Bienvenue sur Nosamisleschiens.fr ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sous doute lire mon livre OFFERT qui vous donne 7 exercices pour éduquer votre chien (même les plus turbulents) : Cliquez-ici pour télécharger le livre. Merci de votre visite !

L’aboiement est un comportement tout à fait naturel chez nos amis canidés. Mais lorsqu’il est trop fréquent, cela peut rapidement devenir un problème de nuisances sonores au quotidien. Si votre chien se met à japper sans raison apparente ou dès qu’il aperçoit un chat, si vos voisins vous menacent de contacter la police et que vous avez déjà tout essayé en vain, il est temps de suivre ces conseils ! Avec de la persévérance et de la patience, vous parviendrez à maîtriser durablement les aboiements de votre chien sans punition.



Pourquoi un chien aboie-t-il ?

L’aboiement est le principal moyen de communication de l’espèce canine. Il est donc intentionnel et sert à faire passer un message, qui se destine aussi bien à d’autres animaux qu’à des êtres humains. C’est pourquoi il n’est pas possible d’exiger de votre fidèle compagnon qu’il n’aboie plus jamais ! Toutefois, supprimer les aboiements inutiles et dérangeants n’est en rien illusoire.  Pour y remédier, il importe d’en déterminer la cause. Un chien peut japper pour :

  • attirer l’attention (peut-être a-t-il faim, soif, envie de jouer ?) ;
  • annoncer sa présence ;
  • prévenir d’un danger ;
  • indiquer la présence d’une proie ;
  • protéger son territoire ;
  • manifester sa peur, qui se transforme en menace ;
  • exprimer son ennui, s’il manque d’activité physique ou n’a pas assez de jouets à sa disposition ;
  • inviter au jeu ;
  • révéler sa frustration, par exemple s’il est attaché ou ne peut pas s’amuser avec ses congénères ;
  • signifier un trouble du comportement comme l’anxiété, une hyperactivité ou un souci d’ordre relationnel dominant/dominé ;
  • etc.

Soyez attentif aux intonations de sa voix et vous saurez plus précisément pourquoi votre gentil toutou aboie. En effet, un aboiement joyeux a un son aigu. S’il vous accueille après une longue journée passée sans vous, il pourrait simultanément couiner et émettre des grognements. Quand un chien recherche de l’attention, il produit des vocalises brèves et concentrées. En revanche, un son plus grave évoque plutôt une inquiétude. S’il souffre d’anxiété de la séparation, il fera des bruits beaucoup plus perçants.

Cela devient véritablement ennuyeux dès l’instant où le maître n’est plus en mesure de gérer les aboiements intempestifs de son compagnon canin, autrement dit lorsqu’il ne peut plus lui ordonner d’arrêter. En outre, un cercle vicieux s’installe. En se comportant de la sorte, il reçoit de l’attention. Qu’importe qu’elle soit négative ou non, le principal est que son maître se préoccupe de lui. Puisque cela fonctionne, il n’a aucune raison de ne pas continuer ! N’attendez pas plus longtemps pour apprendre à votre chien à contenir ses aboiements, ou l’habitude sera vite prise.

À ne pas faire

Punir votre chien

Ne réprimandez jamais votre chien en le grondant ou en le frappant dans l’espoir qu’il cesse d’aboyer. Son stress ne ferait qu’augmenter, ce qui pourrait le conduire à vous mordre ou à se sauver. Et puis cette méthode négative renforce nécessairement le comportement indésirable, dans le sens où vous lui répondez systématiquement.

7 exercices pour éduquer son chien

***Votre Livre Offert***

7 Exercices pour éduquer son chien (même les plus turbulents)

Pour télécharger et recevoir votre livre offert, indiquez simplement votre email ci-dessous et cliquez sur "je télécharge".

