Guide complet : Apprendre à son chien à ne pas sauter

Guide complet : Apprendre à son chien à ne pas sauter

Pantalons de costard à l’imprimé « pattes de chien » pour les hommes, collants filés du côté des femmes, bousculades pour les enfants, convives effrayés, facteur qui n’ose plus s’approcher de la boîte aux lettres : un chien qui saute sur tout ce qui bouge est un véritable fléau ! Si malgré vos interdictions répétées votre fidèle compagnon ne semble pas comprendre en quoi ce comportement est dérangeant, ces conseils vous seront indispensables pour retrouver un quotidien serein.

Pourquoi votre chien saute-t-il sur les gens ?

Les canidés se saluent en se reniflant le derrière et en se léchant le museau. Lorsque vous rentrez de votre journée de travail et que votre chien vous saute dessus, c’est tout simplement pour vous dire bonjour et à quel point il est heureux de vous retrouver. Il attire donc votre attention pour que vous interagissiez avec lui. Votre compagnie lui est tout naturellement plus agréable que la solitude et il exprime sa joie comme il le peut. Puisque votre visage n’est pas à sa portée, votre adorable toutou n’a alors pas d’autre choix que de sauter pour tenter de l’atteindre. Bien évidemment, vous ne pouvez qu’être touché par un accueil aussi chaleureux, et ces retrouvailles vous comblent de bonheur tout autant que lui. Vous allez donc le saluer à votre tour, mais de façon polie et beaucoup plus agréable pour les humains !

L’importance d’apprendre à votre chien à ne pas vous sauter dessus

Un chiot qui fait des bons pour essayer désespérément de nous faire des léchouilles, on trouve ça tellement mignon. Alors pourquoi faudrait-il lui faire perdre ce réflexe qui n’est rien d’autre, finalement, qu’un pur élan d’amour ? Tout d’abord, ce n’est pas parce que vous craquez devant un chien débordant d’affection qu’il en est de même pour tout le monde. Certaines personnes en ont une peur bleue et si votre animal de compagnie saute sur n’importe qui, il ne ferait alors qu’aggraver cette crainte. De plus, les sujets de grande taille représentent un réel danger pour les enfants qui peuvent tomber et se blesser, surtout que leur visage est à hauteur de gueule. Le problème est identique pour les séniors, qui peuvent perdre leur équilibre. Pensez aussi aux membres de votre famille qui s’attendent à chaque visite à être renversés par un molosse baveux, pourtant plein de bonnes intentions. N’oubliez pas non plus vos amies qui n’aiment pas forcément voir leurs chemisiers abîmés par les pattes boueuses d’un berger australien rentrant tout juste de sa balade à la campagne. Autant de faits désagréables qui poussent les personnes peu habituées aux animaux de compagnie à stigmatiser l’espèce canine. Ces individus transmettent inévitablement leur inquiétude à leurs progénitures, qui risqueront d’être terrifiées et de subir un choc psychologique en cas de chute.

Il apparaît donc essentiel d’apprendre à votre gentille boule de poils de canaliser ses pulsions, afin de lui permettre de comprendre qu’elle ne doit pas saluer un être humain comme elle le fait avec ses congénères. Gardez bien à l’esprit que votre chien ne vous saute pas dessus pour vous embêter, mais uniquement pour vous dire bonjour. Dans ce contexte, il est inutile de le sanctionner pour une bêtise qu’il n’a pas commise. Vous pourriez changer une attitude amicale et respectueuse en agression, qui ne ferait que traduire une réaction de défense : « Je me fais agresser alors que je suis courtois, donc je riposte ». Il va de soi que vous ne tendriez pas l’autre joue après avoir reçu une punition injustifiée ; c’est donc pareil pour votre compagnon à quatre pattes ! Toute technique répressive est à bannir comme donner une tape sur le nez, le repousser virulemment avec le genou ou pire encore, lui écraser les pattes arrière.

Conditionnez votre chien

Proposer au chien un comportement plus acceptable

Si votre chien saute, il n’y a aucun doute : il est excité et ne parvient pas à se contenir. Pour corriger ce comportement dérangeant, vous pouvez lui proposer une attitude alternative qui lui permettra d’avoir ce qu’il désire – autrement dit votre bonjour – sans décoller ses quatre pattes du sol !

Au moment de rentrer chez vous, ouvrez doucement la porte en la laissant entrebâillée et tendez-lui une friandise. Lorsque vous avez captez l’attention de votre chien, formulez toujours le même ordre. Cela peut être « Assis », « Couché », « Sur le tapis », etc. Une fois qu’il a adopté la position voulue, patientez. Le but est de le maintenir ainsi le plus longtemps possible. Toutefois, allez-y progressivement pour donner toutes les chances à votre brave toutou de réussir l’exercice. Pour commencer, attendez 5 secondes avant de rentrer et de lui donner la récompense. La prochaine fois, augmentez la durée et au fil des séances, remplacez la friandise par un jouet. Répétez cet exercice au quotidien pour accélérer l’apprentissage et obtenir des résultats rapides. Vous verrez très vite qu’à chaque fois que vous revenez du travail, votre chien vous attendra sagement assis, couché ou sur son tapis car il aura associé votre retour à une récompense. Bien entendu, cet apprentissage doit être réalisé sans stimulations, par exemple sans la présence d’autres personnes, et surtout après que votre animal de compagnie ait été suffisamment dépensé. Sinon, il sera trop excité et vous ne parviendrez pas à le calmer.

Une extrême rigueur

Cette méthode d’éducation positive ne fonctionne que si vous restez rigoureux et cohérent. Cet exercice est à reproduire avec une grande régularité sans faire aucune impasse, même après une journée épuisante. Ce conseil vaut pour tous les membres de la famille, qui doivent donner le même ordre à chaque fois qu’ils rentrent à la maison, sans jamais oublier la récompense. Cette technique est à pratiquer également avec des invités, sinon votre ami canin ne comprendra pas que sauter sur les gens pour les saluer ne se fait pas.

Votre retour : une banalité pour votre gentil toutou

Votre arrivée doit devenir banale dans la vie de votre tendre boule de poils. Pour cela c’est tout simple, il suffit de multiplier vos sorties et vos entrées en vous absentant seulement une ou deux minutes, le but étant uniquement de reconditionner votre chien. Au début, ces allées et venues devront être renouvelées une dizaine de fois au cours d’une journée. À force de répétition, il ne s’agira plus d’un événement riche en émotions pour votre compagnon à quatre pattes, mais d’un acte tout à fait normal.

Ignorez votre chien

Ne pas renforcer le comportement indésirable

Votre adorable canidé est pris d’une euphorie inqualifiable dès qu’il vous voit ? Comme la plupart des maîtres, vous vous penchez afin de le repousser, si bien que ce n’est pas compliqué de vous faire des léchouilles. Finalement, votre chien a réussi à avoir le « Bonjour » tant désiré… Le résultat est identique si vous le disputez, puisque vos paroles n’ont aucun sens pour lui. Il comprend seulement qu’il attire votre attention en vous sautant dessus : vous lui parlez, le regardez et le touchez, il s’agit d’une triple victoire ! Le comportement que nous avons, en tant qu’humain, renforce bien souvent celui de nos comparses canins sans même nous en rendre compte. Des mots, des caresses, des câlins, etc. sont autant d’attitudes synonymes de récompenses pour votre compagnon poilu, qui se voit alors encouragé à continuer de sauter sur son maître bien aimé. Dans ce contexte, vous allez devoir lui faire comprendre que sa conduite ne provoque aucune réaction positive de votre part. Pour cela, croisez les bras pour éviter qu’il ne soit tenté de vous mordiller les mains, tournez-lui le dos sans le regarder et attendez en restant immobile. Lorsqu’il constatera que sa tentative est inutile, il retrouvera son calme et cessera de sauter sur vous. Dès que ses pattes avant se retrouvent sur le plancher, tentez doucement une approche par une caresse sur la tête. S’il se met à sauter lors de ce contact, retirez votre main et détournez-vous à nouveau de lui jusqu’à ce que ses pattes soient à nouveau par terre. Caressez-le et s’il reste sage, récompensez-le avec flegme pour ne pas le surexciter. Ainsi, votre animal de compagnie conçoit que vous êtes à l’initiative des contacts et que cela ne marche pas si c’est lui qui réclame votre attention. Cette astuce se révèle être particulièrement efficace avec les adultes dont l’habitude de sauter est déjà profondément ancrée. Quel intérêt d’adopter ce type de comportement s’il n’obtient rien de vous, surtout s’il reçoit une friandise dès qu’il s’arrête ? Cette recommandation demeure bien évidemment valable avec vos invités. Lorsqu’il leur saute dessus, prévenez-les pour qu’ils leur tournent le dos. Puis, prenez le relai en lui ordonnant par exemple d’aller à sa place. Pour les convives réticents, la seule solution est de recadrer votre chien en travaillant en amont pour qu’il se tienne sans bouger au lieu de les accueillir. En coupant toute interaction sociale avec votre charmant toutou dès qu’il fait des bonds, il associera naturellement le fait de sauter avec celui d’être ignoré, et se tenir tranquille avec une récompense. Vous lui apprenez ainsi que dès l’instant où il renonce à une intention de contact – que ce soit en retournant dans son panier, en s’asseyant ou en attendant patiemment à sa place – il aura ce qu’il désire. Déconditionné, votre chien ne s’évertuera plus à sauter pour obtenir votre attention.

