ou du quartier en ralentissant à tous les carrefours (genre de recherche comme lorsqu’on recherche sa femme dans un grand magasin !). Je parle de vitres ouvertes car tout au long de son périple, le chien va faire aboyer tous les chiens du quartier : tendre l’oreille en coupant le moteur à  intervalles réguliers.

Le chien est un prédateur : faire le tour des corps de ferme où peuvent se trouver des basses-cours, des prés avec des chevaux, des troupeaux de moutons.

Lorsqu’il fugue le chien n’a pas la notion de faire “mal” :  son sens moral est assez  limité voire inexistant ; il répond à ses instincts sans aucune préoccupation philosophique et sans imaginer l’angoisse qu’il provoque par son absence. S’il est sur le chemin du retour ou s’il est devant le portail avec une langue de 30 centimètres qui pend sur le côté, il est inutile de le sanctionner au risque de provoquer un anti-comportement allant à l’inverse du but recherché.

Dans sa tête la sanction pourrait être perçue comme un encouragement à récidiver.

Lorsqu’en voiture, on l’aperçoit devant soi qui s’éloigne, le dépasser, stopper à quelques mètres devant lui et le rappeler sans montrer de colère. Adapter le rappel au niveau de capacité du chien à obéir. Comme pour tout rappel, ne jamais courir après le chien. Aller plutôt en sens inverse en attirant son attention et en l’encouragent à venir.

Un chien seul dans la rue se remarque : ne pas hésiter à se renseigner auprès des passants rencontrés pour savoir s’il n’auraient pas vu un chien comme ça (description) se diriger dans telle ou telle direction.

Autre petit truc assez marginal par rapport à tout ce qui vient d’être dit mais beaucoup plus efficace qu’on pourrait le supposer : se poser intérieurement la question: où se trouve X ? avec la certitude que notre “inconscient ” connait la réponse et nous mettra sur la bonne piste. Laisser agir en faisant confiance et en suivant son intuition…les “coïncidences” sont parfois surprenantes.

L’expérience de Jean-Luc : Quelques précisions sur mon expérience cyno. J’étais jusqu’en 2010 conseiller technique cyno chez les sapeurs-pompiers et j’intervenais en binôme avec mon malinois (c’était mon 3ème chien opérationnel en 20 ans de cyno) dans des interventions de recherche de personnes ensevelies sous les décombres. Ainsi que dans la recherche des personnes disparues ou égarées par la technique du questage (sans odeur de référence au départ à l’inverse du pistage) ; la technique est assez comparable à l’exploration.

J’étais également formateur des équipes cynos départementales (Rhône). Je faisais aussi partie des équipes animalières où avec les collègues, j’intervenais sur toute assistance animalière : capture de chiens agressifs (ou supposés…), de N.A.C, (serpents, iguanes, araignées, crocodiles(si si!)…), dégagement de chevaux ou bovins en difficulté…

Agé de 58 ans je suis aujourd’hui à la retraite. J’ai 2 chiens à la maison : mon malinois de travail qui a 13 ans et qui est parti à la retraite en même temps que moi et un labrador “de famille” de 11 ans. J’ai également 2 chevaux, chat, poules….

Crédit/Photo : par Daniel Brachlow de Pixabay

Et vous quelles sont vos méthodes de recherche lorsque votre chien fugue ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

Comment enlever et réduire le tartre chez le chien ?

Mon chien a du tartre ! Il y a quelques jours, mon chien n’avait plus d’appétit. Lui qui se jette sur sa gamelle habituellement… Pendant trois jours, il ne mangeait qu’un tiers de sa ration journalière. Je commençais à m’inquiété. Je savais qu’il avait du tartre, mon vétérinaire me l’avait signalé lors de notre dernier rendez-vous. Sur ces conseils, je lui brossais les dents avec du bucogel.

L’hygiène dentaire est plus importante que vous pouvez le penser ! Votre chien est comme nous, il est sujet aux mêmes infections des gencives (très douloureux) mais aussi des dents. Et souvent, le responsable est le tartre !

Le tartre chez le chien et ces conséquences.

Comme pour l’humain la principale infection dentaire est la parodontose. Une accumulation de tartre favorisant la plaque bactérienne sur la dent. Plaque qui engendre une inflammation plus ou moins importante de la gencive avec pour résultat une inflammation de celle-ci avec des saignements et dans les cas les plus graves un déchaussement de la dent ! Je n’ai pas identifié tout de suite le problème de Freesby ! C’est au moment ou il prit une croquette, qu’il eut une réaction étrange de la mâchoire. Et bingo ! Je regarde les gencives et je constate une inflammation ! Le pauvre… les chiens n’ont pas la parole pour nous dire j’ai mal ici ou là. Il souffre souvent en silence.

Le tartre chez le chien : les symptômes qui vont vous mettre la puce à l’oreille 😉

Comme je viens de vous le dire mon chien ne mangeait pas correctement. Quels sont les symptômes à prendre en compte pour le tartre chez le chien ?

  • Une perte d’appétit soudaine. Mon chien est un grand gourmand, le voir bouder sa gamelle était un signe !
  • Une haleine de chien 🙂 : Mon chien n’avait pas bonne haleine ces derniers temps.
  • Un saignement de la gencive. Non observé chez Freesby
  • Une perte de dent. Heureusement que non pour Freesby ! Mais si ca continue c’est la conséquence finale !
  • Une petite ligne rouge au-dessus de la dent sur la gencive.
  • Une inflammation de la gencive.
  • Le chien ne se laisse pas toucher la gencive. Freesby était sensible.

Si l’inflammation n’est pas traitée à temps, elle provoquera la perte de la dent.

Comment enlever et réduire le tartre chez le chien ?

Si vous constatez que la dentition de votre chien est trop entartrée ou enflammée, il ne reste qu’une seule solution. Emmener votre chien chez le vétérinaire ! Lui seul peut faire le boulot du dentiste et détartrer les dents de votre animal. Il possède à peu près le même matériel qu’un dentiste pour homme. L’inconvénient est que pour des raisons de sécurité évidente l’opération se pratique sous anesthésie générale. C’est beaucoup plus pratique car aucun chien ne se laisse toucher les dents très longtemps… Forcément, il y a les désavantages de l’anesthésie.

Comment réduire le tartre chez le chien ? La prévention reste la meilleure solution !

Comme pour l’humain à vos brosses à dents ! J’utilise actuellement le bucogel. C’est un dentifrice pour chien au gout de viande très apprécié. On brosse deux fois par semaine les dents du chien. Inutile de le faire tous les jours. Il y a une petite brosse poil souple et un doigtier fourni avec. Je vous recommande de le faire avec l’aide d’une tierce personne, car ce n’est pas évident.

Un autre produit est le Vet aquadent, c’est une solution que l’on met dans la gamelle d’eau du chien. Elle limite l’apparition de la plaque dentaire et donne une haleine fraiche à votre chien.

Et pour finir les lamelles dentaires anti-plaquele chien les mâchouilles et nettoie ses dents en même temps.

Si vous avez d’autres produits préventifs pour lutter contre le tartre chez le chien je suis preneur ! Je veux repousser le plus loin possible l’anesthésie de mon chien. Laissez un commentaire.

Pin It on Pinterest