Comment améliorer la concentration de mon chien ?

Comment améliorer la concentration de mon chien ?

Bonjour, aujourd’hui nous allons étudier comment obtenir une concentration parfaite de son chien et pourquoi est-elle si importante.

Je suis Rémi Guérin et je propose du dressage de chien en Gironde tout près de Bordeaux (Pessac & Saint-Loubès), je suis également titulaire du diplôme de comportementaliste.

La concentration est pour moi l’ordre le plus important qui existe mais aussi le plus dur à obtenir.

En effet vous comprenez bien que si votre chien n’est pas concentré sur vous quand il est occupé vous n’aurez pas de réponse.

Pourquoi la concentration est importante ?

La concentration de votre chien est très importante, s’il ne l’est pas, il n’obéira pas car il sera tellement occupé que vous n’obtiendrez aucune réponse puisque l’information ne sera pas prioritaire et ne montera pas jusqu’au cerveau. N’oubliez pas que votre chien a une petite tête, souvent on dit que les hommes ne sont pas capables de faire deux choses à la fois, ça se discute mais on veut bien l’accepter, mais il faut bien comprendre que les chiens sont comme nous.

Comment obtenir une bonne concentration chez mon chien ?

Obtenir une concentration sur son chien est l’exercice d’éducation canine le plus difficile. Mais nous pouvons tous y arriver. Je vais vous indiquer la marche à suivre pour y arriver. Il y a quelques prérequis pour que cela fonctionne. Je vais vous citer dans l’ordre d’importance les cas de priorité où le chien se concentre.

1- La survie : en effet, la peur est l’émotion la plus importante dans notre monde, c’est elle qui régit en partie notre façon de vivre, le choix de nos actions et cela en est de même pour nos amis les chiens. Imaginez-vous être aussi performant chez vous à composer un exercice de maths que sur une plateforme suspendue dans le vide en sachant que vous avez le vertige… ce n’est pas possible, ni pour les humains, ni pour les chiens. Donc la première chose à faire est de travailler le côté social et environnemental de votre chien afin qu’il se sente bien partout et surtout dans les zones que vous allez lui faire fréquenter.

2- La reproduction : c’est le 2eme point le plus fort qui peut empêcher un chien d’écouter. Il est important de savoir qu’un chien qui reproduit y prendra goût, ils peuvent même devenir très ch…ts. Il est bien sûr essentiel de se poser la question : Qu’est ce qui va changer chez mon chien s’il se reproduit ? Fugue, couinement, excitation sexuelle sur les femelles… Bon courage 🙂 ! Parfois il vaut mieux s’abstenir de gagner un petit chèque que de payer les conséquences en transformant son chien de famille en étalon reproducteur.

3- L’excitation : le plaisir est le 3eme point. Un chien très content aura du mal à se canaliser, il pourrait faire le fou avec un autre chien parfois jusqu’à l’épuisement total. Un chien en manque de contact social, de liberté peut rattraper le temps perdu le jour où il a l’occasion d’en profiter. Vous ne pouvez pas espérer faire une balade de rêve si vous balader votre chien une fois par mois ou même par semaine, c’est de l’ordre du rarissime ou il faudra attendre que le chien ait 8 ans… Si vous souhaitez que votre chien soit calme et soit plus passif envers les chiens, humains etc… , il est important de lui donner très régulièrement l’occasion de sortir, je conseille toujours à mes clients de promener leurs chiens 3 fois par jour environ 15 minutes dans des coins vivants (quartiers résidentiels, parc, ville…)

4- L’éducation : Le dernier point et qui se trouve être le grand désarroi de tout bon maître de chien est l’obéissance. Malheureusement vous passez, même si votre chien vous aime très fort, en dernier mais ne vous inquiétez pas c’est normal. Ensuite il est possible d’améliorer ce classement, c’est le but du jeu. Avec beaucoup de travail (c’est l’exercice le plus important de tous car c’est celui qui vous permet de vous faire écouter) vous y arriverez. N’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’éducation canine en méthodes douces.

Comment éduquer mon chien à se concentrer ?

Pour apprendre à dresser votre chien, il est important de comprendre comment fonctionne la mémoire du chien. Nous allons apprendre à notre chien à devenir plus attentif à nous grâce à l’expérience d’Yvan Pavlov sur les réflexes conditionnels faite dans les années 1890. Pavlov était un médecin soviétique qui est un des parrains de la psychologie moderne. Nous allons utiliser la méthode du « renforcement positif », c’est-à-dire ajouter une valeur (comme une friandise) à une bonne action (comme regarde-moi dans les yeux). Vous l’aurez compris, le but du jeu est de travailler la concentration de votre chien grâce à son nom ou un surnom (je préfère toujours les surnoms car ils sont toujours positifs, en effet on ne dit jamais « Mon bébé tu me fais suer », on utilisera toujours le nom du chien pour lui faire remarquer un point négatif. L’exercice est très simple, même vos enfants peuvent le faire ! Il suffit de mettre une bonne dizaine de friandises, ou petits bouts de friandise (la taille ne compte pas, il vaut mieux privilégier la fréquence), d’avoir un bout entre les doigts toujours prêt à être donné. Il est important que cela soit du tac au tac pour fixer la bonne action, d’émettre le signal voulu (nom, surnom, sifflet, bruit… à votre bon gout) et dès qu’il croise votre regard vous donnez. Vous pouvez recommencer cet exercice 3 ou 4 fois par jour pendant 5 minutes à la maison et ensuite il faudra le travailler dans les parcs, en centre-ville, lâché avec d’autres chiens…

Si vous avez besoin d’aide pour travailler la concentration de votre chien ou pour un dressage plus poussé comme demander à son chien de revenir quand il joue, vous pouvez faire appel à un dresseur comme moi, vous trouverez mon site à cette adresse : www.comportementaliste-gironde.fr . J’espère que cet article vous a plu et si vous souhaitez en savoir plus n’hésitez pas à visiter mon blog disponible sur mon site. A bientôt.