De la patience et de la logique

Il arrive que les résultats ne soient pas au rendez-vous. En effet, ignorer son chien peut parfois demander un véritable travail sur soi. Il est vite fait de finir par céder parce qu’il saute dans votre dos, tire sur vos vêtements, etc. Or, vous ne faites que le conforter dans ses demandes de contact car il sait qu’en insistant, il obtiendra satisfaction. Les sauts deviendront alors de plus en plus incontrôlables et la situation, insoutenable… Par conséquent, l’ignorance va devoir devenir un réflexe et il va falloir vous y tenir ! Ne prêtez pas attention à ses sauts, quels qu’ils soient. N’espérez pas corriger ce comportement fâcheux si vous vous plaignez qu’il vous saute dessus avec ses pattes pleines de boue, alors que vous acceptez volontiers qu’il le fasse au retour du toiletteur. La cohérence doit demeurer votre maître-mot, tout comme la ténacité et la douceur. Sachez qu’il faudra plusieurs jours pour remédier à ce problème. En revanche, si votre chien fait toujours autant de bonds pour vous saluer après deux semaines d’apprentissage, votre attitude doit sans aucun doute être réajustée. Dans ce cas, posez-vous ces questions : Ignorez-vous systématiquement votre charmante boule de poils à chacun de ses sauts ? Le faites-vous correctement ? Vous arrive-t-il de gronder votre animal de compagnie dans un excès de colère, pour qu’il arrête ? Votre entourage est-il aussi assidu que vous dans cette démarche ? Si vous rencontrez des difficultés pour gérer l’excitation de votre ami canin, il est parfaitement possible de lui demander de s’assoir avant de recevoir sa récompense. De ce fait, il saura qu’il doit se mettre dans cette position pour avoir toute votre attention et à votre retour d’une longue journée de travail, il sera beaucoup plus calme.

Dépensez régulièrement votre chien

Votre chien devient ingérable tant ses sauts vous épuisent, malgré le fait que vous l’ignorez en suivant ces précieux conseils… Il en arrive même à essayer d’autres façons d’attirer votre attention, en aboyant, en mordillant vos mollets, etc. Avez-vous pensé au fait qu’il a très certainement besoin d’évacuer son trop plein d’énergie ? S’il est autant excité à chaque fois que vous rentrez chez vous, c’est qu’il faut impérativement l’emmener se défouler dehors. Après une journée tout seul, il sera le plus heureux des chiens à pouvoir se dégourdir les pattes, surtout si vous le laissez courir en toute liberté dans la nature. De retour à la maison, votre fidèle compagnon ne ressentira plus l’envie de vous sauter dessus. Néanmoins, cette dépense physique doit être régulière. Ne vous limitez pas à lui lancer la balle 15 minutes dans le jardin parce que vous voulez qu’il arrête de vous sauter dessus ! Privilégiez les grandes balades quotidiennes et jouez avec lui dès que vous en avez l’occasion. Par ailleurs, la dépense mentale est toute aussi importante à son bien-être. Lorsque la météo n’est pas au beau fixe, profitez-en pour mettre en place des séquences d’apprentissage de tricks, de jeux éducatifs ou encore de renforcement de l’obéissance de base. L’avantage est que cela ne vous prendra que 10 à 15 minutes car au-delà, vous risquez de perdre la concentration et la motivation de votre complice poilu. N’oubliez pas non plus la dépense olfactive ! Renifler les odeurs est un besoin naturel qui peut tout simplement être comblé au moyen de sorties journalières, en veillant à varier le trajet autant que possible, et autres jeux de pistage.

Derniers conseils

Ce qu’il faut faire :

– Rester calme, puisque c’est ce que vous exigez de la part de votre chien ;

– Ignorer votre compagnon à quatre pattes dès qu’il se met à sauter sans le toucher, lui parler, ni le regarder ;

– Guider le chien vers un comportement plus adéquat, en lui prêtant de l’attention dès l’instant où il ne vous bouscule plus ;

– Féliciter et offrir une récompense à chaque fois que votre animal de compagnie adopte une attitude convenable. Cela peut aussi bien être une friandise qu’un jouet, une caresse ou des câlins ;

– Répéter ces exercices jusqu’à ce que votre toutou comprenne qu’il peut obtenir votre attention sans sauter ;

– Mettre votre famille et vos invités à contribution, car inculquer à son chien de ne pas sauter est avant tout un travail d’équipe !

Les pièges à éviter :

– Crier sur votre chien qui saute sur vous. Il est en effet excité de vous voir et en élevant la voix, vous ne feriez qu’accroître l’intensité de la situation ;

– Repousser votre boule de poils car vous établissez du contact, et c’est précisément ce qu’elle recherche en sautant sur vous ;

– Lui répéter « Non, arrête ! ». Cela ne veut rien dire pour votre chien, qui sera encore plus heureux que vous lui parliez ;

– Faire la fête à votre tendre canidé, pour ne pas encourager ce mauvais comportement et éviter que votre retour ne se transforme en un véritable événement ;

– Surexciter le chien pour le féliciter avec des câlins trop extravagants ;

– Punir votre gentil compagnon. Il ne comprendrait pas pourquoi vous le sanctionnez alors qu’il est content de vous retrouver et vient vous dire bonjour. Le risque est grand de développer un comportement insociable ;

– Le frapper. Bien trop répressif, ce geste a toutes les chances de causer des troubles du comportement… En effet, il exprime sa joie de revoir son maître tant aimé et en retour, il reçoit une claque ;

– Laisser vos proches conforter votre chien à faire des bonds sur eux, même dans le cadre d’une séance de jeux. Cela rendrait l’éducation totalement incohérente, étant donné que votre fidèle compagnon ne saurait pas faire la différence avec un autre individu ;

– Lorsque ce n’est pas votre chien et que vous ne le connaissez pas, ne vous penchez pas sur lui, ne plongez pas votre regard de manière soutenue dans ses yeux et ne faites aucun gestes brusques. Ces attitudes sont ambiguës pour l’espèce canine et sont signe de conflit. Respectez impérativement le ressenti du chien et faites preuve de politesse comme vous aimeriez qu’il le fasse avec vous. Gardez à l’esprit que s’il vous saute dessus, c’est dans la bonne intention de vous saluer.

Désormais, vous savez tout. Il ne vous reste plus qu’à mettre ces exercices en pratique. Et que ça saute !

Guide complet : Réduire les aboiements de son chien

Guide complet : Réduire les aboiements de son chien

L’aboiement est un comportement tout à fait naturel chez nos amis canidés. Mais lorsqu’il est trop fréquent, cela peut rapidement devenir un problème de nuisances sonores au quotidien. Si votre chien se met à japper sans raison apparente ou dès qu’il aperçoit un chat, si vos voisins vous menacent de contacter la police et que vous avez déjà tout essayé en vain, il est temps de suivre ces conseils ! Avec de la persévérance et de la patience, vous parviendrez à maîtriser durablement les aboiements de votre chien sans punition.

Pourquoi un chien aboie-t-il ?