Recourir à un collier anti-aboiement

Bien trop cruels, les colliers électriques anti-aboiement sont également à bannir. Ce type d’accessoire peut faire naître un sentiment de peur ou d’agressivité chez votre compagnon à quatre pattes, terrorisé par les décharges électriques qu’il reçoit. Les blessures sont aussi réelles sur le plan physique que psychologique. Sa version à la citronnelle comporte, elle aussi, quelques limites. Un brumisateur est en effet intégré au collier et pulvérise des huiles essentielles de citronnelle ou de l’essence de moutarde dès que le chien se met à aboyer. Ce stimulus inhabituel surprendra votre ami canin qui est sensé cesser aussitôt son tapage. Cependant, les cartouches ont tendance à rapidement se vider, sans parler que certains chiens ne sont pas sensibles à ces jets parfumés. Il arrive également que certains modèles se déclenchent sans raison, lorsqu’ils perçoivent un bruit qui s’apparente à un aboiement ou quand d’autres congénères jappent. L’animal se fait alors asperger sans comprendre pourquoi.


Crier sur votre chien

Ne lui hurlez en aucun cas dessus pour ne pas accroître son stress, d’autant plus qu’il pourrait croire que vous aboyez avec lui, ce qui ne ferait que renforcer sa mauvaise habitude.

Récompenser votre chien après avoir aboyé sans interruption

Évitez de récompenser votre brave toutou une fois qu’il a arrêté d’aboyer. Par exemple, si vous lui dites « c’est bien » après lui avoir ordonné un nombre incalculable de fois de se taire, il sera persuadé qu’il a bien agi. De même, lui demander de cesser tout ce vacarme ne fait qu’aggraver le problème car il capte toute votre attention.

Toutes ces mauvaises solutions ne s’attaquent qu’aux symptômes et ne permettent pas de comprendre l’origine des aboiements. Ce n’est que lorsque vous en connaitrez les raisons qu’il sera possible de réduire efficacement cette nuisance sonore.

Inculquer les ordres de base à votre chien

Un chien qui aboie exagérément ou au moindre bruit manque généralement de repères. En apprenant les ordres essentiels tels que « Assis », « Reste », « Viens », Coucher », vous fixez des limites à votre fidèle compagnon et lui montrez que vous gérez la situation. Ainsi, vous l’apaisez et il a moins de risque de développer de l’anxiété. Dix minutes d’exercices simples par jour suffisent pour se retrouver avec un chien à la fois obéissant et épanoui. Il sait désormais qu’il peut placer toute sa confiance en son maître et aura donc moins besoin d’attirer l’attention. Profitez des séances d’apprentissage quotidiennes pour apprendre à votre ami canin à s’exprimer sans bruit. Par exemple, il peut tendre la patte pour vous demander quelque chose, ou encore s’assoir devant la porte s’il veut sortir, rester à proximité de sa gamelle s’il a faim, etc. Il est primordial de rester cohérent en employant toujours les mêmes mots dans le même contexte. Votre chien doit comprendre instantanément ce que vous exigez de lui. Dès qu’il s’exécute, récompensez-le généreusement avec des friandises, des caresses et des parties de jeu. N’hésitez pas à vous montrer exubérant pour l’inciter à reproduire ce bon comportement à l’avenir qui vous met tant en joie.

Distraire votre chien pour qu’il cesse d’aboyer

Pour que votre compagnon à quatre pattes vous obéisse lorsque vous lui ordonnez de se taire, vous devez détourner son attention quand il jappe. Secouer une canette remplie de cailloux tout en lui disant d’arrêter d’aboyer est une astuce très efficace. Le sifflet à ultrasons fonctionne aussi à merveille. Vous pouvez également frapper dans vos mains. Dès qu’il interrompt son vacarme, complimentez-le et offrez-lui une friandise. Quand un inconnu sonne à la porte, dites-lui « Stop » fermement après un ou deux aboiements. Donnez-lui aussitôt un jouet pour qu’il pense à autre chose qu’à la personne qui vient d’arriver.