Crédit photo : @pixabay

7 exercices que tout bon chien doit connaître

7 exercices que tout bon chien doit connaître

Plus que des ordres, votre chien doit apprendre à respecter les décisions de son maître. Un chien qui fait ce que lui dit son maître est un chien heureux, surtout lorsqu’il reçoit une friandise en récompense ! Si vous n’avez pas un brin d’autorité sur votre chien, il risquerait de devenir un peu trop sauvage, voire même agressif. Voici 7 exercices que vous devez apprendre à votre chien, et qui sont nécessaires, autant pour votre confort que pour son bien-être.

« Assis ! »

Apprendre un chien à s’asseoir suite à une interjection verbale peut se révéler un peu plus difficile que prévu, surtout lorsque la race est un peu réticente à rester en place plus de 5 minutes. Pourtant, c’est un exercice de base, qui va permettre par la suite l’apprentissage d’autres exercices plus compliqués. C’est un bon moyen pour faire comprendre à votre chien qu’un son provenant de votre bouche peut signifier qu’il doit faire quelque chose. Vous pouvez pratiquer cet exercice dès ses 2 mois, la plupart des races sont sensibles à cette demande assez tôt. Vous pouvez par exemple lui dire « assis ! » et le récompenser quand vous voyez qu’il s’assoit de lui-même.

Il l’a fait avant que vous le lui ayez demandé, mais il va maintenant associer ce son avec la position assise, et la friandise. Il faut se synchroniser avec le chien, ce qui peut être compliqué, mais c’est beaucoup plus doux qu’essayer de le forcer à s’asseoir en faisant pression sur sa croupe ! A éviter totalement. De manière plus active, vous pouvez lui montrer une friandise, il va lever la tête, et si vous la placez derrière lui, il va s’asseoir plutôt que se retourner, c’est à ce moment-là que vous allez lui dire « assis » et le récompenser. Au bout de quelques semaines, le son sera assimilé.

Lire mon article : Apprendre le assis à son chien

« Couché ! »

Encore une fois, un exercice basique qui permettra d’en apprendre des plus compliqués. Vous allez pouvoir utiliser tout ce que vous avez appris lors de l’apprentissage de l’assis. Faites-le s’asseoir suite à une interjection, puis tirez doucement ses pattes antérieures vers vous. Une fois qu’il est couché vous pouvez lui dire « couché ! » et le récompenser. Vous pouvez utiliser le même principe avec une friandise.

Vous la posez à terre, le chien se baissera pour la renifler, vous l’éloignez de lui au ras du sol, il va alors se coucher automatiquement, là vous pourrez lancer votre interjection. Cet exercice peut également être utilisé pour le faire dormir dans son panier, n’hésitez donc pas à le faire près de l’endroit où il dort. Attention cependant, évitez d’utiliser « couché ! » dans le cas d’une punition. Le chien va confondre le deux ordres et va toujours avoir peur lorsque vous lui direz le mot.

Lire mon article : Apprendre le couché à son chien

Le « reste »

Le « reste » va faire attendre le chien à un endroit, et si vous avez pratiqué le couché près du panier, lui apprendre à rester dans ce dernier sera beaucoup plus simple. Mais le chien sera toujours enclin à vous suivre, là il va falloir le faire rester même lorsque vous partez. Cet exercice demandera un petit peu plus de temps. Mettez-le dans une position, assis ou couché, et reculez d’un pas. S’il s’avance, arrêtez-le avec un « non ! ».

Au fur et à mesure des répétitions, le chien comprendra l’exercice et vous pourrez vous éloigner de plus en plus, jusqu’à sortir de la pièce, et le laisser seul de plus en plus longtemps. Il vaut mieux le faire dans un endroit connu comme la maison au cas où le chien ait peur qu’on l’abandonne.

« Au panier »

Encore une fois les exercices précédents vont vous aider. Cet exercice n’est pas une punition mais un moyen de pouvoir rester tranquille lors de repas et ne pas voir votre chien vous faire les yeux doux pour avoir un morceau de viande. De la même manière que le « reste », vous allez devoir lui apprendre à rester à un endroit précis. Lorsqu’il va dormir, lancez-lui un « au panier ! » et récompensez-le, il apprendra vite. N’hésitez pas à rajouter un « reste » s’il a tendance à ressortir du panier les premières fois.

Voir ma vidéo tuto : Apprendre le “ta place” ou “panier” à son chien

La marche en laisse sans tirer

N’hésitez pas à commencer à vous promener en laisse à la maison, cela lui permet de comprendre ce qu’il a autour du cou et comment ça marche. Cela évite le stress, c’est pourquoi les premières promenades sont à effectuer dans des lieux calmes, où le chien ne sera pas stimulé par des centaines de sons différents. Les sons de rue peuvent l’apeurer ou le déconcentrer, il doit comprendre que vous lui demandez quelque chose. Laissez la laisse flottante et apprenez-lui à rester au niveau de votre jambe, toujours du même côté. Attirez sans cesse son attention avec des interjections et félicitez-le lorsqu’il vous obéit. Il va falloir persévérer, mais au bout de quelques semaines il aura tout enregistré.

Disponible dans la boutique : Laisse & Longe en Nylon pour chien (différente taille)

Lire l’article : Comment apprendre à un chien à marcher en laisse sans tirer ?

Le rappel

C’est un exercice que vous aurez sûrement pratiqué avec la marche en laisse auparavant. Un « au pied ! » occasionnel aura sûrement raison de sa curiosité sans borne. Le rappel est important à apprendre au vu de tous les dangers qui sont présents en ville. Encore une fois la récompense sera votre meilleure alliée. A chaque fois qu’il revient au pied offrez-lui une friandise. N’hésitez pas à vous exercer, même à la maison.

Voir ma vidéo tuto : 2 conseils pour APPRENDRE le RAPPEL à son chien

La propreté

L’exercice qui vous rendra certainement très heureux, la nécessité de faire ses besoins dehors. Il va falloir garder votre chien à l’œil les premiers mois, afin d’estimer ses heures régulières. Il ne demandera pas immédiatement, il faudra donc le forcer un peu les premières fois. Sortez-le à vos convenances. Un chiot a tendance à avoir envie d’uriner après les repas et les siestes ainsi que le jeu. Il est donc important de le sortir souvent.