L’aboiement est le principal moyen de communication de l’espèce canine. Il est donc intentionnel et sert à faire passer un message, qui se destine aussi bien à d’autres animaux qu’à des êtres humains. C’est pourquoi il n’est pas possible d’exiger de votre fidèle compagnon qu’il n’aboie plus jamais ! Toutefois, supprimer les aboiements inutiles et dérangeants n’est en rien illusoire.  Pour y remédier, il importe d’en déterminer la cause. Un chien peut japper pour :

  • attirer l’attention (peut-être a-t-il faim, soif, envie de jouer ?) ;
  • annoncer sa présence ;
  • prévenir d’un danger ;
  • indiquer la présence d’une proie ;
  • protéger son territoire ;
  • manifester sa peur, qui se transforme en menace ;
  • exprimer son ennui, s’il manque d’activité physique ou n’a pas assez de jouets à sa disposition ;
  • inviter au jeu ;
  • révéler sa frustration, par exemple s’il est attaché ou ne peut pas s’amuser avec ses congénères ;
  • signifier un trouble du comportement comme l’anxiété, une hyperactivité ou un souci d’ordre relationnel dominant/dominé ;
  • etc.

Soyez attentif aux intonations de sa voix et vous saurez plus précisément pourquoi votre gentil toutou aboie. En effet, un aboiement joyeux a un son aigu. S’il vous accueille après une longue journée passée sans vous, il pourrait simultanément couiner et émettre des grognements. Quand un chien recherche de l’attention, il produit des vocalises brèves et concentrées. En revanche, un son plus grave évoque plutôt une inquiétude. S’il souffre d’anxiété de la séparation, il fera des bruits beaucoup plus perçants.

Cela devient véritablement ennuyeux dès l’instant où le maître n’est plus en mesure de gérer les aboiements intempestifs de son compagnon canin, autrement dit lorsqu’il ne peut plus lui ordonner d’arrêter. En outre, un cercle vicieux s’installe. En se comportant de la sorte, il reçoit de l’attention. Qu’importe qu’elle soit négative ou non, le principal est que son maître se préoccupe de lui. Puisque cela fonctionne, il n’a aucune raison de ne pas continuer ! N’attendez pas plus longtemps pour apprendre à votre chien à contenir ses aboiements, ou l’habitude sera vite prise.

À ne pas faire

Punir votre chien

Ne réprimandez jamais votre chien en le grondant ou en le frappant dans l’espoir qu’il cesse d’aboyer. Son stress ne ferait qu’augmenter, ce qui pourrait le conduire à vous mordre ou à se sauver. Et puis cette méthode négative renforce nécessairement le comportement indésirable, dans le sens où vous lui répondez systématiquement.

Recourir à un collier anti-aboiement

Bien trop cruels, les colliers électriques anti-aboiement sont également à bannir. Ce type d’accessoire peut faire naître un sentiment de peur ou d’agressivité chez votre compagnon à quatre pattes, terrorisé par les décharges électriques qu’il reçoit. Les blessures sont aussi réelles sur le plan physique que psychologique. Sa version à la citronnelle comporte, elle aussi, quelques limites. Un brumisateur est en effet intégré au collier et pulvérise des huiles essentielles de citronnelle ou de l’essence de moutarde dès que le chien se met à aboyer. Ce stimulus inhabituel surprendra votre ami canin qui est sensé cesser aussitôt son tapage. Cependant, les cartouches ont tendance à rapidement se vider, sans parler que certains chiens ne sont pas sensibles à ces jets parfumés. Il arrive également que certains modèles se déclenchent sans raison, lorsqu’ils perçoivent un bruit qui s’apparente à un aboiement ou quand d’autres congénères jappent. L’animal se fait alors asperger sans comprendre pourquoi.

Crier sur votre chien

Ne lui hurlez en aucun cas dessus pour ne pas accroître son stress, d’autant plus qu’il pourrait croire que vous aboyez avec lui, ce qui ne ferait que renforcer sa mauvaise habitude.

Récompenser votre chien après avoir aboyé sans interruption

Évitez de récompenser votre brave toutou une fois qu’il a arrêté d’aboyer. Par exemple, si vous lui dites « c’est bien » après lui avoir ordonné un nombre incalculable de fois de se taire, il sera persuadé qu’il a bien agi. De même, lui demander de cesser tout ce vacarme ne fait qu’aggraver le problème car il capte toute votre attention.

Toutes ces mauvaises solutions ne s’attaquent qu’aux symptômes et ne permettent pas de comprendre l’origine des aboiements. Ce n’est que lorsque vous en connaitrez les raisons qu’il sera possible de réduire efficacement cette nuisance sonore.

Inculquer les ordres de base à votre chien

Un chien qui aboie exagérément ou au moindre bruit manque généralement de repères. En apprenant les ordres essentiels tels que « Assis », « Reste », « Viens », Coucher », vous fixez des limites à votre fidèle compagnon et lui montrez que vous gérez la situation. Ainsi, vous l’apaisez et il a moins de risque de développer de l’anxiété. Dix minutes d’exercices simples par jour suffisent pour se retrouver avec un chien à la fois obéissant et épanoui. Il sait désormais qu’il peut placer toute sa confiance en son maître et aura donc moins besoin d’attirer l’attention. Profitez des séances d’apprentissage quotidiennes pour apprendre à votre ami canin à s’exprimer sans bruit. Par exemple, il peut tendre la patte pour vous demander quelque chose, ou encore s’assoir devant la porte s’il veut sortir, rester à proximité de sa gamelle s’il a faim, etc. Il est primordial de rester cohérent en employant toujours les mêmes mots dans le même contexte. Votre chien doit comprendre instantanément ce que vous exigez de lui. Dès qu’il s’exécute, récompensez-le généreusement avec des friandises, des caresses et des parties de jeu. N’hésitez pas à vous montrer exubérant pour l’inciter à reproduire ce bon comportement à l’avenir qui vous met tant en joie.

Distraire votre chien pour qu’il cesse d’aboyer

Pour que votre compagnon à quatre pattes vous obéisse lorsque vous lui ordonnez de se taire, vous devez détourner son attention quand il jappe. Secouer une canette remplie de cailloux tout en lui disant d’arrêter d’aboyer est une astuce très efficace. Le sifflet à ultrasons fonctionne aussi à merveille. Vous pouvez également frapper dans vos mains. Dès qu’il interrompt son vacarme, complimentez-le et offrez-lui une friandise. Quand un inconnu sonne à la porte, dites-lui « Stop » fermement après un ou deux aboiements. Donnez-lui aussitôt un jouet pour qu’il pense à autre chose qu’à la personne qui vient d’arriver.

Une fois qu’il est calme, félicitez-le pour son bon comportement. Si le jeu ne le divertit pas, tentez avec une friandise dans le but de mettre un terme à ses aboiements après l’ordre verbal. Vous pouvez aussi le sommer d’aller se coucher dans son panier. Au moment d’ouvrir la porte, s’il se lève, refermez-la et recommencez jusqu’à ce qu’il se tienne tranquille. Récompensez-le chaque fois qu’il reste à sa place quand quelqu’un vient chez vous. L’idéal est de mettre en place les séances d’apprentissage dès l’arrivée de votre petite boule de poils dans son nouveau foyer. Ainsi, votre chien ne connaîtra pas les conséquences de ses aboiements.

Contrôler l’environnement de votre chien

Dès que c’est possible, arrangez-vous pour éviter les situations qui déclenchent généralement les aboiements. Votre chien a la fâcheuse habitude de japper lorsque des personnes passent devant chez vous ? Fermez les rideaux. S’il aboie sur les passants quand il est dans le jardin, installez une clôture en bois à la place du grillage. Quoi qu’il en soit, ne le laissez jamais dehors sans surveillance aussi bien le jour que la nuit. Dans le cas où votre gentil compagnon fait ses vocalises à chaque fois que vous avez des invités, isolez-le dans une pièce. Mais surtout, méfiez-vous des promontoires comme le balcon, le dossier du canapé ou encore la porte-fenêtre, autant d’endroits surélevés qu’aura vite fait de s’approprier votre ami canidé.

Il pourra en effet y observer tout ce qui se passe et se tiendra prêt à aboyer au moindre mouvement suspect. Ne lui laissez pas l’opportunité de se jucher sur ces postes stratégiques ! Vous supprimerez ainsi toute tentation. Enfin, s’il est stressé quand il entend des sons qui lui sont inconnus, laissez le ventilateur en marche, la radio, la télévision ou tout autre appareil qui lui est familier pendant que vous vous absentez. Vous retrouverez à votre retour un chien beaucoup plus apaisé et par conséquent, qui n’aura pas passé sa journée à aboyer à chaque bruit inhabituel.

