Vous venez d’adopter un chiot, toute la famille est heureuse de l’accueillir, de le câliner et de le dorloter. Mais les moments d’euphorie laissent rapidement place à de nombreuses inquiétudes… Où votre nouveau petit compagnon à quatre pattes va-t-il dormir, dans la chambre ou tout seul dans le salon ? Comment réagir s’il aboie et s’il pleure pendant des heures, faut-il aller le voir pour le rassurer ou est-il préférable de l’ignorer ? Et question propreté, quand le sortir et à quelle fréquence pour éviter les mauvaises surprises au réveil ? Voyons donc ensemble comment bien gérer la première nuit de votre petite boule de poils dans son nouvel environnement, afin d’en faire un moment merveilleux pour vous comme pour lui !

Une épreuve stressante pour le chiot

Avant tout, il faut bien comprendre qu’avant d’arriver dans son nouveau foyer, votre chiot vivait dans un environnement auquel il était habitué. Sa maman, ses frères, ses sœurs mais aussi les éleveurs ont toujours été à ses côtés depuis sa naissance… et même déjà in utero pour la fratrie ! Désormais, le voilà arrivé dans un univers inconnu, avec des odeurs qu’il n’a jamais senties, des humains différents en qui il va devoir apprendre à accorder sa confiance. À la fois curieux et anxieux, en plus de n’avoir aucune idée de ce qui pourrait expliquer ce changement brutal et de ce que vous lui racontez, votre petit canidé se sentira envahi par un large éventail d’émotions. Certes, le chien possède une capacité d’adaptation extraordinaire. Mais votre chiot est totalement déboussolé et est en train de vivre l’une des périodes les plus bouleversantes de son existence. Et la première nuit, le sentiment de solitude peut faire naître chez ce petit être de tout juste deux mois une véritable angoisse. Pour lui, ce sera la première fois qu’il devra dormir loin de la chaleur de sa mère et de surcroît, dans un panier vide installé dans un endroit où il n’a jamais mis les pattes. Alors, faites preuve de tolérance, soyez patient et donnez autant d’affection que vous le pouvez afin de rendre ce moment moins pénible pour lui, sans oublier d’agir avec fermeté si vous ne voulez pas déjà instaurer de mauvaises habitudes ! Il trouvera rapidement ses marques et aura vite fait de s’approprier sa nouvelle famille.

Familiariser votre chiot avec son nouvel environnement

Pour que l’arrivée de votre nouvel animal de compagnie reste magique, il est important de le laisser explorer librement toutes les pièces de la maison. Ne lui faites pas la visite comme vous le feriez à un ami, même s’il se montre timide à peine la porte d’entrée ouverte ! Laissez-lui le temps d’apprivoiser les lieux, de renifler tout ce qu’il souhaite, de tendre l’oreille vers des bruits qui l’intriguent. Veillez simplement à ce qu’il n’y ait rien qui puisse lui faire peur. Une fois son analyse olfactive approfondie, vous pouvez lui montrer le coin qui lui sera dédié. Il doit pouvoir repérer sa zone de jeux, de nourriture et de repos de façon à ce qu’il comprenne tout de suite qu’il a intégré une nouvelle famille. Le mieux sera de préparer ses affaires avant de l’accueillir et de les installer dans un endroit calme, sans l’isoler pour qu’il puisse sentir qu’il fait partie de votre quotidien, même confortablement allongé sur son tapis. Au préalable, vous aurez pris soin de vous être renseigné sur son alimentation et ses habitudes auprès de son éleveur. Il vous appartiendra ensuite d’adapter votre compagnon poilu à ses nouveaux horaires de manière progressive. Pour éviter les accidents, placez hors de sa portée les produits ménagers et autres objets dangereux qui pourraient le blesser. Si ce n’est pas possible, vous pouvez utiliser un parc à chien qui présente l’avantage d’apporter au chiot un sentiment de sécurité. Pour le moment, contentez-vous d’anticiper les risques en créant un environnement sécurisé propice à une première nuit sereine. Vous aurez plus tard tout le temps nécessaire pour lui apprendre à bien se comporter à l’intérieur ! Mais n’oubliez pas de savourer l’arrivée de votre chiot, qui représente le début d’une belle relation basée sur l’amour, la complicité et la confiance.