Une fois dehors limitez la zone « toilettes ». Il finira par assimiler le lieu avec le besoin. Une fois qu’il est confortable avec cet endroit, vous pourrez commencer à étendre les promenades. Encore une fois, n’ayez pas peur de récompenser votre chien, cela lui permet d’apprendre bien plus vite.

Voir ma formation complète : “Heureux et Propre” : La nouvelle façon d’apprendre la propreté à son chien ou chiot

Conclusion :

Vous l’aurez compris, en éducation canine il ne faut pas être avare de félicitations par des friandises ou en caresses/jeux. Maintenant à vous de jouer !

Crédit photo : @fotolia

Quels sont les ordres les plus importants à apprendre à son chien ?

Quels sont les ordres les plus importants à apprendre à son chien ?

Bonjour à tous, je me présente rapidement, je suis Rémi Guérin comportementaliste à Bordeaux et je propose également du dressage de chiens. Nous allons voir ensemble quels sont les trois ordres les plus importants, à mon goût, que nous devons apprendre en priorité à nos chiens.

Les conditions pour avoir un chien qui écoute :

Un petit rappel est nécessaire avant de parler des différents ordres. La priorité avant de parler éducation est le comportement, c’est-à-dire que si votre chien n’est pas bien dans ses pattes, il n’effectuera pas bien les différents ordres que vous attendez de lui et c’est tout à fait normal. Il faut bien comprendre que le comportement prime sur l’éducation. Je vais vous donner un exemple chez les humains, j’aime bien montrer des concordances entre notre monde et le monde du chien : mais attention à ne pas faire d’anthropomorphisme tout de même.

Imaginez que vous êtes un super guitariste dans votre salon, devant vos copains et quelques bières, vous jouez librement, vous vous amusez c’est génial vous êtes un talent… Demain on vous invite à jouer au stade de France devant 80 000 personnes, vous n’avez jamais joué devant un public, vous avez le trac, vous avez la trouille et c’est normal, c’est une nouvelle expérience. Vous ne jouerez très certainement pas aussi bien que devant vos amis parce que votre comportement est troublé par la nouveauté, en revanche, au bout du 10 ème concert il y a de fortes chances que vous retrouviez le même talent qu’à la maison. Et bien avec chien on retrouve un peu ce même changement de comportement concernant la peur. On le retrouve également avec la super excitation, c’est-à-dire que la nouveauté ou la rareté (comme jouer avec des chiens) lui apporte un plaisir énorme, tellement énorme qu’il n’est plus capable d’écouter, il n’est pas du tout concentré sur vous mais sur ses copains chiens. Donc vous l’aurez bien compris, pour que votre chien écoute, il doit avoir un bon comportement.

Il ne doit pas être trop apeuré, ni trop excité. Pour y arriver, il n’y a qu’une solution : le promener très régulièrement.

J’aime bien proposer à mes clients de sortir leur chien à la même fréquence que s’ils étaient en appartement, c’est-à-dire 3 fois par jour pendant 15 minutes. Les grands intérêts de fonctionner de cette façon sont :

  • Le séquençage de la journée du chien, en effet si nous faisons une sortie par jour d’une heure ou deux, le chien ne sort plus pendant 22h ou 23h. En revanche si nous faisons une sortie à 8h avant de partir au travail (ou pourquoi pas amener les enfants à pied avec le chien), 16h et 21h avant d’aller se coucher, la journée du chien va se passer beaucoup mieux car nous lui avons donné plusieurs fois l’occasion de prendre l’air et de se défouler l’esprit.
  • La socialisation de votre compagnon à quatre pattes, il est intéressant de promener un chien mais encore plus de lui donner du contact humain et chien, c’est-à-dire que de l’amener dans les vignes, dans des champs ou dans les bois où vous ne croiserez personne, ce n’est pas très intéressant pour votre chien, réservez ce type de balade pour les weekends au calme. Si vous avez un chiot (très important) il faut l’inonder de nouveautés, lui faire vivre un maximum de choses et qu’il connaisse tous les environnements possibles, les chiots ont une capacité énorme à emmagasiner les nouvelles expériences (environnementales, sociales) que vous lui proposez. Pour les adultes c’est le meilleur moyen de les fatiguer, de répondre à leurs besoins, faire fonctionner leur cerveau, rencontrer des nouveaux chiens, voir tous types d’humains. C’est de ça dont ont besoin les chiens, pas de courir derrière un jouet.
  • L’éducation de votre chien sera par la force des choses une obligation, et vous en faites tous les jours sans vous en rendre compte. L’éducation canine n’est pas forcément une tactique militaire assis, couché, pas bougé ! C’est aussi, va au panier, monte sur le trottoir, attend sous la table je bois un café sur une terrasse en centre-ville (ça c’est une vraie expérience et facile à produire), du coup vous le comprenez bien, plus vous sortez avec le chien, plus vous lui ferez vivre des expériences de votre quotidien en dehors de chez vous, plus il sera performant car vous devrez lui faire acquérir de nouvelles compétences, « attend moi là je vais chercher le pain » (on vient d’apprendre le pas bouger), on va chercher les enfants à l’école mais tu ne sauteras pas sur les petits copains (vous en êtes en train d’apprendre à votre chien à ne pas répondre à toutes les sollicitations que génèrent les enfants autour de vous, c’est énorme comme résultat !)… il y a pleins d’exemples comme celui-là. Si j’ai un bon conseil à vous donner c’est bien celui-là, SORTEZ DE CHEZ VOUS. : )

Les ordres de dressage canin les plus importants :

Nous allons lister ensemble les ordres importants et par priorité. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à me contacter sur mon site : https://www.comportementaliste-gironde.fr. Pensez que c’est un investissement en temps l’éducation canine, vous devez vous accrocher sur les ordres réellement utiles et qui prennent le plus de temps à devenir automatique :