Ignorer les aboiements

Évitez de communiquer avec votre chien lorsqu’il aboie pour réclamer de l’attention. Ne lui parlez plus, détournez le regard et ne lui adressez plus aucun geste. Faites simplement comme s’il n’était pas là. Vous pouvez aussi lui tourner le dos, cette posture lui indique sans aucune équivoque que vous n’appréciez pas son comportement. Ce qui est sûr, c’est que crier pour lui demander de se taire serait totalement contreproductif. En restant indifférent, il n’aura pas d’autre choix que de se calmer. Lorsqu’il cesse ses aboiements, vous pouvez le féliciter et lui offrir une friandise.

Il comprendra vite qu’en se tenant tranquille, il reçoit une récompense. Allongez progressivement la période de silence et récompensez-le dès qu’il réussit cet exercice. Ne soyez pas trop exigeant : au début, quelques secondes sans aboyer représentent un bel exploit pour votre petit chanteur poilu. N’hésitez pas non plus à varier la durée pour corser l’apprentissage ! Félicitez-le au bout de 5 secondes de mutisme, puis 10 secondes, ensuite revenir à 3 secondes pour le faire à nouveau patienter au moins 25 secondes, etc.

Habituer le chien aux stimuli

Il est parfaitement envisageable et même recommandé de l’habituer votre compagnon à quatre pattes à ce qui le fait aboyer. Pour cela, tenez-le à l’écart du stimulus afin qu’il ne jappe pas lorsqu’il l’aperçoit. Proposez-lui ses friandises favorites. Attirez-le vers la tentation en vous approchant au plus près, tout en lui distribuant ses petites gourmandises. Dans le cas où le stimulus est hors de sa vue ou si votre chien aboie, ne lui en donnez plus. Augmentez petit à petit le temps passé avec ce qui provoque ce comportement indésirable.

L’objectif est d’associer le stimulus à quelque chose de positif et il n’y a rien de tel que des friandises ! Par la même occasion, vous réduirez son stress. Sachez également qu’un chien qui aboie de manière intempestive dès qu’il rencontre des congénères ou des gens peut signifier un manque de socialisation. Renforcez l’attitude souhaitée à l’occasion des sorties au parc, des balades et à chaque interaction avec des personnes. Entraînez-vous régulièrement, jusqu’à ce que votre doux compagnon se sente plus à l’aise. Et surtout, faites preuve de patience ! Avec de la pratique, de la fermeté et de la douceur, les premiers résultats peuvent commencer à apparaître après plusieurs semaines.

Apprendre à son chien à aboyer sur commande

Généralement, un chien aboie afin de donner l’alerte. Si votre compagnon poilu jappe à l’approche d’un intrus, c’est tout simplement parce qu’il vous considère comme le chef de la meute. Il est alors de son devoir de vous avertir d’un éventuel danger. Une fois que vous êtes certain qu’il n’y a personne, demandez-lui d’arrêter. Lui inculquer l’ordre de se taire est efficace pour réduire les aboiements en toutes circonstances. Cela peut tout aussi bien être « Chut » que « Sage » ou « Tais-toi », l’essentiel étant d’employer des mots courts. Ajoutez simultanément un geste afin de renforcer l’ordre verbal et bien vous faire comprendre. Vous pouvez par exemple placer votre index devant votre bouche.

Provoquez les aboiements en secouant énergiquement un jouet pour l’exciter ou en demandant à quelqu’un de frapper à la porte. Dès que votre compagnon à quatre pattes jappe deux ou trois fois, tendez-lui une friandise devant sa truffe. Lorsqu’il se calme, félicitez-le et offrez-lui la nourriture tant convoitée. N’hésitez pas à l’aider en lui fermant délicatement le museau, tout en répétant votre ordre. Il est important d’utiliser toujours le même mot et de faire le même geste pour rester cohérent et ne pas semer le trouble dans la tête de votre brave compagnon. La récompense pourra progressivement être supprimée, jusqu’à ce qu’il soit capable de vous obéir au premier ordre.

Occuper et fatiguer son chien

Il peut arriver que votre ami canin aboie parce qu’il s’ennuie. Quand vous êtes contraint de le laisser tout seul, assurez-vous de mettre beaucoup de jouets à sa disposition. Donnez-lui un os, il sera si occupé à le rogner qu’il ne pensera pas à aboyer. Prévoyez des sorties à la campagne au minimum tous les weekends pour qu’il puisse se dépenser en toute liberté. En effet, votre chien a besoin de faire régulièrement de l’exercice, autant pour son équilibre physique que mental. N’hésitez pas à allonger la durée des promenades quotidiennes et à lui lancer sa balle pour le défouler avant de vous absenter. Il se sentira alors plus détendu et aura moins de risque de japper. À votre retour, mettez en place des activités d’intérieur afin de stimuler ses capacités intellectuelles. Si vous manquez de temps, sachez que dix à quinze minutes par jour suffisent à rendre votre fidèle toutou heureux et ainsi diminuer les aboiements !

Proposez une partie de cache-cache, qui a le mérite de faire participer toute la famille. Vous pouvez aussi dissimuler une friandise sous un gobelet retourné et le laisser réfléchir à la façon dont il peut la récupérer. Un autre jeu amusant consiste à cacher son jouet fétiche dans la maison. À lui de le retrouver avec son flair ! Le puzzle canin est également une excellente manière de l’occuper intelligemment. Vous pouvez enfin l’aider à renforcer les muscles de l’ensemble de son corps à travers divers exercices toniques : demandez-lui de s’assoir et de se relever une dizaine de fois ou encore de faire des roulades. Pour faire travailler les épaules, ordonnez-lui de vous donner la patte droite puis la patte gauche plusieurs fois de suite. Non seulement vous résoudrez le problème des aboiements mais en plus, votre complicité s’en trouvera renforcée !

Calmer le chien quand une personne sonne à votre porte

Il n’est pas rare qu’un chien aboie dès qu’un visiteur fait irruption sur son territoire. Pour faire diminuer le problème, montrez à votre animal de compagnie un endroit où il doit se tenir tranquille pendant que vous accueillez vos invités. Ordonnez-lui de s’assoir et de ne plus bouger quand la sonnette retentit. Puis, félicitez-le et donnez-lui des friandises. Il est aussi possible de lui demander à aller chercher un jouet déposé à proximité de la porte lorsque vous avez du monde qui vient chez vous. Avec un objet dans la gueule, il sera moins enclin à japper. Une fois que les gens ont franchi le seuil de la porte, dites-lui de s’assoir en silence. Ce n’est qu’une fois qu’il s’est calmé que vous pourrez le récompenser et qu’il sera autorisé à saluer les convives. Vous éviterez ainsi tout risque de blessures qu’un chien surexcité peut provoquer.

Enseigner à son chien d’autres façons de communiquer ses besoins

Éduquer votre fidèle compagnon à attirer l’attention de manière différente. En conséquence, il ne fera plus de bruit pour tout et n’importe quoi.

Il aboie dès qu’il veut sortir ? Installez une cloche à côté de la porte, à hauteur de votre chien et apprenez-lui à l’actionner dès qu’il a envie d’aller dehors. Il suffit tout simplement de soulever sa patte avec délicatesse pour lui montrer comment faire sonner la cloche. Puis, emmenez immédiatement votre boule de poils à l’extérieur. Renouvelez l’expérience durant plusieurs semaines jusqu’à ce que votre chien sache le faire en toute autonomie. Quand la cloche tinte, ne lésinez pas sur les récompenses !

Pour apprendre à votre compagnon à quatre pattes à demander à boire ou à manger sans aboyer, tapez simplement sur la gamelle avant de la remplir. Il associera rapidement ce son à l’approvisionnement de nourriture ou d’eau. Ainsi, il saura qu’il doit donner un coup de patte ou de museau sur sa gamelle vide.

Conseils pour votre chien

Pendant l’entraînement, rappelez-vous qu’il est inutile et même tout à fait contreproductif de crier à votre chien de se taire. Il serait persuadé que vous aboyez avec lui et aura encore plus envie de se faire entendre. Durant les sessions d’apprentissage, montrez-vous toujours positif et optimiste. De même, il est fondamental de rester cohérent pour ne pas perturber votre adorable compagnon. Tous les membres de la famille doivent appliquer les techniques d’éducation positive quand il aboie. Et lorsque son comportement mérite d’être corrigé, soyez ferme et intervenez systématiquement pour ne pas laisser les mauvaises habitudes s’installer. Persistez et redoublez de patience ! En outre, il faut savoir qu’un chien qui s’ennuie aura davantage tendance à être bruyant et à mal se comporter.