Une première nuit sous le signe du bien-être et du repos

Instituez des règles claires dès le départ, de sorte que vous n’ayez pas de mauvais comportements à corriger à l’avenir. Ainsi, soyez cohérent ; ce qui est permis la première nuit doit l’être pour toujours. Libre à vous d’opter pour ces deux méthodes :

La première nuit en douceur

Ce petit animal sans défense vient de quitter son environnement familier, sa mère, ses frères et ses sœurs. Il va maintenant devoir apprendre à évoluer dans un monde méconnu auprès de personnes étrangères, ce qui est épuisant pour lui. Dans ce contexte, les maîtres sont nombreux à vouloir lui faire oublier le stress provoqué par une séparation aussi traumatisante en l’invitant à dormir dans la chambre parentale, si ce n’est dans leur propre lit. Cela est d’autant plus tentant pour un chien de petite taille qui prend bien peu de place… Or, il y a de fortes chances pour que la permission de monter sur le lit « juste pour cette fois » se perpétuera au-delà de la première nuit, pour se poursuivre une fois le chien adulte. Gardez bien cela en tête ! Bien que cette habitude ne pose pas de problème en soi, elle doit néanmoins être gérée avec une extrême rigueur afin que cela n’entraîne pas de troubles psychologiques pour votre adorable petit compagnon. Hors de question par exemple qu’il s’enfouisse sous les couvertures, au risque de provoquer des problèmes de surprotection ! Ne tolérez sous aucun prétexte qu’il devienne le propriétaire du lit. Vous devez pouvoir obtenir à tout instant qu’il y descende et retourne à sa place, ou le risque est grand de le voir développer une angoisse de la séparation. Résultat : il pourrait se montrer agressif et développer un comportement destructeur en votre absence, ou juste parce qu’il n’a pas accès au lit. Si vous ne souhaitez pas partager votre couette avec votre compagnon poilu, rien ne vous interdit de faire une transition en mettant simplement son panier dans la chambre à coucher. De cette façon, il sentira votre présence réconfortante. Cela ne signifie pas qu’il dormira avec vous toutes les nuits, à moins que vous n’en décidiez autrement ! Au fur et à mesure que votre chiot s’approprie les lieux, vous tenterez d’éloigner son panier. La première nuit, placez-le à côté de votre lit. Puis, installez-le par exemple dans un coin à proximité de la porte de la chambre, la nuit suivante dans le couloir, jusqu’à ce qu’il trouve définitivement sa place dans la pièce initialement réservée à son couchage. En procédant de cette manière, votre chiot sera moins angoissé et aura moins tendance à pleurer les premières nuits. En revanche, vous n’êtes pas à l’abri qu’il fasse de votre chambre son espace de sommeil, même si vous éloignez son panier de façon progressive… Si vraiment vous refusez que votre chien passe ses nuits avec vous, privilégiez la seconde technique, certes plus dure d’un point de vue psychologique mais radicale.

7 exercices pour éduquer son chien

***Votre Livre Offert***

7 Exercices pour éduquer son chien (même les plus turbulents)

Pour télécharger et recevoir votre livre offert, indiquez simplement votre email ci-dessous et cliquez sur "je télécharge".