  • La concentration : votre chien doit être capable de se retourner sur vous, de vous regarder dans les yeux sur un simple appel et même si il est en train de jouer avec des chiens, pendant une course folle avec un pote chien il doit être capable un jour de s’arrêter, de vous regarder et d’attendre son ordre. Pour travailler cet ordre il suffit d’associer une friandise, de féliciter votre chien dès que vous dites son nom et qu’il vous regarde. Commencez juste devant lui assis sur votre canapé, vous dites son nom ou son surnom et dès qu’il vous regarde dans les yeux vous lui donnez un petit bonbon, travaillez ensuite cet ordre à l’extérieur, c’est là où le travail commence réellement.
  • La marche en laisse : c’est un des ordre les plus dur à acquérir, dès que vous avez un chiot entraînez le à ne pas tirer, sortez le souvent pour ne pas qu’il soit trop content et surtout qu’il n’ait pas peur de la vie. Il faut énormément sortir pour que votre chien soit calme et à l’écoute en laisse. N’hésitez pas à participer à des cours d’éducation canine en groupe pour donner à votre chien l’expérience d’une promenade difficile (et oui, il y a plein de potes autour et on ne peut pas jouer pour le moment).
  • Le rappel : j’ai écrit un article dédié à cet ordre : Apprendre le rappel à son chien n’hésitez pas à le lire et mettre en application mes conseils. En quelques mots pour obtenir un bon rappel, il est important de lâcher très tôt votre chiot afin qu’il s’habitue facilement au rappel, il ne doit pas être trop content au risque de courir dans tous les sens et ne pas faire attention à ce qu’il fait et il ne doit pas avoir peur pour ne pas qu’il fuit. Pour apprendre le rappel c’est très facile aussi, mais dans un premier temps votre chien doit avoir une bonne concentration, il doit être attentif à vous. Associez toujours un signe au rappel comme la main vers le bas à côté de votre genou, comme si vous lui donniez une friandise qu’il doit venir chercher. Donnez envie à votre chien de venir, vous devez lui faire comprendre que c’est encore mieux de revenir vers vous que de continuer à jouer avec un chien.

Les clés pour réussir à obtenir un bon chien, est le choix du bon chiot, celui qui correspondra à vos attentes, son caractère mais aussi le temps que vous y consacrerez, quelqu’un qui sort pas ou peu, ou encore dans des endroits trop simples, ne pourra pas aller partout sans être ennuyé par son chien. Si vous souhaitez avoir un chien « passe partout », qu’il soit uniquement une source de plaisir vous devez vous imposer un rythme de travail pour entraîner votre chien à devenir VOTRE chien parfait.

Crédit photo : ©Fotolia

Comment utiliser la règle des 3D avec son chien ?

Comment utiliser la règle des 3D avec son chien ?

Éduquer son chien doit demeurer avant tout une expérience gratifiante et plaisante, aussi bien pour le maître que pour l’animal. L’éducation canine est une belle façon d’offrir une vie agréable et épanouie à votre chien, mais aussi d’enrichir votre relation. Votre chien vous accorde toute sa confiance et à chaque séance, votre complicité ne fait que se renforcer. Pour apprendre un nouvel ordre à votre chien dans une atmosphère ludique, la technique des 3D se révèle être d’une grande efficacité. Cette méthode de l’éducation positive prend en compte la durée, la distance et les distractions. Mon précédent article sur le sujet : Qu’est-ce que la règle des 3D en éducation canine ?
Comment utiliser la règle des 3D avec son fidèle compagnon à quatre pattes ?

Un apprentissage progressif

La règle des 3D veut que les séances d’éducation demeurent brèves et agréables. Lorsqu’on commence à enseigner un ordre à un chiot ou à un chien adulte, il est impératif d’y aller par étapes. Pour cela, vous devez recourir aux trois paramètres de cette théorie essentielle en éducation canine et démarrer au niveau le plus faible.

Une faible distance

Cela signifie que dans un premier temps, vous devez vous tenir au plus près de votre tendre compagnon, autrement dit rester à une distance faible. Dans le cas contraire, il se sentira stressé et sera naturellement tenté de vous rejoindre car il n’a pas l’habitude d’être éloigné de son maître.

Une faible durée

Dans le même temps, ne soyez pas trop exigeant avec lui en termes de durée. Ainsi, l’ordre à exécuté doit être très court pour donner toutes les chances à votre chien de réussir l’exercice. Quelques secondes sont amplement suffisantes au début. Bien évidemment, cet élément est valable pour un ordre tel que « pas bouger », « non », « assis », « coucher » mais ne peut pas s’appliquer pour des ordres comme « saute », « roule », « vient ici », etc…

De faibles distractions

En début d’apprentissage, vous appliquerez également le plus faible niveau de distractions. Par exemple pour enseigner un nouvel ordre, vous commencerez dans une pièce où personne ne pourra venir vous importuner. N’espérez pas obtenir des résultats positifs dans un parc, où les diversions sont innombrables !

A chaque fois que votre chien vous obéit, félicitez-le et montre-vous généreux en récompenses.

Augmenter graduellement le niveau de l’exercice

Lorsque votre chien semble avoir bien assimilé l’ordre, vous pouvez accroître la difficulté. Là encore, ne soyez pas trop impatient et faites-le de manière progressive.

Augmenter un seul D à la fois

Ainsi, il convient d’augmenter chaque paramètre de manière indépendante afin de ne pas mettre votre gentille boule de poils en situation d’échec. Par exemple, si votre chien sait rester assis alors qu’il est relativement loin de vous et que des enfants jouent au ballon à proximité, il est primordial de diminuer à nouveau la distance afin de lui laisser tout le temps nécessaire de s’habituer à ce type de situation.

S’agissant de la durée, ne le félicitez plus au bout de 5 secondes mais 10 secondes, puis 20 secondes, etc… Puis, gardez une durée faible et un niveau de distraction tout aussi bas mais rehaussez celui de la distance. Eloignez-vous d’un pas en formulant votre ordre. Récompensez-le s’il atteint l’objectif recherché, puis reculez encore un peu plus.