C’est pour cette raison que vous devez lui donner de quoi s’occuper. Pensez à un jouet dans lequel vous avez fourré de la nourriture. Il passera des heures à le lécher et pendant ce temps, il n’aura aucunement envie de japper. Quoi qu’il en soit, vous allez mettre un certain temps avant de désensibiliser complètement votre toutou du stimulus en question. Ne désespérez pas et poursuivez les séances d’entraînement au quotidien. Ce n’est qu’avec de la constance, de l’amour et de la ténacité que vous parviendrez à régler définitivement la cause sous-jacente… et certainement pas en punissant votre gentille boule de poils ou en utilisant un collier anti-aboiement !

Adoptez une méthode bien précise lors de l’éducation de votre chien et restez-y fidèle. En effet, la routine est rassurante et vous avez toutes les chances d’atteindre votre objectif dans des conditions optimales. Pour finir, n’oubliez jamais qu’il est parfaitement normal pour un chien d’aboyer. Ce n’est qu’à partir du moment où cela devient dérangeant que vous devez agir.

Guide complet : Apprendre la solitude à son chien

Guide complet : Apprendre la solitude à son chien

Éduquer son chien aux ordres de base, c’est aussi et surtout lui apprendre à gérer la solitude. L’espèce canine aime vivre en meute et rester seul n’a rien de naturel pour votre nouveau petit compagnon. Si vous n’agissez pas dès son arrivée à la maison, il souffrira d’hyper-attachement et risquera de développer des comportements d’anxiété. Attendez-vous alors à retrouver vos meubles mordillés, des excréments un peu partout et à subir les plaintes des voisins à cause de ses hurlements à la mort. Voici comment faire pour apprendre à votre chiot à se détacher de vous et l’aider à supporter votre absence.

Comprendre l’anxiété de séparation chez le chien

Les bêtises que votre chiot peut faire en votre absence sont des signaux de détresse, qui traduisent une véritable angoisse. Alors, ne le punissez surtout pas s’il commet des dégâts. Il vit dans le présent et ne comprendrait pas pourquoi vous êtes furieux contre lui. Pire, cela ne ferait que renforcer son stress. Sachez que pendant plusieurs semaines après la naissance, un chien dépend totalement de sa mère. Dès qu’il intègre son nouveau foyer, il a besoin de se rassurer et a alors tendance à se lier rapidement à son maître et à sa famille. Il réclame alors en permanence de l’attention et, avec sa frimousse irrésistible, vous ne vous lassez pas de le couvrir de câlins, pour son plus grand bonheur !

Pourtant, la maman inculque vite à ses petits qu’il faut prendre leur indépendance. Il apparaît alors nécessaire de poursuivre l’éducation commencé par la mère, et donc passer par une phase de rejet, afin que votre animal de compagnie sache aussi se débrouiller tout seul. Même si cela peut faire mal au cœur, il en va de son bien-être. Dans le cas où cette phase n’a pas lieu, vous devenez son unique repère et il n’est pas surprenant que le chiot se sente perdu quand vous partez. Il est donc fondamental de lui apprendre à rester seul dès le plus jeune âge pour ne pas voir apparaître des comportements destructeurs. Avec de la douceur et de la fermeté, vous viendrez facilement à bout de ce trouble !

Habituer le chiot à s’ennuyer

Pour aider votre petite boule de poils à devenir indépendante et à ne pas souffrir de votre absence, commencez par lui apprendre l’ennui quand vous êtes chez vous. En effet, lorsqu’il sera seul, il sera inévitablement amené à s’embêter. Pour cela, il suffit de ne pas répondre systématiquement à toutes ses sollicitations. Laissez à sa disposition quelques jouets et un os à mâcher pour qu’il puisse s’occuper sans vous. C’est à vous de prendre l’initiative de jouer avec lui et de lui faire des caresses. S’il insiste, ignorez-le. Il vous suit en permanence ? Dites-lui d’aller dans son panier. Il verra vite que l’ennui n’a rien de réjouissant, jusqu’à ce qu’il se mette à mâchouiller un chausson ou à aboyer en continu.

Heureusement, vous êtes là pour le recadrer avec un « non ! » ferme et ainsi lui rappeler que c’est interdit. Laissez-le s’ennuyer et empêchez-le de faire une quelconque bêtise. Continuez tant qu’il recommence. L’objectif est de lui faire comprendre qu’il est parfaitement normal de s’ennuyer sans que cela justifie de faire des dégâts. Votre présence le rassure, ce qui facilitera l’apprentissage. Il saura vite gérer l’ennui et par conséquent, la solitude sans être stressé.

Enseigner la solitude à votre chiot

Dès l’instant où il sait s’ennuyer en votre présence, il est temps de passer à l’étape supérieure en l’habituant désormais à rester seul un peu tous les jours. Pour commencer, installez son panier avec ses jouets dans une pièce afin qu’il ait ses repères. Entrez-y pour qu’il vous suive, sans lui parler. Feignez d’être occupé et une fois qu’il est dans la pièce, repartez tranquillement et fermez la porte. Si au bout de quelques secondes il n’a commis aucune bêtise et n’a pas aboyé, félicitez-le. Dans le cas contraire, ignorez-le et attendez qu’il ait l’esprit ailleurs pour faire une nouvelle tentative.

Le lendemain, renouvelez l’expérience. Augmentez petit à petit la durée au cours des semaines qui suivent. Votre compagnon à quatre pattes prendra ces séances comme un jeu et patientera derrière la porte, rien que dans l’espoir de recevoir sa récompense ! Il finira alors par comprendre que vous revenez toujours et qu’il n’y a pas de raison de s’angoisser. Veillez à reproduire cet exercice à des heures différentes, afin que votre chien ne puisse pas anticiper votre sortie et lui éviter de stresser à l’avance.

Rester neutre face à votre chien

Il est essentiel de ne pas donner de l’importance à votre départ. Si vous culpabilisez de laisser votre compagnon poilu tout seul, celui-ci le ressentira et ne supportera pas votre absence. Évitez les caresses à profusions et de l’inonder de mots tendres, qui ne feraient qu’amplifier le sentiment d’abandon. Partez tout simplement, sans vous occuper de lui ni laisser transparaître vos émotions. Plus vous lui portez de l’attention avant de vous en aller, plus il s’affolera car il assimilera ce comportement à votre absence imminente. En l’ignorant, votre fidèle compagnon sera moins sensible à votre départ. Il en est de même au moment de votre retour : ne le regardez pas tant qu’il n’est pas calme, ou les retrouvailles risqueraient d’être trop virulentes. En effet, il pensera que vous revenez uniquement pour jouer et lui faire des tonnes de câlins. Une caresse brève accompagnée d’un « tu es gentil » est amplement suffisant si vous n’avez constaté aucun dégât. Sinon, ignorez-le et réparez les bêtises hors de sa vue tout en gardant votre calme. C’est fondamental si vous ne voulez pas l’inciter implicitement à reproduire ce mauvais comportement qui attire votre attention ! Votre départ comme votre retour doivent rester un moment banal.

Ne pas ritualiser le départ

Sachez que votre gentil canidé analyse tout. Il sait que la sonnerie du réveil signifie que vous allez vous lever pour prendre le petit-déjeuner. Après avoir lavé votre tasse, vous enfilez votre veste, mettez vos chaussures et prenez vos clés pour laisser votre chien tout seul de longues heures, comme à votre habitude. Ce rituel quotidien provoque une montée de stress instantanée et c’est la raison pour laquelle, durant tout ce temps, il n’aura de cesse de réclamer de l’attention. Changez la chronologie des événements en buvant votre café mais cette fois avant de le sortir, donnez-lui à manger plus tard, changez la place de la laisse, etc. Passez chaque matin un moment agréable en sa compagnie, caressez-le, parlez-lui pendant la balade. Bref, restez naturel avec lui. Avant de partir, laissez-le vaquer à ses occupations et n’interagissez plus avec lui. Quittez la maison sans lui jeter un regard et surtout sans vous excuser de vous absenter. De temps en temps, vous pouvez aussi faire semblant de sortir. Vous agissez alors comme à votre habitude, sauf que vous restez chez vous : mettez votre manteau et promenez-vous à l’intérieur. Une autre fois, prenez vos clés et installez-vous sur le canapé tout en vous amusant avec le trousseau, puis reposez-le au bout de 5 minutes, l’air de rien.

