Le lévrier afghan est classé par la Fédération Cynologique Internationale dans le groupe des lévriers à poil long ou frangé. Egalement appelé Tazi ce qui signifie « arabe », ce chien d’une grande élégance utilisé pour la course et la chasse à vue a de quoi faire craquer les familles. Comment résister à sa longue crinière soyeuse, sa silhouette que nous sommes tous en droit de jalouser ou encore à ses pattes d’un chic élancé ? A l’admirer, le lévrier afghan représente sans conteste la perfection incarnée. Mais avez-vous pris le temps de bien réfléchir à ses besoins fondamentaux ? Il serait impensable d’adopter un chien simplement parce que vous le trouvez beau. Il est essentiel de prendre conscience des exigences précises de cette race considérée en Occident comme un luxueux chien de compagnie. Familiarisez-vous avec le lévrier afghan en lisant notre dossier. Vous saurez ainsi comment participer au bonheur de ce canidé aux innombrables atouts.

Les caractéristiques du lévrier afghan

D’une beauté tout à fait fascinante, le lévrier afghan dégage une expression orientale typique, pleine de force et de dignité. Ce chien de grande taille arbore un port de tête altier ainsi qu’une démarche élastique tout en souplesse, lui conférant une allure des plus nobles qui puisse exister. Sa coquetterie est soulignée par une somptueuse robe longue et dense d’une douceur incomparable, composée de poils extrêmement fins qui retombent naturellement sur les flancs. Le pelage est beaucoup plus court et serré sur le dessus du dos pour former la selle, mais aussi sur la face à partir du front, qui peut s’agrémenter d’un masque noir. Toutes les couleurs sont admises, unies ou non, mais les nuances du sable, fauve, crème au doré demeurent les plus appréciées.



Le mâle doit mesurer entre 68 cm et 74 cm au garrot, tandis que la taille de la femelle varie de 63 cm à 69 cm. Le poids du lévrier afghan peut aller de 25 kilos à 30 kilos maximum. Son crâne est long, tout comme son museau qui se termine par une truffe noire. Cependant, les sujets dont la robe est claire peuvent être affublés d’une truffe marron. De forme subtilement triangulaire, les yeux au regard scrutateur sont foncés ou parfois dorés, séparés par un stop léger. Les paupières sont comme fardées de noir, ce qui procure un raffinement sans nom. S’agissant des oreilles, elles sont attachées au niveau de l’œil et portées en arrière plaquées contre la tête. Leurs longs poils lisses atteignent au moins la commissure des lèvres et donnent l’impression que le Tazi a pris tout son temps pour faire un brushing de star ! Et ce n’est bien évidemment sans compter sur l’abondant toupet qui coiffe le crâne avec énormément de classe et de style. Garnie de franges peu abondantes, sa queue n’est pas trop courte et son extrémité s’enroule en anneau tout en délicatesse. Elle est attachée bas et se dresse seulement lorsque le chien est en action. Le cou est long et puissant, le dos droit et gracieusement musclé, alors que les hanches sont plutôt proéminentes. La poitrine est bien descendue et les épaules assez fortes. Enfin, les membres sont dotés d’une solide ossature pouvant témoigner de l’aptitude du lévrier afghan à courir une vitesse dont seule la race est capable.

Les origines du lévrier afghan

L’histoire de cette race très ancienne se perd dans la nuit des temps. Néanmoins, le Lévrier afghan apparaît sur une illustration datant de 2 000 ans avant notre ère. Son nom figure également sur un papyrus égyptien qui semblerait avoir été rédigé encore bien auparavant. Une légende raconte même qu’un couple de lévriers afghans aurait embarqué sur l’arche de Noé !