La première nuit « à la dure »

Pour que votre chiot sache tout de suite où est sa place, conviez-le à rejoindre son panier dès la première nuit. Il suffit alors de l’installer dans la pièce où vous désirez qu’il dorme, idéalement pas trop éloignée de votre chambre pour pouvoir garder une oreille bienveillante sur lui, en ayant préalablement pris soin de préparer son lieu de couchage. En effet, la première nuit avec votre nouveau compagnon à quatre pattes se déroulera dans de bonnes conditions seulement si vous prenez conscience que cet épisode est particulièrement difficile pour un si petit bébé qui se retrouve tout à coup dans un endroit qu’il ne connaît pas. Il faut savoir qu’il va instinctivement rechercher la présence protectrice de sa mère, mais aussi de sa fratrie. En conséquence, installez une horloge dans la pièce où il dormira. Le tic-tac répété peut remplacer les battements du cœur de sa maman et devrait le tranquilliser. Cet espace devra de préférence être restreint, calme et chaud pour ne pas perturber sa prise de repères. Vous reproduirez la chaleur et la sécurité apportées par la présence de ses frères et sœurs en l’entourant de plusieurs petites peluches toutes douces. Non seulement elles lui tiendront compagnie mais en plus, elles pourront être rognées pour lui servir d’anti-stress. S’il se réveille en pleine nuit, il aura ainsi une occupation et ne pensera probablement pas à vous chercher. Faites cependant attention qu’elle ne se déchire pas facilement pour éviter les risques d’étouffement. Pensez aussi à placer une bouillotte, le mieux étant de l’enrouler dans une couverture imprégnée de l’odeur de sa maman pour qu’il se sente en totale sécurité. S’il gémit dans la nuit, il n’y a aucun doute qu’il ira se blottir au contact de ce parfum maternel si apaisant. Si vous n’en avez pas à votre disposition, un vêtement que vous avez déjà porté fera très bien l’affaire. Il n’en faudra pas plus pour que votre chiot adopte son nouvel abri, tellement rassurant et douillet ! Au moment de quitter la pièce, ne faites pas attention à lui. Si vous lui faites des câlins à outrance, avant d’aller vous coucher, il ressentira votre inquiétude. Les pleurs se prolongent et s’intensifient ? Ne vous inquiétez pas. C’est tout à fait normal : il se sent un peu perdu dans son nouvel habitat, mais il s’habituera très vite. Au fil du temps, il comprendra que vous n’êtes pas loin et que vous veillez sur lui. Il faut d’ailleurs noter que sa mère procède exactement ainsi, elle va petit à petit s’éloigner pour le laisser dormir tout seul. Alors, ne culpabilisez pas ! Ne faites pas l’erreur de retourner le voir pour le consoler ou vous lui apprendrez qu’il suffit de japper pour qu’il obtienne votre attention, ce qui ne ferait que compliquer la suite des événements. Vous aurez donc besoin d’être fort, ainsi que tous les membres de la famille qui ne devront craquer sous aucun prétexte. Au bout d’un certain temps, votre chiot finira bien par tomber dans les bras de Morphée. Toutefois, si ses pleurs vous semblent étranges, mieux vaut aller vérifier qu’il ne s’est pas blessé.

Quelle que soit la méthode choisie, assurez-vous que votre chiot aille se coucher le ventre plein et qu’il ait fait ses besoins. Vous pouvez jouer avec lui dans le calme afin de le fatiguer un peu, et il sera temps de l’emmener dans son panier. Vous n’aurez peut-être pas beaucoup dormi lors de cette première nuit, mais cela deviendra bientôt un souvenir non dénué d’une douce nostalgie…