Ainsi, votre chiot se sentira beaucoup plus apaisé lors de votre départ. Étant donné que l’ennui n’est plus une fatalité pour lui et qu’il sait que vous reviendrez bientôt « comme pour l’exercice », il attendra désormais sagement votre retour !

Occuper le chien pendant votre absence

Quand vous n’êtes pas chez vous, ne laissez pas votre chiot tout seul sans qu’il ait de quoi s’occuper intelligemment. Laissez à sa disposition des jouets qu’il peut mâchouiller ainsi que des jeux de réflexion.

Les jouets Kong sont un merveilleux moyen de tromper le temps ! Ultra résistant, le Kong est un morceau de caoutchouc non toxique qui a la particularité d’être creux en son centre. Vous pouvez y insérer de la nourriture et toutes sortes de friandises, ce qui aura l’avantage d’occuper votre petit compagnon un bon moment.

Il est également idéal pour combler les besoins naturels tels que les mordillements. La gamme se décline en plusieurs modèles de diverses tailles, afin de contenter toutes les races de chiens et tous les âges. Ce jouet est d’une efficacité redoutable pour les sujets qui développent des problèmes de comportement. Il rend en effet l’absence du maître beaucoup plus tolérable, réduit les risques de destruction et diminue l’anxiété. En bref, le Kong apparaît comme étant la solution pour retrouver un chien bien dans ses pattes malgré des heures passées sans vous !

N’hésitez pas à utiliser ce jouet au quotidien pour que votre animal de compagnie en fasse une association positive. Dès que vous lui brandissez, il sera si content qu’il finira presque par oublier que vous êtes parti. Mais comment exploiter tout le potentiel du Kong pour le rendre réellement attractif aux yeux de votre fidèle compagnon durant votre absence ?

Étape 1

Dans un premier temps, l’objectif sera d’attiser la curiosité de votre chiot. Il doit comprendre que le Kong est loin d’être un jouet comme les autres et qu’il renferme un vrai trésor appétissant. Pour cela, placez quelques petites gourmandises dans le trou et offrez-lui le jouet. Recommencez pendant deux ou trois jours en restant auprès de lui. Il n’aura alors qu’une idée en tête, celle de faire sortir les croquettes dissimulées dans le Kong ! Attention toutefois de ne pas décourager votre chien au risque qu’il finisse par abandonner le jouet. Au début, préférez les aliments qui s’attrapent facilement.

Étape 2

Lorsque votre adorable toutou a assimilé la technique et qu’il arrive à faire tomber les petites friandises, vous allez devoir le mettre au défi en lui compliquant la tâche et ainsi rendre le Kong encore plus intéressant. Enfoncez dans le trou du jouet de la mousse de canard ou autre pâté facile à étaler, jusqu’à le reboucher complètement. Cela devrait le distraire un long moment ! Vous pouvez pousser le subterfuge encore plus loin en plaçant le Kong sellé de nourriture pendant une petite heure dans le congélateur. Votre boule de poils prendra un tel plaisir à lécher son jouet qu’elle ne verra pas le temps passer, que vous soyez là ou non !

Ne lui donnez le Kong qu’avant de partir. Vous pouvez également le cacher. Votre chien s’amusera à le retrouver en s’aidant de son flair. Ce petit jeu de cache-cache suivi d’une longue séance de léchage devrait l’épuiser et le besoin de faire la sieste se fera vite ressentir. Finalement, vous serez de retour sans que votre compagnon n’ait eu le temps de s’ennuyer. Retirez alors le jouet et tous ceux qui servent à pallier la solitude. Vous éviterez ainsi la lassitude et votre chiot sera plus motivé que jamais de retrouver ses jouets dès que vous vous absentez.

Soyez patient !

Habituer un chien à rester seul peut être très long. Ne perdez pas espoir s’il ne supporte pas la solitude, alors que cela fait plusieurs mois qu’il fait partie de la famille. Poursuivez les exercices en faisant preuve de rigueur et de régularité. Gardez en tête que cette initiation va à l’encontre de sa nature profonde et que cela demande beaucoup à votre petit compagnon. Alors, restez calme et faites preuve de tolérance concernant les dégâts qu’il peut commettre tout au long de son apprentissage. En suivant ces recommandations, votre chiot deviendra un adulte capable de rester seul toute la journée sans que vous lui manquiez outre mesure !

Conseils supplémentaires pour un chien serein sans son maître

Dans le cas où vous adoptez votre chiot pendant vos vacances, n’attendez pas la reprise du travail pour démarrer les exercices. Après plusieurs jours à se faire chouchouter, collé en permanence à vous, il risque de mal réagir en se retrouvant tout à coup dans une maison vide. Ce qui serait parfaitement compréhensible…

Placez le panier de votre chien dans un endroit calme, là où il ne peut pas guetter les moindres mouvements.

Pour que votre chiot puisse s’habituer à la pièce dans laquelle il est enfermé quand vous n’êtes pas là, tenez-lui compagnie pendant quelques minutes avant de le laisser. Puis quand vous refermerez la porte derrière vous, ne vous en éloignez pas pour qu’il sente que vous êtes toujours là même s’il ne vous voit plus. En agissant de la sorte, votre animal de compagnie ne fera pas le rapprochement que cet endroit signifie que vous allez partir dans l’immédiat.

Repoussez votre chien s’il vous réclame des câlins ou une partie de jeu, alors que vous n’en avez pas envie. Cette attitude l’aidera à ne pas s’attacher de manière excessive. C’est à vous d’aller le chercher quand vous voulez partager un moment avec lui.

Fatiguez votre chien avant de le quitter, surtout s’il s’agit d’une race énergique comme le Border collie ou le Malinois. Donnez-lui l’occasion de se dépenser, lancez-lui sa balle, faites une promenade de 20 à 30 minutes si possible. S’il est bien éreinté, il rejoindra son panier et ne prêtera même pas attention à votre départ.

Vous pouvez aider votre petite boule de poils à se détendre quand vous n’êtes pas chez vous en utilisant un diffuseur ou un collier. Ce type d’accessoire libère des phéromones apaisantes, identiques à celles que les chiennes sécrètent pour réconforter leurs petits à la naissance. La marque Adaptil propose un collier et un diffuseur.

Un bruit de fond peut rassurer votre chiot. Vous pouvez alors laisser la télévision allumée ou mettre la radio.

Votre odeur est un remède très efficace pour détendre votre compagnon à quatre pattes. Vous pouvez ainsi déposer un de vos vêtements déjà porté dans son panier, ou encore vaporiser votre parfum dans la pièce où il restera en votre absence.

Si un proche peut rendre visite à votre chien au cours de la journée, c’est parfait !

Avoir plusieurs animaux a toujours été votre souhait ? Il s’agit d’une très bonne idée car ils se tiendront compagnie et cela sécurisera votre chiot. Sinon, il est toujours possible de faire intervenir un deuxième chien qui sait rester seul. Par effet de mimétisme, votre boule de poils devrait vite faire des progrès. Cependant, ne prenez pas un 2eme chien si c’est exclusivement pour tenir compagnie au premier, vous pourriez avoir l’effet inverse et avoir deux chiens qui stress de votre absence.

En résumé :

Ce que vous devez faire :

– Habituer votre chiot le plus tôt possible à des absences très courtes ;

– Augmenter progressivement la durée de vos sorties ;

– Simuler des départs pour éviter tout rituel ;

– Prévenir le voisinage d’éventuels aboiements ;

– Faire une balade avec votre petit compagnon pour ses besoins avant de vous absenter ;

– Installer le chien dans une pièce quand vous n’êtes pas là, avec son panier ;

– Mettre des jouets à sa disposition ;

– Ignorer le chiot quelques instants au moment du départ afin de faciliter la séparation ;

– Sortir de la maison pendant qu’il vous voit ;

– Au retour, repousser le chien tant qu’il n’est pas calme ;

– Réprimander votre toutou seulement si vous le prenez en flagrant délit de destruction ;

– Bien le sortir pour qu’il se dépense.