Quoi qu’il en soit, les ancêtres du Tazi, des chiens de chasse du Moyen-Orient, seraient arrivés d’Asie centrale avec les Indo-européens pour s’installer dans les régions septentrionales de l’Afghanistan actuelle. Ceux-ci ont alors été croisés avec le lévrier Bakhmull qui vivait dans les montagnes afghanes. Des peintures rupestres produites vers 2 200 avant notre ère ont en effet été découvertes dans la province de Balkh, au nord-ouest du pays. Ces dessins représentent des chiens ressemblant en tout point au lévrier afghan, qui servaient à l’époque pour garder les troupeaux, attraper les lièvres, les daims et les gazelles, mais aussi pour faire fuir les loups et les léopards des neiges. Est-il nécessaire de rappeler que ce bel athlète a la capacité de courir à la vitesse moyenne de 50 km par heure ? Par la suite, ce peuple nomade aurait migré vers l’Iran, ce qui explique que le lévrier afghan est couramment appelé Tazi.

7 exercices pour éduquer son chien

***Votre Livre Offert***

7 Exercices pour éduquer son chien (même les plus turbulents)

Pour télécharger et recevoir votre livre offert, indiquez simplement votre email ci-dessous et cliquez sur "je télécharge".

C’est seulement au cours des années 1880 que la race a été introduite en Grande-Bretagne par des soldats britanniques. Le tout premier standard a été créé par le Kennel Club anglais au début du 20e siècle. Puis, les Anglais ont commencé à importer le lévrier afghan dès 1920, pour se faire connaître en France vers 1930. Le club de race est ensuite fondé en 1936. N’étant pas autorisé à chasser dans l’Hexagone, ce splendide canidé est devenu un chien d’apparat qui peut toutefois exprimer son besoin instinctif dans des cynodromes.

Pour la petite anecdote, Salvador Dali a immédiatement été attiré par la race. Le célèbre peintre surréaliste a reproduit une œuvre en 1938 intitulée l’Afghan invisible, sur laquelle il est possible de deviner la silhouette du chien. Sa popularité est retentissante dans les années 70 lorsque le fabricant de jouets Mattel imagine un nouvel animal de compagnie pour Barbie qui n’est autre qu’un lévrier afghan. Aujourd’hui encore, la race continue de séduire les Français puisque les éleveurs comptabilisent en moyenne 600 naissances annuelles.


Le caractère

Peu démonstratif, un brin susceptible, indépendant, volontiers dominateur et têtu, le lévrier afghan n’est pas destiné à tous les amoureux des chiens. Néanmoins, il se révèle être un formidable compagnon pour qui parvient à le comprendre. Sa fierté et sa dignité sont telles qu’il préfère dans un premier temps ignorer les gestes de tendresse. Mais une fois qu’il a compris qui est le maître, il devient extrêmement affectueux et enjoué. Il faut simplement se méfier à ne pas froisser son orgueil ! Sous ses airs de snob, ce grand sensible est profondément attaché à son propriétaire et se montre véritablement distant avec les inconnus, voire hautain et dédaigneux sans jamais se montrer agressif. Ce grand timide réserve simplement sa fidélité à une seule famille, si ce n’est à une seule personne. Il faut tout de même garder à l’esprit qu’il n’est aucunement collant et qu’il peut lui arriver de se détourner de vos caresses.

Avec les enfants, le lévrier afghan se métamorphose en un petit clown facétieux prêt à les suivre dans leurs aventures les plus excentriques. Il sait également s’arrêter une fois que la partie de jeu est terminée et retrouve rapidement sa tranquillité légendaire. En revanche, il ressent une certaine gêne lorsqu’une tribu de chérubins se met à chahuter dans la maison, bien qu’il soit parfaitement apte à s’adapter dans le cas où il a grandi à leur côté.

Méfiez-vous de ce comédien ! Le Tazi joue effectivement sur les sentiments pour obtenir tout ce qu’il désire. Il est particulièrement difficile de résister à son regard enjôleur… Il est si obstiné qu’il n’hésite pas à déployer des astuces en tout genre pour parvenir à ses fins. A titre d’exemple, s’il veut à tout prix se coucher sur le lit alors que vous lui en avez donné formellement l’interdiction, attendez-vous à ce qu’il ouvre la porte pour accéder à son but ultime. Vous êtes prévenu !