Ensuite, réduisez la distance et la durée pour vous concentrer sur les distractions. Installez-vous dans le jardin. Les papillons qui volent et les insectes qui bourdonnent à côté de votre chien sont forcément bien plus intéressants que le travail qu’il est en train d’effectuer avec vous. Si malgré toutes ces sources de distraction il réussit à exécuter l’ordre jusqu’au bout, récompensez-le à nouveau tout en le félicitant allégrement.

Associer 2D pour encore plus de difficulté

Quand votre merveilleux compagnon est suffisamment à l’aise avec chaque D à un niveau plus élevé, il est possible de combiner deux paramètres. Cela peut être d’abord la durée avec la distance ou encore la distraction avec la durée ou enfin la distraction avec la distance. L’exercice peut s’avérer assez complexe à ce stade de l’apprentissage. N’hésitez pas à diminuer l’un des deux paramètres fans le cas où votre chien échoue, toujours dans l’optique de conduire votre chien vers la réussite. Bien entendu, il est encore trop tôt pour prendre en compte le troisième D. Le niveau des deux D doit encore demeurer relativement faible dans un souci constant de progresser à votre rythme.

Ce n’est que lorsque votre chien maîtrise vraiment l’ordre que vous pourrez additionner les 3D et obtenir un résultat de qualité. L’ordre pourra par exemple être maintenu 30 secondes, avec une distance de 3 mètres entre vous et votre adorable canidé. Corsez l’exercice en tenant une balle à la main s’il s’agit de son objet de prédilection ou un morceau de jambon. Veillez à toujours ajuster la durée et la distance à l’intensité de la distraction pour permettre à votre chien de resté attentif et ne pas le placer en situation d’échec. Gardez à l’esprit que l’échelle est à fixer en fonction de votre compagnon à quatre pattes ! Le niveau de difficulté dépend véritablement de chaque sujet.

Conseils mener votre chien vers la réussite

La progression est la clé de la réussite. En éducation positive, tout est mis en œuvre pour que le chien parvienne à atteindre son objectif et que vous preniez tous les deux du plaisir à vous entraîner. Développer une compétence demande du temps et les résultats ne sont pas tout de suite au rendez-vous. Soyez patient ! Sachez que la distraction apparaît comme étant le paramètre le plus difficile à adapter. En effet, les sessions d’éducation se réalise généralement dans des environnements où il n’est pas possible de tout contrôler. C’est le cas si des congénères jouent à proximité ou simplement si une personne passe alors qu’elle ne fait que promener son chien. L’autre secret réside dans la variété. Votre animal de compagnie risque de se lasser très rapidement si vous vous entêtez à reproduire toujours le même ordre dans les circonstances identiques. Montre-vous original et surprenant en exigeant de lui, par exemple, de rester coucher quatre secondes, puis quinze secondes et enfin huit. Libérez-le en le félicitant avec un enthousiasme démesuré et en le récompensant avec ses friandises favorites. C’est au maître de se montrer distrayant et amusant, de sorte que son chien trouve un intérêt aux séances d’éducation. Ces recommandations sont valables pour chacun des trois paramètres.

Le travail de la règle des 3D au clicker

La technique des 3D peut parfaitement être utilisée avec le clicker, une méthode qui rencontre un vif succès dans l’univers de l’éducation positive tant l’apprentissage se fait dans une période étonnamment courte. Particulièrement commode pour enseigner de nouveaux comportements, le clicker amène facilement le chien dans le sens du comportement désiré et séduit autant les novices que les plus expérimentés dans le milieu canin.

A lire : Qu’est-ce que le clicker training pour éduquer son chien ?

Le clicker training est façon douce de communiquer avec le chien, par le biais du renforcement positif. Tout d’abord, le clicker a fait son apparition au cours de la seconde guerre mondiale. Les scientifiques se sont basés sur le conditionnement classique mis en place par le docteur Ivan Pavlov en 1905 et le conditionnement opérant développé par le docteur B.F. Skinner en 1938. Tandis que le premier concept s’intéresse aux résultats d’un apprentissage associant les stimuli de l’environnement avec les réactions automatiques de l’organisme, la seconde théorie se rapporte à la réponse du sujet qui demeure volontaire, uniquement motivé par la récompense. Il apparaît évident que la récompense accroît la probabilité que le comportement se manifeste. A cette époque, les armées s’en servaient afin d’entraîner les pigeons à voler jusqu’aux avions écrasés. La méthode se révélait également efficace avec les chats, que l’on équipait d’un micro pour espionner les troupes ennemies. Les cynophiles se sont rapidement rendus compte que l’entraînement fonctionnait avec toutes les espèces. Finalement, tout ce qui mange est capable d’être réceptif au clicker !

Disponible dans la boutique : Clicker avec Dragonne (6 coloris)

Il s’agit tout simplement d’un petit boîtier en plastique muni d’une partie en métal. Il suffit d’appuyer sur son extrémité avec le pouce pour produire un double « clic » bien distinct. Ce son attire spontanément l’attention du chien. Dès que votre compagnon à quatre pattes exécute le comportement désiré, vous devez cliquer aussitôt et le récompenser. Le timing est d’une importance capitale. En effet, il aide le chien à comprendre que le bruit du clicker est un signe d’approbation de votre part et équivaut à une friandise ! En conséquence, votre chien se montrera d’autant plus attentif à l’ordre donné pour obtenir un « clic ». De plus, il demeure acteur de son apprentissage puisqu’il lui appartient de faire le bon choix s’il veut être récompensé. La méthode du clicker est extrêmement claire pour votre animal de compagnie, à tel point qu’elle outrepasse largement les limites de l’éducation traditionnelle. Le seul obstacle est éventuellement celui de l’imagination du maître et les capacités physiques du canidé.