Ce que vous ne devez pas faire :

– Prendre un congé pour passer toutes vos journées avec le nouveau petit arrivant ;

– Céder à la tentation de réconforter votre chien dès qu’il gémit ;

– Donner des signes de votre départ ;

– Faire plein de caresses à votre chiot avant de le quitter ;

– Laisser les fenêtres ouvertes ;

– Partir en cachette ;

– Gronder votre boule de poils en cas de bêtises.

Pourquoi votre chien mange de l’herbe ?

Pourquoi votre chien mange de l’herbe ?

Vous avez déjà pu constater que votre chien mange de l’herbe, de façon occasionnelle ou plus régulière. Vous pouvez alors vous poser la question de savoir si ce comportement est normal ou s’il cache quelque chose. Entre simple plaisir ou problème alimentaire, nous allons essayer d’en décrypter les raisons.

Mon chien mange de l’herbe : De l’instinct au simple plaisir

Votre animal préféré, aussi petit soit-il, est un lointain descendant du loup. Ses ancêtres étaient plutôt considérés comme omnivores et se nourrissaient de proies entières, mais également d’aliments d’origine végétale, comme les baies ou l’herbe. En cas de grande faim, et en l’absence de proies, ces animaux ingéraient de la terre ou de l’herbe, afin de remplir leur estomac et de s’hydrater. Même si ce dernier point est plus discutable de nos jours, il est donc possible que le chien agisse par instinct, ayant hérité de ces habitudes alimentaires.

Si son alimentation n’est pas assez riche en fibres, le chien ira en chercher ailleurs. Il n’est pas cependant prouvé que l’herbe lui apporte ce dont il a besoin. Vous pouvez donc ajouter à sa nourriture, si elle est composée essentiellement de viande, des carottes, des brocolis, etc. Le plus difficile sera peut-être de trouver un aliment qu’il appréciera !

Une autre raison pour laquelle votre chien peut manger de l’herbe, est tout simplement par plaisir. Il peut considérer cela comme une friandise, certaines herbes ayant un goût légèrement sucré, très apprécié par le chien. Il va alors associer cela à une habitude, en promenade par exemple, pour jouer ou avant de prendre un repas.

Dans tous les cas, si sa consommation n’est qu’occasionnelle, cela n’a pas de répercussion sur sa santé, à condition, bien entendu, de toujours s’assurer que l’herbe n’a pas subi de traitement chimique.

Un moyen de communication ? Quelques fois, lorsque deux chiens se rencontrent, il arrive qu’ils se mettent à manger de l’herbe. Souvent, cela se produit quand la rencontre est un peu tendu, c’est une façon de gérer le stress, de s’occuper et de détourner l’attention.

Troubles alimentaires ou digestifs, des causes à surveiller

Une absorption d’herbe peut, par ailleurs, être la cause de certains problèmes de votre animal, plus ou moins graves.

Un des cas le plus courant est simplement une mauvaise digestion. Votre chien va alors se sentir gêné et va absorber une quantité importante d’herbe. Son estomac va s’irriter, ce qui va mécaniquement le faire vomir. Ce type de purge, réalisé la plupart du temps avec du chiendent, n’est pas un signe alarmant, à condition qu’il ne se répète pas régulièrement. En effet, cette herbe, même si elle permet à votre chien de s’hydrater, grâce à sa grande concentration en eau, ne possède aucun principe antiparasitaire naturel. Elle ne peut donc pas traiter une infection plus profonde, nécessitant à l’animal d’être vermifugé.

Lisez mon article : Vermifuge pour chien : comment bien le protéger des parasites ?

Cependant, certains cas méritent plus particulièrement votre attention. En effet, si votre chien se met à manger en grande quantité, et régulièrement, de l’herbe, des plantes, de la terre, du sable ou même des graviers, il souffre alors de Pica. La coprophagie, qui est l’absorption de matières fécales, est aussi une forme de Pica. Une consultation chez votre vétérinaire est nécessaire, si ce comportement perdure. Des analyses pourront alors déceler les causes de ce Pica. Elles peuvent être très différentes, allant du trouble du comportement à des maux plus profonds, tels que des troubles métaboliques ou digestifs et pancréatiques (gastrite). Il est à noter que le Pica, sous sa forme de coprophagie, peut également avoir comme source l’alimentation industrielle. En effet, une digestion partielle a pour conséquence de rendre comestibles les déjections de votre animal, tout comme l’urine avec le gravier ou la terre. Le chien étant guidé par son odorat et non son goût, il pourra se retrouver à ingérer ce type d’ingrédients.

Conclusion :

Vous l’aurez compris, si votre chien mange de l’herbe, cela ne veut pas forcément dire qu’il faut vous en inquiéter. Cependant, si ce comportement est nouveau chez lui, qu’il devient habituel, qu’il vomit souvent ou qu’il présente d’autres signes, comme une fatigue récurrente, une consultation vétérinaire est à conseiller. Dans tous les cas, même si sa consommation d’herbe reste occasionnelle, pensez à bien le vermifuger régulièrement et assurez-vous toujours de la non toxicité des ingrédients ingérés.

Crédit photo : Alvin Smith

Mon chien est agressif envers les autres mâles ! Que faire ?

Mon chien est agressif envers les autres mâles ! Que faire ?

Votre chien ne s’entend pas avec tous les chiens, il tolère ou même adore les femelles mais quand il s’agit de le lâcher avec un chien mâle, c’est une autre histoire ? Voyons pourquoi et comment aider votre chien à être plus sociable avec ses congénères du même sexe.

Je suis éducateur canin comportementaliste depuis 2009 chez Nature de Chien et laissez moi vous dire que ce sujet est compliqué car il faut comprendre que votre chien est un être vivant avant tout et par conséquent il ne peut pas s’entendre avec tous les chiens qu’il rencontre sans restriction.

Pourquoi mon chien ne s’entend pas avec les autres mâles ?

Deux mâles : la testostérone avant tout !

Il faut savoir que votre chien, notamment s’il n’est pas castré, produit de la testostérone. C’est une hormone stéroïdienne qui peut provoquer un comportement de concurrence entre chiens et qui est responsable de certains conflits entre chiens.

Votre chien n’a pas été assez socialisé

Si votre chien ne s’entend avec aucun chien, qu’il soit mâle ou femelle, il est possible qu’il souffre d’un défaut d’apprentissage des conduites sociales. Il est aussi possible qu’il n’ait pas été mis suffisamment en contact avec ses congénères durant une période plus ou moins longue. Une mauvaise expérience peut aussi être la cause de son manque de “sympathie” pour ses congénères, notamment si votre chien s’est fait attaquer de façon incohérente.

La rencontre n’est pas adaptée

Il est possible que vous soyez responsable, même sans le savoir, du comportement agressif de votre chien. Votre chien se fie énormément à vos émotions donc si vous stressez ou êtes tendu, votre chien pourra réagir en conséquence. De même, les rencontres en laisse, surtout si la laisse est tendue, provoqueront la plupart du temps des conflits. Votre chien n’ayant pas la possibilité de fuir pourra stresser et réagira donc de manière agressive. Attention également si vous permettez à des chiens de se rencontrer pour la première fois, évitez de procéder à ce contact dans un endroit confiné ou en présence d’éléments pouvant provoquer un conflit, comme de la nourriture ou encore des jouets.

A lire aussi : mon chien est ingérable quand il croise d’autres chiens

Votre chien est dominant ?

Vous avez surement déjà entendu que votre chien était agressif tout simplement parce qu’il était dominant ? Or cette idée est complètement incohérente, tout d’abord parce que le statut de dominant est un rang social qui est fluctuant, ce n’est donc pas un trait de caractère. Votre chien peut donc avoir l’ascendant sur un chien et être “soumis” vis à vis d’un autre chien. Par ailleurs, cet ascendant se met en place vis à vis des ressources que sont la nourriture, les contacts, l’espace et la sexualisté. Or les chiens ne sont pas tous possessifs et encore moins sur ces 4 ressources. Cela dépend aussi beaucoup de leur éducation et des expériences qu’ils ont vécu. Donc non, votre chien n’est pas dominant !

Comment aider votre chien ?

La stérilisation :

Castrer votre chien avant ses 1 an peut être une bonne idée. Cela lui permettra de ne pas arriver à l’âge adulte “boosté” de testostérone, qui, nous l’avons vu pourra être responsable de son comportement agressif.

Attention néanmoins, une étude réalisée dernièrement par le célèbre Dr Joël Dehasse nuance fortement la solution de la castration pour éviter l’agressivité : La stérilisation du chien: Pour et contre ?