Une fois qu’il est calme, félicitez-le pour son bon comportement. Si le jeu ne le divertit pas, tentez avec une friandise dans le but de mettre un terme à ses aboiements après l’ordre verbal. Vous pouvez aussi le sommer d’aller se coucher dans son panier. Au moment d’ouvrir la porte, s’il se lève, refermez-la et recommencez jusqu’à ce qu’il se tienne tranquille. Récompensez-le chaque fois qu’il reste à sa place quand quelqu’un vient chez vous. L’idéal est de mettre en place les séances d’apprentissage dès l’arrivée de votre petite boule de poils dans son nouveau foyer. Ainsi, votre chien ne connaîtra pas les conséquences de ses aboiements.

Contrôler l’environnement de votre chien

Dès que c’est possible, arrangez-vous pour éviter les situations qui déclenchent généralement les aboiements. Votre chien a la fâcheuse habitude de japper lorsque des personnes passent devant chez vous ? Fermez les rideaux. S’il aboie sur les passants quand il est dans le jardin, installez une clôture en bois à la place du grillage. Quoi qu’il en soit, ne le laissez jamais dehors sans surveillance aussi bien le jour que la nuit. Dans le cas où votre gentil compagnon fait ses vocalises à chaque fois que vous avez des invités, isolez-le dans une pièce. Mais surtout, méfiez-vous des promontoires comme le balcon, le dossier du canapé ou encore la porte-fenêtre, autant d’endroits surélevés qu’aura vite fait de s’approprier votre ami canidé.

Il pourra en effet y observer tout ce qui se passe et se tiendra prêt à aboyer au moindre mouvement suspect. Ne lui laissez pas l’opportunité de se jucher sur ces postes stratégiques ! Vous supprimerez ainsi toute tentation. Enfin, s’il est stressé quand il entend des sons qui lui sont inconnus, laissez le ventilateur en marche, la radio, la télévision ou tout autre appareil qui lui est familier pendant que vous vous absentez. Vous retrouverez à votre retour un chien beaucoup plus apaisé et par conséquent, qui n’aura pas passé sa journée à aboyer à chaque bruit inhabituel.

Ignorer les aboiements

Évitez de communiquer avec votre chien lorsqu’il aboie pour réclamer de l’attention. Ne lui parlez plus, détournez le regard et ne lui adressez plus aucun geste. Faites simplement comme s’il n’était pas là. Vous pouvez aussi lui tourner le dos, cette posture lui indique sans aucune équivoque que vous n’appréciez pas son comportement. Ce qui est sûr, c’est que crier pour lui demander de se taire serait totalement contreproductif. En restant indifférent, il n’aura pas d’autre choix que de se calmer. Lorsqu’il cesse ses aboiements, vous pouvez le féliciter et lui offrir une friandise.

Il comprendra vite qu’en se tenant tranquille, il reçoit une récompense. Allongez progressivement la période de silence et récompensez-le dès qu’il réussit cet exercice. Ne soyez pas trop exigeant : au début, quelques secondes sans aboyer représentent un bel exploit pour votre petit chanteur poilu. N’hésitez pas non plus à varier la durée pour corser l’apprentissage ! Félicitez-le au bout de 5 secondes de mutisme, puis 10 secondes, ensuite revenir à 3 secondes pour le faire à nouveau patienter au moins 25 secondes, etc.

Habituer le chien aux stimuli

Il est parfaitement envisageable et même recommandé de l’habituer votre compagnon à quatre pattes à ce qui le fait aboyer. Pour cela, tenez-le à l’écart du stimulus afin qu’il ne jappe pas lorsqu’il l’aperçoit. Proposez-lui ses friandises favorites. Attirez-le vers la tentation en vous approchant au plus près, tout en lui distribuant ses petites gourmandises. Dans le cas où le stimulus est hors de sa vue ou si votre chien aboie, ne lui en donnez plus. Augmentez petit à petit le temps passé avec ce qui provoque ce comportement indésirable.