Les conditions de vie

Le lévrier afghan est le chien de compagnie rêvé qui peut passer des heures entières couché tout contre vous, à l’unique condition de multiplier les opportunités de se dépenser. Ce sportif dans l’âme ne saurait être totalement épanoui s’il ne peut pas courir à sa guise de façon régulière. Une heure d’activité physiques et de jeux au quotidien demeure le strict minimum. Débordant d’énergie, il doit impérativement avoir l’occasion de se défouler tous les jours pour demeurer équilibré et garder sa forme olympique.

Malgré le fait qu’il soit plus à son aise en milieu rural dans une maison équipée d’un jardin clôturé, le lévrier afghan apprécie son confort et n’est certainement pas fait pour rester dans une niche. Il est certes très résistant mais supporte mal le froid. Par conséquent, la chaleur d’un doux foyer est indispensable à son bien-être. Ainsi, la vie urbaine n’est pas à exclure d’autant plus que le Tazi est naturellement calme. Alors si vous habitez en appartement, vous devez encore moins lésiner sur les exercices physiques. S’agissant d’un lévrier, son instinct de chasseur doit être consciencieusement contrôlé en ville. Tout peut se transformer en une proie, même une simple feuille qui passe sous son nez. Restez donc vigilant si vous ne voulez pas que la sortie se transforme en une course dont vous ne serez plus maître. Les balades devront autant que possible avoir lieu à la campagne où votre brave boule de poils pourra gambader en toute liberté. Extrêmement endurant, votre lévrier afghan prendra un plaisir sans fin à vous accompagner en randonnée et à participer à des séances d’agility ou encore à des courses pour amateurs.

D’autres animaux vivent sous votre toit ? Il faudra l’habituer dès son plus jeune âge à cohabiter avec eux, sinon gare à vos rongeurs, vos oiseaux ou votre chat.

La santé

Peu tolérant à la douleur, le lévrier afghan a une forte tendance à se plaindre. Pour autant, il est très robuste et peut vivre jusqu’à 15 ans s’il bénéficie de tous les soins appropriés et a tout le loisir de se dépenser au grand air.

Comme tous les grands chiens, le Tazi est exposé à la dysplasie de la hanche et du coude. Les exercices physiques de votre chiot doivent rester modérés, afin de préserver son squelette et l’aider à grandir en toute sérénité. Le lévrier afghan est également sujet aux affections oculaires et dermatologiques ainsi qu’à la paralysie laryngée, autrement dit une atteinte du nerf qui innerve le larynx et empêche alors une bonne oxygénation. Par ailleurs, cette race est la seule à présenter une maladie dégénérative de la moelle épinière, appelée myélopathie héréditaire. Les symptômes apparaissent généralement alors que le chien n’a pas encore un an. S’il présente des troubles de l’équilibre, consultez en urgence un vétérinaire car les membres postérieurs finiront par se paralyser. Il est donc fondamental que l’éleveur soit en mesure de prouver que ses reproducteurs jouissent d’une parfaite santé. D’autant plus que toute décision relative à une opération chirurgicale n’est pas un acte anodin. En effet, cette race est maigre par essence et réagit mal à l’anesthésie.

Concernant l’alimentation, le lévrier afghan n’est pas très gourmand et privilégie toujours la qualité à la quantité. Ce chien tout en muscles a besoin d’une ration de 400 g à 500 g par jour, idéalement composée de viande de bœuf, de riz ou pâtes et légumes. En période d’activité soutenue, vous devez augmenter la quantité de 100 g supplémentaires. Bien entendu, des croquettes adaptées à son mode de vie et à son âge peuvent également convenir. Vous mettrez votre compagnon à quatre pattes à l’abri de la torsion de l’estomac en veillant à séparer les portions en deux repas, qui ne doivent surtout pas être pris juste avant un exercice physique.