Une rencontre sereine :

Quand vous voulez faire se rencontrer deux chiens qui ne se connaissent pas, attention à respecter certaines règles :

  • Une rencontre dans un endroit neutre
  • Une rencontre sans laisse (éventuellement en laissant une longe traîner au sol pour intervenir plus facilement en cas de besoin)
  • Être dans le mouvement
  • Rester calme et détendu
  • En cas de grognement, ne pas intervenir immédiatement car ces codes de communication sont utiles
  • Si vous avez peur que votre chien blesse son congénère, n’hésitez pas à lui mettre une muselière par sécurité (en l’ayant habitué positivement auparavant bien entendu)

Lien : Comment habituer son chien à la muselière ?

Les balades éducatives :

Une autre solution peut être de participer à des balades éducatives auprès d’éducateurs canin professionnels. L’avantage de ces balades est qu’elles sont encadrées par un professionnel et se déroulent généralement avec des chiens sociables et équilibrés. Une analyse individuelle doit être réalisée au préalable pour s’assurer que cette activité aidera votre chien. L’avantage certain des balades éducatives est le nombre de chiens qui y participent et donc la possibilité pour votre chien ne pas entrer systématiquement en conflit avec les mâles pour préférer jouer avec les femelles.

Les centres Canidélites par Nature de Chien :
Centre Canidélite de Toulouse
Centre Canidélite de Bordeaux

S’adapter à son chien avant tout :

Vous l’aurez compris, des solutions existent, mais il est impossible et incohérent d’exiger de votre chien qu’il s’entende avec tous les chiens qu’il rencontre sans distinction. Un travail de prévention dès ses 2 mois avec des rencontres positives et contrôlées reste la meilleure solution pour avoir un chien le plus sociable possible. Un travail rééducatif peut être envisagé auprès d’un éducateur professionnel mais attention, si votre chien est un mâle adulte non castré, il sera surement difficile de le rendre complètement sociable avec un autre mâle au comportement compétitif similaire. C’est donc l’adaptation à votre chien avant tout qui doit être mise en place pour trouver des solutions respectueuses et efficaces.

Voici donc pourquoi et comment aider votre chien à mieux s’entendre avec ses congénères du même sexe. Patience, adaptation et écoute restent les mots d’ordres pour une bonne relation avec son chien !

Chloé Fesch, éducateur canin comportementaliste et formatrice chez Nature de Chien

Découvrez Nature de Chien :

Nature de Chien est une société créée en 2009, spécialisée en éducation et comportement canins ainsi qu’un centre de formation au métier d’éducateur canin comportementaliste. Les curieux peuvent venir se former en Gironde à Bordeaux, dans le Loiret à trente minutes de Fontainebleau ou en Eure et Loir entre Chartres et le Mans.
Nature de Chien, c’est des centres d’éducation et de loisirs canins baptisés “Canidélite” situés à Toulouse et Bordeaux et prochainement dans toutes les plus grandes ville de France.

Crédit photo : @pixabay

Pourquoi mon chien mange ses excréments ?

Pourquoi mon chien mange ses excréments ?

Votre chien est coprophage, c’est-à-dire qu’il a la mauvaise habitude de manger ses excréments ? Cette pratique vous répugne et vous aimeriez bien que cela cesse ? Découvrons ici les causes et surtout les solutions pour mettre fin à ce comportement !

Pourquoi mon chien mange-t-il ses excréments ?

1- Un problème physique

La plupart des chiens coprophages le sont à cause d’une carence dans leur alimentation. Ce comportement est par ailleurs souvent présent chez les chiots qui, logiquement, sont en pleine croissance. Ce comportement peut aussi venir d’un problème physique, notamment si le chien a des parasites ou encore des troubles digestifs.

2- Des punitions incohérentes

Une autre cause, plus comportementale, peut amener votre chien ou chiot à manger ses excréments. En effet, si durant l’apprentissage de la propreté de votre chiot ou chien, vous aviez l’habitude de le punir après coup, voire de lui mettre la truffe dans ses excréments pour lui manifester votre mécontentement, il est possible que ce comportement apparaisse. Cela est lié au fait que votre chien ne comprendra pas que c’est l’action de faire ses besoins qui est sanctionnée et cela pourra l’amener à manger ses souillures pour éliminer ses traces et donc éviter la punition.

Comment empêcher mon chien de manger ses excréments ?

1- Changez d’alimentation

Très souvent quand votre chien est coprophage, changer d’alimentation est une bonne idée. De plus, certaines croquettes contiennent des substances appétantes qui ne sont pas digérées par l’organisme et qui rendent de ce fait les excréments appétents.

2- Contactez le vétérinaire

En cas de parasites ou de carences alimentaires, le vétérinaire reste votre meilleur interlocuteur pour vous aider à trouver l’alimentation adaptée aux besoins de votre chien.

3- Soyez cohérent avec votre chien

Nous l’avons vu plus haut mais il ne faut absolument pas punir votre chien d’une bêtise réalisée en votre absence. N’hésitez pas à visionner notre vidéo et lire notre article sur l’apprentissage de la propreté.

Découvrez la vidéo Nature de Chien : Apprendre la propreté à son chien

4- Astuce complémentaire

Vous pouvez également demander conseil à votre vétérinaire car il existe des comprimés à donner à votre chien au moment du repas, qui rendront ses excréments très peu appétents. Ainsi, cela passera l’envie à votre chien de manger ses excréments.

Votre chien mange les excréments des autres animaux !

C’est “normal” ! Prenons l’exemple du chien qui mange les excréments des chats : il faut savoir que les croquettes pour chats sont souvent de meilleure qualité que les croquettes pour chiens, ce qui rend les excréments des chats comme qui dirait “goûteux” !
Mais des solutions pour vous aider existent :

– Supprimer le problème en mettant par exemple la litière dans une pièce interdite au chien.
– Il existe également des cachets que l’on peut donner au chat qui permettent de rendre les excréments du chat moins appétant pour le chien.
– Pour finir, vous pouvez apprendre à votre chien à se stopper dans une action, en lui apprenant par exemple l’indication “tu laisses ” ou “pas toucher”. Pour ce faire, il suffit d’apprendre à votre chien que “renoncer, c’est gagner”.

Mais comment faire me direz vous ? Et bien rien de plus simple, voici comment faire en 3 étapes :

Etape 1 : Commencez par apprendre à votre chien que le mot “tu laisses” signifie obtenir une récompense. Pour cela dites à votre chien l’indication “tu laisses” et immédiatement après donnez lui une friandise. Répétez cet exercice plusieurs fois par jour pendant plusieurs jours.

Etape 2 : Très rapidement votre chien comprendra qu’après avoir entendu l’indication “Tu laisses” une récompense arrive. Il est donc temps de tester cette indication quand votre chien est occupé à quelque chose, par exemple quand il sent une odeur dans le jardin.

Etape 3 : Augmentez la difficulté de l’exercice en demandant à votre chien de stopper une activité qu’il apprécie particulièrement comme manger les excréments des autres animaux !

Mais attention, si c’est un échec cela signifie que vous avez augmenté la difficulté de l’exercice trop rapidement et qu’il est nécessaire de revenir aux étapes précédentes avant de compliquer de nouveau.

Astuce : cet apprentissage est utile pour tous les comportements “indésirables” de votre chien, comme les aboiements, le rappel, le vol, etc. Il peut donc être utilisé dans beaucoup d’autres aspects de la vie quotidienne avec votre chien !

A lire aussi + vidéo Nature de Chien : Comment trouver l’équilibre avec son chien ?

Voilà vous savez désormais comment empêcher votre chien de manger ses excréments, alors à vous de jouer !

Chloé Fesch, éducateur canin comportementaliste et formatrice chez Nature de Chien

Découvrez Nature de Chien :

Nature de Chien est une société créée en 2009, spécialisée en éducation et comportement canins ainsi qu’un centre de formation au métier d’éducateur canin comportementaliste. Les curieux peuvent venir se former en Gironde à Bordeaux, dans le Loiret à trente minutes de Fontainebleau ou en Eure et Loir entre Chartres et le Mans.

Nature de Chien, c’est des centres d’éducation et de loisirs canins baptisés “Canidélite” situés à Toulouse et Bordeaux et prochainement dans toutes les plus grandes ville de France.

Crédit photo : @pixabay

Pin It on Pinterest