L’objectif est d’associer le stimulus à quelque chose de positif et il n’y a rien de tel que des friandises ! Par la même occasion, vous réduirez son stress. Sachez également qu’un chien qui aboie de manière intempestive dès qu’il rencontre des congénères ou des gens peut signifier un manque de socialisation. Renforcez l’attitude souhaitée à l’occasion des sorties au parc, des balades et à chaque interaction avec des personnes. Entraînez-vous régulièrement, jusqu’à ce que votre doux compagnon se sente plus à l’aise. Et surtout, faites preuve de patience ! Avec de la pratique, de la fermeté et de la douceur, les premiers résultats peuvent commencer à apparaître après plusieurs semaines.

Apprendre à son chien à aboyer sur commande

Généralement, un chien aboie afin de donner l’alerte. Si votre compagnon poilu jappe à l’approche d’un intrus, c’est tout simplement parce qu’il vous considère comme le chef de la meute. Il est alors de son devoir de vous avertir d’un éventuel danger. Une fois que vous êtes certain qu’il n’y a personne, demandez-lui d’arrêter. Lui inculquer l’ordre de se taire est efficace pour réduire les aboiements en toutes circonstances. Cela peut tout aussi bien être « Chut » que « Sage » ou « Tais-toi », l’essentiel étant d’employer des mots courts. Ajoutez simultanément un geste afin de renforcer l’ordre verbal et bien vous faire comprendre. Vous pouvez par exemple placer votre index devant votre bouche.

Provoquez les aboiements en secouant énergiquement un jouet pour l’exciter ou en demandant à quelqu’un de frapper à la porte. Dès que votre compagnon à quatre pattes jappe deux ou trois fois, tendez-lui une friandise devant sa truffe. Lorsqu’il se calme, félicitez-le et offrez-lui la nourriture tant convoitée. N’hésitez pas à l’aider en lui fermant délicatement le museau, tout en répétant votre ordre. Il est important d’utiliser toujours le même mot et de faire le même geste pour rester cohérent et ne pas semer le trouble dans la tête de votre brave compagnon. La récompense pourra progressivement être supprimée, jusqu’à ce qu’il soit capable de vous obéir au premier ordre.

Occuper et fatiguer son chien

Il peut arriver que votre ami canin aboie parce qu’il s’ennuie. Quand vous êtes contraint de le laisser tout seul, assurez-vous de mettre beaucoup de jouets à sa disposition. Donnez-lui un os, il sera si occupé à le rogner qu’il ne pensera pas à aboyer. Prévoyez des sorties à la campagne au minimum tous les weekends pour qu’il puisse se dépenser en toute liberté. En effet, votre chien a besoin de faire régulièrement de l’exercice, autant pour son équilibre physique que mental. N’hésitez pas à allonger la durée des promenades quotidiennes et à lui lancer sa balle pour le défouler avant de vous absenter. Il se sentira alors plus détendu et aura moins de risque de japper. À votre retour, mettez en place des activités d’intérieur afin de stimuler ses capacités intellectuelles. Si vous manquez de temps, sachez que dix à quinze minutes par jour suffisent à rendre votre fidèle toutou heureux et ainsi diminuer les aboiements !

Proposez une partie de cache-cache, qui a le mérite de faire participer toute la famille. Vous pouvez aussi dissimuler une friandise sous un gobelet retourné et le laisser réfléchir à la façon dont il peut la récupérer. Un autre jeu amusant consiste à cacher son jouet fétiche dans la maison. À lui de le retrouver avec son flair ! Le puzzle canin est également une excellente manière de l’occuper intelligemment. Vous pouvez enfin l’aider à renforcer les muscles de l’ensemble de son corps à travers divers exercices toniques : demandez-lui de s’assoir et de se relever une dizaine de fois ou encore de faire des roulades. Pour faire travailler les épaules, ordonnez-lui de vous donner la patte droite puis la patte gauche plusieurs fois de suite. Non seulement vous résoudrez le problème des aboiements mais en plus, votre complicité s’en trouvera renforcée !