Véritable philosophie d’entraînement, le clicker training repose sur la répétition d’un comportement positif et peut donc intervenir pour tout type d’exercice. Dans le cadre du travail de la Durée, de la Distance et de la Distraction, la méthode du clicker aide à progresser étape par étape. Une fois que l’on est certain que le chien a bien compris la raison pour laquelle il a obtenu une récompense, il est possible d’associer 2D. Puis lorsque le chien aura atteint l’objectif fixé avec cette difficulté supplémentaire, vous pouvez essayer les 3D ensemble. Vous constaterez que le clicker rendra les sessions encore plus ludiques et que votre doux compagnon assimilera d’autant mieux l’ordre donné. En effet, ce moyen de communication est très précis puisque le « clic » indique explicitement quel geste sera récompensé. Dans ce contexte, il conduit nécessairement votre animal de compagnie sur le chemin de la réussite, qui manifestera un intérêt certain pour son entraînement. Par ailleurs, le clicker participe au renforcement de la relation entre le maître et son chien. Peu importe votre humeur, si vous êtes fatigué ou en colère le jour de la séance, le fameux « clic » ne laisse rien transparaître contrairement à la voix. Votre fidèle compagnon peut témoigner d’une confiance aveugle en vous, dans le sens où sa sensibilité ne peut pas être mise à rude épreuve par votre façon de donner une commande. Finalement, jamais votre complicité n’aura été aussi forte !

Sources :

– Direct Vet – Education canine : la technique des 3D
– Mes Sages Canins : L’art de communiquer efficacement avec son chien
– De Main de Maître : L’entraînement d’un chien au Clicker ou « Clicker training »

Crédit photo : @fotolia

Qu’est-ce que la règle des 3D en éducation canine ?

Qu’est-ce que la règle des 3D en éducation canine ?

Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un chien et que vous souhaitez connaître des méthodes d’éducation pour métamorphoser votre adorable compagnon en modèle d’éducation, la règle des 3 D devrait pleinement vous satisfaire. En suivant ces précieux conseils, vous avez l’assurance d’obtenir le résultat escompté.

Le principe de la règle des 3D en éducation canine

Pour éduquer votre boule de poils, il est nécessaire d’avancer progressivement et positivement. C’est le principe même de l’éducation dite positive. Vous ne pouvez pas exigé de votre chiot qu’il reste assis à sa place pendant de longues minutes ou de le faire marcher à vos pieds dans un lieu public en un claquement de doigts. La technique des 3 D, pour Durée, Distance, Distraction, se révèle être une manière extrêmement efficace d’inculquer un ordre à votre animal de compagnie puisqu’il s’agit tout simplement de procéder par étapes, en commençant à des niveaux très faibles. Le but est d’approfondir un exercice, tout en donnant les moyens au chien d’atteindre l’objectif fixé. L’apprentissage devient alors ludique et l’ordre est tout naturellement mieux assimilé.

De ce fait, la théorie des 3D est fondamentale dans l’éducation de votre chien. En s’y conformant, vous ne risquez aucunement de le mettre en situation d’échec. Il est vraiment important de tout mettre en œuvre pour qu’il réussisse ce que vous lui demandez et c’est bien là tout l’intérêt de cette méthode. La technique des 3D est capitale dans l’éducation canine car elle aide le maître à réagir correctement en fonction d’un contexte particulier. Si vous n’arrivez pas à maîtriser l’un des 3D à un moment bien précis, il suffit de réduire les deux autres D afin d’aider votre tendre compagnon à répondre favorablement à votre ordre. Dans le cas où vous vous trouvez dans un lieu excessivement riche en distractions, il conviendra de vous rapprocher de votre chien afin de réduire la distance entre vous. Il sera ainsi plus à même de se concentrer sur ce que vous exigez de lui.

Les points essentiels à connaître avant d’appliquer la règle des 3D

Pour mettre en place la théorie des 3D, il est primordial que le chien ait déjà appris l’ordre de base. Par exemple si vous demandez à votre adorable compagnon de rester à sa place, celui-ci doit se tenir sans bouger à l’endroit où il se trouve. Vous devez vous rapprocher doucement de lui et s’il reste assis, il vous appartient de ne pas lésiner sur les récompenses, puis de le libérer. N’en demandez pas trop d’un coup à votre chien, la progression est vraiment l’élément crucial pour réussir l’apprentissage. Vous devez constamment rester à son écoute et ne pas accroître trop rapidement la difficulté de l’exercice. La séance est vouée à l’échec si vous le faites attendre trop longtemps à sa place. N’oubliez pas de distraire votre chien entre deux ordres, ne serait-ce qu’en le changeant d’endroit. S’il a bien obéi, un lancer de balle est une belle façon de le récompenser tout en évitant de rendre l’entraînement trop ennuyeux. L’apprentissage doit avant tout être synonyme de plaisir, autant pour le maître que pour le chien !

La Durée

Lorsque votre chien est capable de répondre à un ordre simple, vous pouvez ajouter la notion de durée, ce qui permettra d’approfondir cet acquis tout en douceur. Il s’agit du temps durant lequel votre merveilleux compagnon à quatre pattes réussit à rester dans la position demandée.

Pour reprendre l’exemple cité précédemment, vous demandez à votre chien de rester à sa place pendant 2 secondes. Vous récompensez et le libérez avant de recommencer en augmentant légèrement la durée. Ainsi, 5 secondes suffisent. Si votre doux compagnon obéit, une récompense est bien évidemment la bienvenue, puis vous lui donnez l’autorisation de vaquer un instant à ses occupations. Augmentez alors la durée de l’ordre en lui indiquant de tenir sans bouger pendant 10 secondes, puis 30 secondes, etc… Ce n’est qu’avec ce procédé que votre chien assimilera l’ordre de rester à sa place avec la notion de durée. Il n’est pas nécessaire de pousser l’exercice en le sollicitant sur plusieurs minutes, ce qui paraîtrait bien trop long pour votre charmant canidé. Néanmoins, vous serez désormais en mesure de le maintenir à sa place en toutes circonstances.

Si vous rencontrez des difficultés à travailler votre chien en durée, attendez simplement quelques secondes avant de lui donner une récompense. Lorsqu’il bouge, remettez-le à sa place sans hausser le ton. C’est sa façon de vous dire que vous avez été trop vite en besogne ! Dans le cas où il réagit à l’ordre mais avec un peu trop de nonchalance, il manque très probablement de motivation ou il n’est pas certain d’avoir compris ce que vous attendez de lui. La patience est de mise. N’hésitez pas à recommencer mais de façon plus lente et toujours avec conviction. Ne soyez pas trop exigeant et dès que l’exercice est réalisé dans son intégralité, pensez toujours à récompenser, que ce soit en friandise ou en jeu selon les préférences de votre chien. Vous constaterez que les progrès seront fulgurants.