L’entretien du lévrier afghan fait partie intégrante des soins à donner chaque semaine. Il en va de sa santé étant donné qu’une fourrure mal entretenue ne tardera pas à se couvrir de parasites, augmentant alors les risques de problèmes de peau. Le brossage doit intervenir de manière très régulière afin d’empêcher les poils très fins de former des dreadlocks, complété par des shampoings fréquents au Ph adapté. Dans l’idéal, prévoyez de le brosser tous les jours. Dans ce cas, un bain tous les mois s’avère amplement suffisant. Sinon, il est possible de laver votre adorable compagnon une fois par semaine auquel cas vous pourrez vous épargner la contrainte du brossage journalier. En outre soyez rassuré, le lévrier afghan ne mue pas et n’éparpillera donc pas ses longs poils partout dans votre domicile.

Pensez enfin à laver les dents de votre chien au minimum une fois par semaine, sans oublier ses longues oreilles.

Le dressage

L’indépendance et l’entêtement du lévrier afghan sont profondément ancrés en lui. Ajouter à cela un tempérament dominant et sensible, il serait tout simplement impensable de faire l’impasse sur un bon dressage. Ce chien délicat et raffiné ne doit surtout pas être brusqué. Pour autant, ne le traitez pas comme s’il était fragile car vous pouvez avoir la garantie qu’il fera fi de vos ordres. Agissez comme il le mérite, c’est-à-dire un chien d’une beauté époustouflante qui doit de temps à autre être remis à sa juste place. Son éducation doit donc impérativement être menée en douceur mais non pas sans fermeté. Il doit absolument comprendre ce qui est ou non autorisé.

Avec de la volonté et beaucoup de patience, vous verrez apparaître entre vous et votre chien une belle complicité. Néanmoins, ayez toujours à l’esprit que le lévrier afghan est très intelligent mais ne vous obéira pas dans le seul but de vous faire plaisir, cette race ne ressentant pas le besoin vital de satisfaire son maître. N’hésitez surtout pas à insister sur les ordres de base et à revenir dessus avec une régularité constante. Ce n’est que de cette façon que vous pouvez vous assurer qu’il les aura bien assimilés. Pour toutes ces raisons, il est préférable de ne pas être néophyte dans le domaine canin.

Enfin, la socialisation du Tazi est généralement aisée. Dès l’arrivée de votre nouveau compagnon dans votre foyer, habituez-le à voir du monde, à rencontrer ses congénères et à côtoyer vos autres animaux de compagnie. De la sorte, son instinct de chasseur sera moins prononcé et nettement plus vivable.

Quelques conseils

Ne projetez pas d’adopter un lévrier afghan si vous ne vous vous sentez pas capable d’assumer sa longue et sublime fourrure. Avant de commencer les recherches pour trouver le compagnon idyllique, il est impératif de prendre conscience de l’importance de son toilettage qui nécessite de fournir des efforts quotidiens. Dans le cas contraire, il faut savoir renoncer au Tazi. Il existe sans aucun doute une autre race faite pour vous !

Pour que l’entretien de votre chiot ne soit pas perçu comme une contrainte, commencez à le brosser et le baigner dès les premiers mois de sa vie. En l’habituant progressivement à ce type de soin, il l’acceptera volontiers. Ce moment sera très vite vécu pour vous comme pour lui comme un instant de plaisir, renforçant dans le même temps votre complicité.

Peut-être envisagez-vous de participer à des expositions canines ? Vous devrez alors épiler le museau, le milieu du dos sans oublier la queue afin d’affiner la silhouette de votre prestigieux compagnon. Si vous ne vous vous sentez pas à la hauteur, vous pouvez confier votre chien à un toiletteur soucieux de s’en tenir aux exigences du standard de la race.

Crédit photo : Tsvetkova  stock.adobe.com

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
close

**Livre Offert**

7 exercices pour éduquer son chien

(même les plus turbulents)

7 exercices pour éduquer son chien

​​Indiquez ​votre email ci-dessous