Calmer le chien quand une personne sonne à votre porte

Il n’est pas rare qu’un chien aboie dès qu’un visiteur fait irruption sur son territoire. Pour faire diminuer le problème, montrez à votre animal de compagnie un endroit où il doit se tenir tranquille pendant que vous accueillez vos invités. Ordonnez-lui de s’assoir et de ne plus bouger quand la sonnette retentit. Puis, félicitez-le et donnez-lui des friandises. Il est aussi possible de lui demander à aller chercher un jouet déposé à proximité de la porte lorsque vous avez du monde qui vient chez vous. Avec un objet dans la gueule, il sera moins enclin à japper. Une fois que les gens ont franchi le seuil de la porte, dites-lui de s’assoir en silence. Ce n’est qu’une fois qu’il s’est calmé que vous pourrez le récompenser et qu’il sera autorisé à saluer les convives. Vous éviterez ainsi tout risque de blessures qu’un chien surexcité peut provoquer.

Enseigner à son chien d’autres façons de communiquer ses besoins

Éduquer votre fidèle compagnon à attirer l’attention de manière différente. En conséquence, il ne fera plus de bruit pour tout et n’importe quoi.

Il aboie dès qu’il veut sortir ? Installez une cloche à côté de la porte, à hauteur de votre chien et apprenez-lui à l’actionner dès qu’il a envie d’aller dehors. Il suffit tout simplement de soulever sa patte avec délicatesse pour lui montrer comment faire sonner la cloche. Puis, emmenez immédiatement votre boule de poils à l’extérieur. Renouvelez l’expérience durant plusieurs semaines jusqu’à ce que votre chien sache le faire en toute autonomie. Quand la cloche tinte, ne lésinez pas sur les récompenses !

Pour apprendre à votre compagnon à quatre pattes à demander à boire ou à manger sans aboyer, tapez simplement sur la gamelle avant de la remplir. Il associera rapidement ce son à l’approvisionnement de nourriture ou d’eau. Ainsi, il saura qu’il doit donner un coup de patte ou de museau sur sa gamelle vide.

Conseils pour votre chien

Pendant l’entraînement, rappelez-vous qu’il est inutile et même tout à fait contreproductif de crier à votre chien de se taire. Il serait persuadé que vous aboyez avec lui et aura encore plus envie de se faire entendre. Durant les sessions d’apprentissage, montrez-vous toujours positif et optimiste. De même, il est fondamental de rester cohérent pour ne pas perturber votre adorable compagnon. Tous les membres de la famille doivent appliquer les techniques d’éducation positive quand il aboie. Et lorsque son comportement mérite d’être corrigé, soyez ferme et intervenez systématiquement pour ne pas laisser les mauvaises habitudes s’installer. Persistez et redoublez de patience ! En outre, il faut savoir qu’un chien qui s’ennuie aura davantage tendance à être bruyant et à mal se comporter.

C’est pour cette raison que vous devez lui donner de quoi s’occuper. Pensez à un jouet dans lequel vous avez fourré de la nourriture. Il passera des heures à le lécher et pendant ce temps, il n’aura aucunement envie de japper. Quoi qu’il en soit, vous allez mettre un certain temps avant de désensibiliser complètement votre toutou du stimulus en question. Ne désespérez pas et poursuivez les séances d’entraînement au quotidien. Ce n’est qu’avec de la constance, de l’amour et de la ténacité que vous parviendrez à régler définitivement la cause sous-jacente… et certainement pas en punissant votre gentille boule de poils ou en utilisant un collier anti-aboiement !

Adoptez une méthode bien précise lors de l’éducation de votre chien et restez-y fidèle. En effet, la routine est rassurante et vous avez toutes les chances d’atteindre votre objectif dans des conditions optimales. Pour finir, n’oubliez jamais qu’il est parfaitement normal pour un chien d’aboyer. Ce n’est qu’à partir du moment où cela devient dérangeant que vous devez agir.

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
close

**Livre Offert**

7 exercices pour éduquer son chien

(même les plus turbulents)

7 exercices pour éduquer son chien

​​Indiquez ​votre email ci-dessous