La Distance

Concernant la distance, il s’agit de l’espace qui sépare le maître de son chien. Lorsque vous apprenez un tour à votre fidèle compagnon, il convient de garder une position identique et de rester proche de lui. Ainsi, vous pouvez commencer en lui donnant un ordre alors que vous vous tenez debout à moins d’un mètre et en face de lui. Maintenez ce positionnement jusqu’à ce qu’il exécute l’action avec engouement et sans difficulté. Pour revenir sur l’exemple ci-dessus, vous pouvez tranquillement vous installer à sa droite et lui demander de rester à sa place. S’il vous obéit, récompensez-le et libérez-le. Renouvelez l’exercice en vous plaçant cette fois-ci à sa gauche mais à deux mètres, afin de corser les choses.

Variez les diversions pour vous assurer que votre gentil compagnon reste parfaitement concentré. Il est ainsi possible de bouger les pieds sur place, faire un pas en arrière, un autre en avant, vous retourner, etc… N’apportez pas trop de changements d’un coup. Veillez à le faire toujours de manière progressive, afin de laisser le temps à votre chien de bien assimiler l’ordre. Au fur et à mesure des entraînements, il exécutera son tour quelle que soit la distance qui le sépare de son maître et sans tenir compte de votre posture. Vous pourrez même sortir de son champ de vue sans que votre compagnon à quatre pattes n’ait quitté sa place !

La Distraction

La distraction se réfère à tout ce qui est propre à l’amusement et donne matière au chien de se détourner de l’exercice. Cela peut être des enfants qui jouent, un animal qui passe devant lui, un jouet, une odeur, de la nourriture, un bruit surprenant, etc… Un morceau de jambon au sol, voire une simple feuille qui vole, est tellement plus intéressant que de poursuivre le travail ! Ce type de distraction fait office de récompense. Mais il en existe d’autres qui, à l’inverse, peuvent tracasser le chien. C’est le cas si la foule le stresse et que vous êtes amené à traverser la rue un jour de marché. Votre compagnon risque alors d’être extrêmement distrait. Le seuil de sensibilité diffère d’un individu à l’autre. C’est donc à vous de choisir la distraction qui fera réagir votre chien à coup sûr.

Contrôler le niveau de distraction est la garantie pour votre animal de compagnie de réussir l’exercice. De plus, cela vous sera d’une grande utilité dans la vie de tous les jours puisqu’il sera désormais capable de rester attentif à vos demandes, quelle que soit la situation.

Pour commencer, il importe d’enseigner un nouveau commandement en limitant au maximum tout ce qui pourrait distraire votre boule de poils. Privilégiez les endroits calmes où rien ne pourra venir vous perturber, afin de ne pas mettre le chien en défaut. Une fois que l’ordre de base est solidement inculqué, ajoutez une distraction facilement surmontable pour lui. Cela peut être une corde exposée sur un meuble, par exemple. S’il vous obéit, remplacez la corde par quelque chose d’encore plus stimulant comme une balle si votre chien en raffole. Pensez à offrir des récompenses à profusion s’il parvient à se contenir et ainsi à faire le bon choix. Petit à petit, il réussira à se maîtriser devant un bout de saucisse ! Essayez aussi en changeant d’endroit. Demandez-lui par exemple de rester assis dans le salon. Une fois qu’il y arrive, renouvelez l’expérience dans le jardin où les distractions sont plus nombreuses. Augmentez le niveau de difficulté en réalisant la séance d’apprentissage dans la rue, puis à proximité d’autres chiens. Diversifiez par ailleurs les conditions en entraînant votre chien sous la pluie, dans la neige, la nuit ou lorsque le vent souffle fort.

C’est ainsi que votre adorable compagnon apprendra l’ordre en intégrant la notion de distraction de manière graduelle. Avec de la pratique, vous pourrez lui suggérer de ne pas bouger alors que l’environnement est des plus distrayants. Quoi qu’il en soit, évitez autant que possible de travailler dans un environnement où les distractions sont trop inquiétantes pour votre compagnon poilu.

En conclusion

Ces trois notions doivent impérativement être travaillées une à une, avec une progression constante. Lorsqu’elles seront acquises, vous pouvez associer durée, distance et distraction en faisant toujours en sorte de permettre à votre chien de prendre la bonne décision. Assurez-vous en permanence qu’il prenne du plaisir à accomplir la tâche. Ne soyez surtout pas avare en félicitations et en récompenses ! Bien entendu, cette technique des 3 D fonctionne pour tous les enseignements, que vous souhaitiez que votre chien obéisse à l’ordre assis, couché, pas bouger, au pied, attend, etc… Votre complicité s’en trouvera renforcée et jamais votre fidèle compagnon ne vous aura porté autant d’attention !

A lire : Comment utiliser la règle des 3D avec son chien ?

Sources :

– Direct Vet – Éducation canine – la technique des 3 D
– Baïka’s Blog – Les 3 D dans l’éducation positive
– Anis-animaux.net – Théorie des trois D. Méthode douce.

Crédit photo : @fotolia

Mon chiot mord sa laisse : comment l’en empêcher ?

Mon chiot mord sa laisse : comment l’en empêcher ?

Lorsque vous promenez votre chiot, vous ne pouvez pas faire plus de quelques pas sans qu’il commence à mâchouiller sa laisse ? Vous rêvez de pouvoir (enfin) faire une balade tranquille avec votre boule de poils ? Découvrez comment faire pour que votre chiot ne morde plus sa laisse !

Pourquoi mon chiot mord-il sa laisse ?