Le sortir régulièrement faire ses besoins

Le lendemain matin, vous trouverez certainement une trace de pipi par terre et des excréments. Sortez immédiatement votre chiot et félicitez-le dès qu’il fait ses besoins à l’extérieur. Ne le grondez surtout pas, car sa vessie a une capacité de 2 heures en moyenne par mois d’âge. Il s’agit bien entendu d’une règle générale : le contrôle de la vessie et des intestins diffère d’un individu à l’autre. De ce fait, votre petite boule de poils de 2 mois peut normalement se retenir pendant 4 heures mais au-delà, elle vous réveillera en pleine nuit pour vous indiquer qu’il est temps de sortir ! Aussitôt les besoins faits, récompensez-le pour l’inciter à reproduire ce bon comportement et déposez-le dans son panier ou sur son tapis pour poursuivre sa nuit. Pour limiter les dégâts en attendant de lui apprendre la propreté, vous pouvez également désigner un espace où se soulager en cas d’imprévu. Cette première nuit vous aura déjà permis de savoir combien de temps votre chiot est capable de se retenir. La nuit suivante, vous serez alors en mesure d’anticiper le moment où il demandera à se soulager. Graduellement, au fil du succès des nuits de votre compagnon à quatre pattes, vous augmenterez la durée entre les réveils et de cette façon, vous éviterez qu’il se mette à hurler pendant que tout le monde dort pour demander à aller faire pipi. Si toutefois il vous sollicite plus tôt que prévu, ne le sortez pas et rassurez-le doucement, sans plus.

La caisse, le refuge de votre chiot

Pour que la première nuit et les suivantes se déroulent sous les meilleurs auspices, il est vivement recommandé de faire dormir votre nouvel animal de compagnie dans une cage et ce, jusqu’au moins 1 an. Cela deviendra son abri, ce qui réduira considérablement son anxiété. En effet, le chien apprécie avoir un coin rien qu’à lui, un endroit où se réfugier et qui lui permette de contrôler son environnement. Mettez-y sa couverture et ses jouets, sans fermer la porte de sorte que sa caisse soit synonyme de confort et de sécurité. À l’image du tapis ou du panier, elle devra être placée la première nuit à proximité ou au sein même de votre chambre selon ce que vous conviendrez. S’il pleure dans la nuit, vous serez ainsi vers lui pour le réconforter et, pourquoi pas, lui donner une friandise à travers la grille ce qui l’aidera à changer positivement son émotion. Au petit matin, sortez-le pour qu’il puisse faire ses besoins et remettez-le dans sa cage avec un jouet fourré de nourriture alléchante. De quoi l’occuper et lui prouver que la cage est un endroit agréable, tandis que vous vous recouchez ! Cela fait plusieurs nuits qu’il ne pleure pas ? Poussez la cage en direction de la sortie de la chambre, pour finir par la déposer dans un endroit passant où elle restera une bonne fois pour toute. Car rappelez-vous qu’un chien déteste être tenu à l’écart de la vie sociale de son groupe. En outre, vous faciliterez la propreté dans la cage en restreignant l’espace à l’aide du séparateur fourni, puisque l’espèce canine a l’instinct de ne jamais souiller sa tanière. Afin que votre chiot puisse voir ce qui se passe aux alentours, préférez une cage grillagée munie d’un fond amovible, au détriment de la caisse de transport, trop confinée. Assurez-vous par ailleurs qu’elle soit adaptée à sa taille. Votre chien doit disposer d’un tiers de plus que sa taille adulte pour pouvoir se retourner à son aise.

Pour conclure :

Soyez avant tout attentif au sommeil de votre chiot. À son âge, il a besoin de dormir au moins 18 heures par jour. Il est donc essentiel pour son équilibre qu’il puisse se reposer à sa guise dans un endroit calme, sans être dérangé. Laissez-le découvrir son nouvel environnement à son rythme, et prévenez les personnes de votre entourage qu’il vaut mieux ne pas trop le bousculer avec des caresses et des câlins à profusion. Dès son arrivée chez vous, montrez-lui où se trouve son couchage, sortez-le après son dîner, mettez une gamelle d’eau à sa disposition et laissez-le tranquille. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne nuit !

Crédit photo : Pexels – pixabay

Comment passer la première nuit avec un chiot ?
4.5 (90%) 2 votes

Pin It on Pinterest

Shares
Share This
close

**Livre Offert**

7 exercices pour éduquer son chien

(même les plus turbulents)

7 exercices pour éduquer son chien

​​Indiquez ​votre email ci-dessous