Avant de venir à bout de cette fâcheuse habitude, il est intéressant de connaître les raisons qui incitent votre toutou à mordiller sa laisse. D’abord, sachez que ce comportement est loin d’être un cas isolé, puisque la plupart des chiots aiment mâchouiller leur laisse. Le vôtre n’est donc pas une exception. Globalement, voici les raisons pour lesquelles votre toutou s’acharne sur cette bride :

Pour faire ses dents : pendant cette période, les petits mordent tout ce qu’ils trouvent. Et la laisse n’échappe pas à la règle ! D’ailleurs, les chiots apprécient particulièrement les modèles en nylon ou en cuir. Ces matières sont à la fois fermes et souples, ce qui permet de soulager efficacement l’inflammation de la gencive provoquée par la percée des dents.

Pour renforcer sa mâchoire : comme tous les canidés, le chien a tendance à mordre des objets pour stimuler sa mâchoire et sa dentition. En mordillant et tirant sur sa laisse, votre chiot fait travailler toute sa gueule.

Pour attirer l’attention : lorsqu’un toutou mord sa laisse, que fait son maître ? Il lui dit d’arrêter ou retire la bride de sa gueule (traduction canine : « mon maître s’occupe de moi »). Bingo ! D’ailleurs, de nombreux chiots ont un comportement destructeur pour attirer l’attention. Mordiller la laisse est donc une option efficace.

Pour jouer : ne négligez jamais l’importance du jeu pour un chiot. Quand il mord sa laisse, il peut tout simplement être en plein jeu. Finalement, il la mâchouille comme il le ferait avec un autre jouet.

Maintenant que vous connaissez les motivations derrière ce comportement, voici quelques astuces pour empêcher votre chiot de mordre sa laisse !

Comment empêcher mon chiot de mordre sa laisse ?

Lorsque votre chiot mâchouille sa laisse, votre premier réflexe est certainement de hausser le ton, puis de retirer la sangle de sa gueule (soit en tirant dessus à distance, soit en l’enlevant avec les mains). Mais en agissant ainsi, vous accordez de l’attention à votre chiot. Or souvenez-vous, mordre sa laisse est une façon de vous inciter à vous occuper de lui. Alors ne l’encouragez pas !

Il s’agit donc d’agir différemment… et surtout intelligemment, pour contrer votre boule de poils. Vous devrez aussi vous montrer patient ; l’apprentissage est un travail de longue haleine ! Bien sûr, on ne le répètera jamais assez : la violence est inutile. Pour rectifier un mauvais comportement chez un chien, il ne faut pas le brutaliser. En plus d’être peu efficace, cette solution nuit grandement à votre relation.

Adoptez plutôt les méthodes positives. L’objectif est de donner envie à votre chiot de ne plus mordiller sa laisse. Pour cela, voici quelques bonnes pratiques :

Le chiot invisible

Vous l’aurez compris, lorsque votre chiot mord sa laisse, vous ne devez pas lui accorder d’attention sinon il recommencera. Au contraire, la bonne attitude à adopter est… de l’ignorer.

Dès qu’il mâchouille sa bride, votre toutou devient invisible : aucune attention, aucun regard, aucune parole. Si son comportement ne suscite pas la moindre réaction de votre part, votre chiot va rapidement se lasser. L’indifférence est donc la première étape.

La récompense

En complément, vous devez aussi récompenser votre chien lorsqu’il ne mordille pas sa laisse. Cela contrastera avec le point précédent (indifférence), renforçant ainsi son effet.

Concrètement, récompensez le petit quand il ne mâchouille pas sa laisse. Félicitez-le (« c’est bien », « bon chien ») et donnez-lui une friandise. Répétez l’opération à chaque promenade et vous verrez que sa manie disparaîtra rapidement.

Petite précision : lorsque vous donnez une friandise à votre chien, déposez-la au sol ou approchez-la de sa gueule. Ne la tenez pas au-dessus de sa tête pour qu’il l’attrape en sautant. En effet, l’habitude de sauter étant un des mauvais comportements canins dont il est difficile de se débarrasser, mieux vaut ne pas l’encourager !

L’exercice du « focus » avec un clicker

Très en vogue dans les pays anglo-saxons, le clicker est un petit boîtier en plastique qui tient dans la main. A l’intérieur se trouve une languette en métal, qui émet un « clic » lorsqu’on appuie dessus.

Disponible dans la boutique : Sacoche à Croquettes/Friandises & Clicker

Utile dans l’éducation canine, ce dispositif permet de renforcer les bons comportements en associant une action souhaitée à une récompense. Pour faire simple, quand le chien fait quelque chose de bien, vous cliquez, puis lui donnez une friandise. Ainsi, un clic devient synonyme de récompense. L’avantage est que ce « clic » (qui ne ressemble à aucun autre son) canalise l’attention du toutou et renforce l’effet de la récompense.

Vous pouvez donc appliquer cette technique pour empêcher votre chiot de mordre sa laisse. Lorsqu’il est sage, gratifiez-le d’un clic, puis d’une friandise. De cette façon, votre chiot assimilera vite l’association suivante : « je ne mords pas ma laisse = clic = friandise ».

Le substitut à mâchouiller

Enfin, si votre chiot mordille sa laisse parce qu’il a besoin de faire ses dents, vous pouvez aussi lui donner un substitut à mâchouiller. N’oubliez pas que mordre est un comportement naturel chez les canidés. Vous ne pouvez donc pas l’éradiquer. Cependant, vous pouvez trouver un compromis pour que votre poilu puisse mordre des objets, avec votre permission.

Certes, il n’est pas toujours possible d’emmener ses jouets en promenade, mais vous pouvez lui donner un bâton à la place. De cette façon, votre chiot aura un objet à mordiller, sans avoir besoin de s’attaquer à sa laisse.

Disponible dans la boutique : Jouet bâton à Mâchouilles

En complément, vous pouvez aussi utiliser une laisse en métal : une chaîne fixée au collier est bien moins agréable à mâcher que du cuir !

Conclusion

Ainsi, un chiot qui mord sa laisse ne le fait pas méchamment. Ce comportement vise surtout à s’amuser et à attirer l’attention. Il faut donc associer pédagogie et patience pour rectifier cette vilaine manie.

Crédit photo : @pixabay

Pin It on Pinterest